faux sièges du Belvédère de Versailles
Quel est le troisième interpellé dans l’affaire des faux meubles XVIIIe ?

En outre, la pratique des matières professionnelles va permettre à l’élève de tester ses centres d'intérêt et ainsi de trouver sa voie. une opportunité unique d’explorer le monde des métiers artistiques. Cette formation répond bien sûr aux exigences du programme officiel CAP ÉBÉNISTE

 

MARPEN FORMATIONS et derniere nouvelle du monde cap ebeniste et arts appliqués en architecture d'intérieur

                                             Qui contacter?

 Tags :     Marie-Christine Quessot Chef du service formation

 

Tel : 05.45.31.71.55
Fax : 05.45.30.34.64
Courriel : chantier-ecole@clubmarpen.org

cap ebeniste et arts appliqués en architecture d'intérieurLe titulaire du CAP Ébéniste fabrique et répare le mobilier selon un mode artisanal, à la pièce ou en ordre limité. A partir de plans et d'instructions qui lui ont été donnés, il  exécute un ensemble ou une partie de mobilier.

Ses activités consistent à :
- installer et régler ses outils ;
- conduire les opérations d'usinage, de montage et de finition (réaliser un frisage simple, incruster un filet rectiligne, entailler et poser une quincaillerie, rectifier une surface courbe, réaliser des queues d'aronde, une finition au racloir, un ponçage, appliquer un produit courant de finition (cire, vernis) ;
- vérifier la conformité des matériaux, des produits et des outillages, contrôler le résultat en cours et en fin d'opération ;
- assurer la maintenance de premier niveau des matériels et des postes de travail (interventions périodiques et préventives sur le matériel, transmission des informations sur les éventuels dysfonctionnements, contrôle de l'état de coupe des outils et respect des règles de prévention et de sécurité). 
La formation comprend une période de formation en milieu professionnel d’une durée de 12 semaines.

LES CHIFFRES CLÉS du CAP ébéniste

 - Effectifs : 948 (scolaire) ; 215 (apprentissage)

- Taux de réussite : 77,4 % (scolaire) ; 86,3 % (apprentissage)

CAP ébéniste et arts appliqués en architecture d'intérieur

 

 

Après Versailles, le Louvre éclaboussé par l’affaire du faux mobilier XVIIIe

Après Versailles, le Louvre éclaboussé par l’affaire du faux mobilier XVIIIeLa commode Colbert. Le doute plane sur l'authenticité de ce meuble (DR).

Après les soupçons planant sur quatre ensembles de sièges de Versailles, voici que se prépare un nouveau scandale autour d’un meuble classé Trésor national à la demande du Louvre et qui pourrait bien être un faux.

Un ancien conservateur du Louvre disait que cette commode en sarcophage aurait pu être la Joconde du département des Objets d’art XVIIIe du Louvre. Suite à la demande d’exportation déposée en 2009, elle a été classée Trésor national car il s’agirait d’un meuble inédit à la forme « exceptionnelle » semblant « préfigurer l’apparition de la commode du XVIIIe siècle ». Mais il fallait trouver dix millions d’euros pour l’acheter. En 2011, un appel de fonds avait été lancé auprès des membres amis du musée : « Cette commode à décor de marqueterie en première partie de laiton sur écaille brune est enrichie d’ornements de bronze doré. Elle est attribuée à l’ébéniste A. J. Oppenordt (1639-1715) et a été réalisée vers 1690-1700 d’après un modèle de Jean Bérain. Si on en trouve un exemple approchant dans la Wallace Collection de Londres, aucune collection française ne peut s’enorgueillir de posséder une telle pièce. Portant les armes de Colbert, cet ouvrage essentiel du patrimoine français trouvera sa place dans les nouvelles salles d’objets d’art du XVIIIesiècle, en cours de rénovation et dont la réouverture en 2013 ne manquera pas de susciter l’intérêt ». Fort heureusement les fonds n’ont pas été réunis et la commode Colbert n’a pas rejoint les collections du musée. Ce surnom de commode Colbert lui vient en effet de son plateau orné d’un personnage féminin avec une couleuvre enroulée autour de la taille. D’où l’allusion à Colbert dont les armes sont décorées de ce serpent. Une serrure porterait également les armoiries de la famille Colbert. Depuis 1987, la commode serait au cabinet Le Fuel-de L’Espée (d’où le bon mot courant dans Paris à propos de cette affaire dite de « La couleuvre et l’épée »). Comme l’indiquent les analyses de dendrochronologie (datation des bois), il pourrait bien s’agir d’un faux. Son caractère d’« inédit » laisse songeur, au vu du pedigree de la commode, et les ondulations du personnage féminin font davantage penser à l’actrice Carmen Miranda en 1947 qu’à une gravure sérieuse de Bérain. Le musée du Louvre devrait sans doute communiquer sur cette affaire dans les prochains jours. Rappelons au passage que comme l’expert Guillaume Dillée, parti opportunément en Australie avant que n’éclate l’affaire des sièges de Versailles, Roland de l’Espée a donné sa démission de la Société des Amis de Versailles et serait allé s’installer fin 2015 à l’étranger

Les formateur n’ont pas le temps de parler du domaine du marché de l’art. mais Les étudiants doivent prendre le temps de venir voir la réalité du métier »

Vous aurez d’excellentes et très appréciables connaissances d histoire de l art mais pas de savoir-faire.c'est le problème des étudiants lorsqu’ils font les école ou une licence d’Histoire de l’Art est le manque d’immersion pratique . Ils n’ont pas le choix. L’Histoire de l’Art est une discipline passionnante, géniale, Mais ce n’est pas un métier. Ce n’est pas parce qu’on a une excellente culture générale, de solides connaissances en Histoire de l’Art, qu’on sait vendre ou être un bon communiquant, ou être un bon restaurateur. 

         un bon expert est une personne passionnée, dynamique . Pour ce qui est des connaissances, cela s’entretient : il faut aller regarder les œuvres, il faut travailler sa mémoire visuelle et pénétrer, avec vos cinq sens, l’objet. L’émotionnel joue aussi beaucoup dans l’analyse de l’expression, du sentiment qu’on a voulu donner à l’objet. Il faut acquérir des connaissances par le biais de sa sensibilité.on peut lire parfois des publications passionnantes mais très froides. A l’inverse l’emphase n’est pas bonne. Il faut savoir entrer dans la symbolique d’une œuvre .

 tous les jours on apprends quelque chose au contact des objets . Et sur ce dernier point je dois dire que on sais pas tout :Trouver un objet est une joie immense, le chineur qui découvre un témoignage artistique ou culturel est la partie la plus passionnante du métier. En dehors d’apprendre des choses par le biais d’un objet, redécouvrir des objets eux-mêmes suscite une émotion difficile à décrire. 

DSC_2053

DSC_2054

 


DSC_2055



 

  
  • DSC_2056


    EG1 : Français Histoire-Géographie Education civique  [UG1 français ]
    EG2 : Mathématiques - Sciences physiques et chimiques  [UG2 Mathématiques-sciences physiques et chimiques]
    EG4 : Langue vivante étrangère
    EP1 : Etude de construction, préparation du travail et technologie  [UP1 Etude de construction]  [UP1 Préparation du travail]  [UP1 Technologie]
    EP2 : Analyse formelle et stylistique et réalisation graphique  [UP2 Analyse formelle]  [UP2 Réalisation graphique]
    EP3 : Fabrication d'un ouvrage d'ébénisterie  [UP3 Fabrication d'un ouvrage d'ébénisterie]  [UP3 Prévention, santé, environnement]

  •   Année 2011 - Session normale

    DSC_2057

    DSC_2058DSC_2060DSC_2059



     


    EG1 : Français et histoire-géographie  [UG1 français ]
    EG2 : Mathématiques-sciences  [UG2 Mathématiques-sciences]
    EG4 : Langue vivante étrangère
    EP1 : Etude de construction, préparation du travail et technologie  [UP1 Etude de construction]  [UP1 Préparation du travail]  [UP1 Technologie]
    EP2 : Analyse formelle et stylistique et réalisation graphique  [UP2 Analyse formelle]  [UP2 Réalisation graphique]
    EP3 : Fabrication d'un ouvrage d'ébénisterie  [UP3 Fabrication d'un ouvrage d'ébénisterie]  [UP3 Prévention, santé, environnement]

  •   Année 2010 - Session normale

    DSC_2066

    DSC_2068DSC_2065


    EG1 : Français et histoire-géographie  [UG1 français (première partie)]
    EG2 : Mathématiques-sciences  [UG2 Mathématiques-sciences]
    EG4 : Langue vivante étrangère
    EP1 : Etude de construction, préparation du travail et technologie  [UP1 Etude de construction]  [UP1 Préparation du travail]  [UP1 Technologie]
    EP2 : Analyse formelle et stylistique et réalisation graphique  [UP2 Analyse formelle]  [UP2 Réalisation graphique]
    EP3 : Fabrication d'un ouvrage d'ébénisterie  [UP3 Fabrication d'un ouvrage d'ébénisterie]  [UP3 Vie sociale et professionnelle (VSP)]

  •   Année 2010 - Session remplacement

    DSC_2069DSC_2072DSC_2070DSC_2073

  • DSC_2074DSC_2075DSC_2076DSC_2077

    DSC_2078

Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste     André-Charles Boulle (1642-1732)                                                                                                            

PRÉAMBULE

: Les métiers de l’art du bois, et en particulier l’ébénisterie, évoluent parallèlement aux changements socioculturels de notre société. Bien que la technologie et le cadre professionnel n’aient pas profondément changé, on constate néanmoins l’apparition de la mise en œuvre de nouveaux matériaux et de l’utilisation de machines plus complexes. La culture artistique, les connaissances et les savoir-faire appliqués au métier de l’ébénisterie s’affirment comme les bases essentielles et indispensables à toute pratique. De par sa relation privilégiée avec sa clientèle et sa spécificité, l’ébéniste est amené, en amont comme en aval, à mettre en valeur sa fabrication. CONTEXTE PROFESSIONNEL : 1 - Emplois concernés : - Ouvrier qualifié 1er échelon relevant des conventions collectives “ fabrication et ameublement ”. 2 – Types d’entreprises : - Artisanale. - Petite et moyenne. 3 – Secteurs d’activités concernés : - Fabrication de meubles massifs ou plaqués. - Agencements intérieurs. 4 – Place dans l’organisation de l’entreprise : Le titulaire du CAP Ébéniste est appelé à exercer des fonctions d’exécution dans la réalisation d’un meuble à des postes d’usinage manuel ou mécanique, de montage et de finition. Suivant la taille de l’entreprise, ces activités peuvent être unitaires, sérielles et variées. 5 – Définition des emplois : - Travail à l’atelier, à l’établi, aux machines-outils. - Travaux sur machines à bois dont l’utilisation réclame une attention particulière. - Relation avec la clientèle. DESCRIPTION DE L’ACTIVITÉ DU TITULAIRE DU CAP ÉBÉNISTE : La réalisation des tâches professionnelles est associée à une réflexion constante, de nature fonctionnelle et culturelle. Cette réflexion conduit à des choix déterminants pour la réalisation d’un produit de qualité. A partir d’instructions écrites ou orales relatives à la réalisation de tout ou partie d’ouvrages, le titulaire du CAP devra être capable d’assurer les tâches suivantes : - lire et décoder les plans de meubles, - tracer des éléments de construction du mobilier, - préparer les postes de travail, - usiner un ensemble ou un élément de meuble, - mettre en œuvre le placage et réaliser les frisages,

Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste

8 - réaliser le montage de tout ou partie d’un meuble, - finir manuellement ou mécaniquement les produits réalisés (ponçage, mise en teinte : cire, vernis,…) PERSPECTIVE DE QUALIFICATION : Ce diplôme se situe au niveau V de la nomenclature interministérielle des niveaux de formation. Cette première qualification est le premier degré du métier d’ébéniste. Le titulaire de ce diplôme peut préparer le baccalauréat professionnel artisanat et métiers d’art option : ébéniste ou le brevet des métiers d’art (B.M.A.) ébéniste, ainsi que le brevet de technicien des métiers (B.T.M.) option : ébéniste.

Certificat d’aptitude professionnelle ébénisteSociété dans un intérieur Paulus Vredeman de Vries (1567-après 1630) Amsterdam, daté 1616

9 PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET DES TÂCHES FONCTIONS TÂCHES I - INFORMATION 1

– Prendre connaissance du travail à réaliser. 2 – Relever les informations pertinentes (esthétique, technique, architecturale …) dans l’environnement du produit à réaliser. 3 – Organiser les éléments d’informations relevés. II - PRÉPARATION 4 – Décoder des dessins de définition. 5 – Proposer des solutions esthétiques et techniques en adéquation avec le cahier des charges et les moyens de fabrication. 6 – Préparer la matière d’œuvre. 7 – Organiser le poste de travail. III - MISE EN ŒUVRE DES PRODUITS 8 – Débiter, corroyer. 9 – Établir et tracer. 10 – Réaliser : les montages, les usinages. 11 – Monter et plaquer. 12 – Assurer le fonctionnement des parties mobiles et poser les quincailleries. 13 – Assurer la finition. 14 – Maintenir les équipements et les matériels en état. IV - COMMUNICATION 15 – Communiquer les informations techniques et les observations. 16 – S’informer des évolutions techniques. 17 – Participer à l’accueil des clients et des fournisseurs. 18 – Participer à la valorisation de l’entreprise et à la promotion des produits. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 10

TABLEAU DE DÉTAIL DES ACTIVITÉS FONCTION : I - INFORMATION TÂCHES

: Tâche 1 – Prendre connaissance du travail à réaliser. Tâche 2 –Relever les informations pertinentes (esthétiques, techniques, architecturales…) dans l’environnement du produit à réaliser. Tâche 3 – Organiser les éléments d’information relevés. CONDITIONS D’EXERCICE : Moyens et ressources : Informations orales et/ou écrites du client (documents non contractuels). Plans d’ensemble, descriptifs partiels, documentation, photos … Autonomie, responsabilité : Sous la responsabilité du supérieur hiérarchique. Résultats attendus : Les attentes du client sont connues. L’environnement est pris en compte. Le dossier comprenant les informations utiles est exploitable. FONCTION : II -      


LE BOIS DANS TOUS SES ÉTATS À TUSSON

 

           Le bois dans tous ses états à Tusson

publié le 18 mai 2012.

 

La Maison du patrimoine à Tusson a inauguré une nouvelle expo: «Le bois dans tous ses états». Un parcours qui va de l'archéologie à tous les métiers du bois actuels ou passés. S'ajoutent une collection d'outils, des billes de bois ou encore une collection de mobilier régional. L'exposition s'attache à la mise en valeur et à la préservation des savoir-faire. Marpen a pour mission de susciter des vocations auprès des jeunes en leur permettant de participer à des programmes de formation en menuiserie et en charpente au sein de son chantier-école. Marpen a sollicité les compétences de l'association Racine. Fondée en 1998 à Montbron, présidée par Jean-Christophe Laforge, son action vise la transmission des valeurs. Elle a ainsi créé une section «empreintes rurales» qui tourne des films. Les membres de cette section - Jean-Christophe Laforge, réalisateur, Jean Lavergne, cadreur, et Maurice Beinchet, preneur de son - sont venus à Tusson pour un film témoignage sur l'artisanat du bois. Les acteurs sont des artisans ébénistes locaux, de Tusson et Charmé. Armand Crouzeau, Abel Barbarit et Daniel Charrier témoignent sur leur métier, son évolution au cours des soixante dernières années. Dédié à Abel Barbarit, décédé lors du tournage, le film est projeté à l'occasion de cette exposition (Photo CL).

Maison du patrimoine dans le bourg de Tusson. Téléphone: 05 45 31 68 77. www.clubmarpen.org

             

 PRÉPARATION TACHES :

Tâche 4 – Décoder des dessins de définition. Tâche 5 – Proposer des solutions esthétiques et techniques en adéquation avec le cahier des charges et les moyens de fabrication. CONDITIONS D’EXERCICE : Moyens et ressources : Définition du produit. Plan de fabrication et feuilles de débit. Moyens de fabrication. Matière d’œuvre. Autonomie, responsabilité : Autonome et responsable dans la limite fixée par la hiérarchie. Résultats attendus : La lecture des dessins de définition est juste et pertinente. Les solutions proposées sous forme graphique sont compatibles avec le cahier des charges et les moyens de fabrication. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 11 FONCTION : II - PRÉPARATION TÂCHES : Tâche 6 – Préparer la matière d’œuvre. Tâche 7 – Organiser et préparer le poste de travail. CONDITIONS D’EXERCICE : Moyens et ressources : Définition du produit. Plan de fabrication, feuilles de débit. Fiches d’instructions. Moyens de fabrication. Matière d’œuvre. Autonomie, responsabilité : Autonome et responsable dans la limite fixée par la hiérarchie. Résultats attendus : Les matériaux choisis (les essences et les quantités prévues) sont conformes aux données. Les erreurs et défauts d’approvisionnement sont signalés. L’organisation est cohérente et correspond à un déroulement rationnel des opérations.

Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste                                                                                                                            

12 FONCTION : III - MISE EN ŒUVRE DES PRODUITS TÂCHES : Tâche 8 – Débiter, corroyer. Tâche 9 – Établir et tracer. Tâche 10 – Réaliser : les montages, les usinages. Tâche 11 – Monter, plaquer. Tâche 12 – Assurer le fonctionnement des parties mobiles et poser les quincailleries. Tâche 13 – Assurer la finition. Tâche 14 – Maintenir les équipements et les matériels en état. CONDITIONS D’EXERCICE : Moyens et ressources : Matière d’œuvre. Outils et machines. Fiches de travail. Montage d’usinage. Autonomie, responsabilité : Autonome et responsable, mais sous la responsabilité du supérieur hiérarchique pour la tâche 14. Résultats attendus : Le résultat et le niveau de qualité correspondent à la demande. Les temps de fabrication sont respectés. Les moyens de production sont maintenus en état de fonctionnement.

FONCTION : IV - COMMUNICATION TACHES                                                                                                                            

 : Tâche 15 – Communiquer les informations techniques et les observations. Tâche 16 – S’informer des évolutions techniques. Tâche 17 – Participer à l’accueil des clients et des fournisseurs. Tâche 18 – Participer à la valorisation de l’entreprise et à la promotion des produits. CONDITIONS D’EXERCICE : Moyens et ressources : Outils et moyens de communication. Vocabulaire professionnel spécifique. Autonomie, responsabilité : Responsable selon délégation. Résultats attendus : Le langage professionnel est maîtrisé. L’utilisation des outils et moyens de communication est efficace. La participation à la fidélisation de la clientèle et des fournisseurs est effective. Le comportement contribue aux bonnes relations au sein de l’entreprise.

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DES UNITES PROFESSIONNELLES                                                                                                                                                                    Emploi concerné : Ouvrier professionnel qualifié. Type d’entreprise : Artisanale, petite et moyenne. Matériaux et produits mis en œuvre : Bois et dérivés avec ferrures associées. Type de travaux : Fabrication, unitaire ou sérielle. COMPÉTENCE GLOBALE : Le titulaire du C.A.P. ébéniste doit être capable de réaliser tout ou partie d’ouvrage en respectant des critères esthétiques et des contraintes liées aux techniques traditionnelles ou à des techniques plus innovantes au niveau de la conception, de la fabrication et de la finition. FONCTIONS TÂCHES PRINCIPALES CAPACITES COMPÉTENCES TERMINALES - I - INFORMATION - Prendre connaissance du travail à réaliser. - Relever les informations pertinentes (esthétiques, techniques, architecturales...) dans l’environnement du produit. C1 S’INFORMER 01 – Collecter des informations. 02 – Décoder, analyser des documents esthétiques et techniques. - II - PRÉPARATION - Décoder des dessins de définition. - Proposer des solutions esthétiques et techniques en adéquation avec le cahier des charges et les moyens de fabrication. - Préparer la matière d’œuvre. - Organiser le poste de travail. C2 TRAITER ET DÉCIDER 01 – Effectuer un choix technologique. 02 – Établir des débits matières. 03 – Etablir un document de fabrication. 04 – Traduire une solution technique. - III - MISE EN ŒUVRE DES PRODUITS - Débiter et corroyer. - Établir et tracer. - Réaliser : les montages, les usinages. - Monter, plaquer. - Assurer le fonctionnement des parties mobiles et poser les quincailleries. - Assurer les finitions. - Maintenir les équipements et les matériels en état. C3 METTRE EN ŒUVRE, RÉALISER 01 - Organiser le poste de travail. 02 – Installer et régler les outils. 03 – Conduire les opérations d’usinage, de montage et de finition. 04 – Vérifier la conformité des matériaux, des produits et des outillages. 05 – Assurer la maintenance des matériels et des postes de travail. - IV - COMMUNICATION -Communiquer les informations techniques et les observations -S’informer des évolutions techniques. -Participer à l’accueil des clients et des fournisseurs. -Participer à la valorisation de l’entreprise et à la promotion des produits. C4 COMMUNIQUER 01 – S’exprimer oralement, graphiquement et par écrit. 02 – Participer aux échanges

C 1 S’INFORMER 01. Collecter des informations Savoir-faire Être capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation CONSULTER un tiers. OBSERVER, RECHERCHER des données (graphiques, écrites, volumiques, spatiales …) Informations orales et/ou écrites du client (documents non contractuels). Environnement, plan d’ensemble, descriptifs partiels, documentation, photos... Les différents documents sont identifiés. Les informations recueillies et sélectionnées sont exploitables. C 1 S’INFORMER 02. Décoder, analyser des documents esthétiques et techniques. Savoir-faire Être capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation LIRE et INTERPRÉTER les codes de représentation esthétique et technique. Les codes de représentation esthétiques et techniques sont correctement identifiés. LIRE et INTERPRÉTER les données du cahier des charges : plan, fiche technique, croquis, perspective, volume,… Les conditions de réalisation sont repérées. L’interprétation des documents est exacte. IDENTIFIER les contraintes esthétiques, stylistiques, techniques, économiques,… L’identification des contraintes est juste. RELEVER les informations nécessaires à la réalisation de la demande. Cahier des charges. Données écrites, graphiques et orales : - définition de l’ouvrage, - mode de fabrication, - es matériels... - sous la forme de dessin d’ensemble ou de sous-ensemble, croquis crayonnés, maquettes, catalogues, échantillons, dessins de mise en situation. Les informations recueillies sont exploitables.

C 2 TRAITER ET DECIDER 01 Effectuer un choix technologique Savoir-faire Etre capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation INVENTORIER les caractéristiques relatives : - aux produits (ouvrages), - aux matériaux, - aux types de matériels, - à la qualité requise. Les caractéristiques relevées sont conformes. CHOISIR : - un matériau en fonction de sa destination (singularités, qualités...), - une liaison pour un cas simple, - une quincaillerie, - une machine, - un outillage pour un usinage donné, - une méthode de fabrication. Les choix sont pertinents, compatibles avec les données et correctement exprimés. Le temps donné est respecté. DEFINIR la sécurité du poste de travail. Données écrites et /ou orales. Eléments du dossier technique retenus pour caractériser la situation à analyser. Documentation technique. Fiches de travail (contrat de phase...) Document de planification. (Temps alloué) La définition de la sécurité est en adéquation entre moyens et opérations

C 2 TRAITER ET DECIDER 02 Etablir des débits matière Savoir-faire Etre capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation IDENTIFIER l’ensemble des composants (quantitatif). Les renseignements fournis sont exacts. EFFECTUER les classements critériés : (massifs, placages, produits semi-finis ...). Les regroupements sont cohérents. DETERMINER les spécifications du débit : (géométrie, dimensions, surcotes). L’énumération des caractéristiques du débit est juste. REDIGER la fiche de débit. Données écrites et/ou orales. Dessins de définition, de fabrication. Catalogue des produits. Procédés de fabrication. Document préétabli à compléter. Document de planification. (Temps alloué) Les débits sont obtenus en minimisant les chutes. Le document est exploitable. Le temps alloué est respecté.

C2 TRAITER ET DECIDER 03 Etablir un document de fabrication Savoir-faire Etre capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation ETABLIR, COMPLÉTER une ANALYSE DE FABRICATION et/ou un CONTRAT DE PHASE INDIQUER la chronologie des phases, sous -phases, opérations. La chronologie des phases, sous-phases et des opérations est compatible avec les antériorités géométriques et technologiques. CHOISIR les surfaces d’appui et de réglage nécessaires à la mise en position de la ou des pièces. Le choix des surfaces est en adéquation avec la cotation. INDIQUER les outillages nécessaires, les machines outils. Les outillages sélectionnés sont adaptés. DETERMINER les cotes de fabrication, cotes de réglage (Cm, Co, Ca)*. Les valeurs d’usinage sont correctes. DECIDER des moyens pour les contrôles à effectuer. Données écrites et/ou orales. Dossier technique : Dessin de définition de l’ensemble, du sousensemble, de l’élément. Documents “ analyse de fabrication et/ou contrat de phase ” préétablis à compléter. Moyens disponibles (parc machines, outillages...). Documents techniques des machines et des outillages. Etat initial de la matière d’oeuvre. Document de planification. (Temps alloué). Les moyens de contrôle sont adaptés. Le temps donné est respecté. * Cm = cote machine Co = cote outil Ca = cote appareillage

C2 TRAITER ET DECIDER 04 Traduire une solution technique Savoir-faire Etre capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation REALISER un croquis à main levée. Le croquis traduit lisiblement la proposition. REALISER les dessins de définition, de détail pour tout ou partie d’un ouvrage. Les règles de représentation et de cotation sont appliquées sans erreurs fondamentales. Les parties dessinées respectent les différentes fonctions de l’ouvrage. Les conventions propres à la profession sont appliquées. DECIDER du type de tracé à effectuer (épure, plans sur règle...). Le type de tracé choisi fait apparaître les données recherchées avec suffisamment de précision. REALISER une épure, un plan sur règle d’éléments nécessitant la définition de certaines dimensions ou formes. Le(s) tracé(s) permettent d’obtenir un résultat conforme aux données. TRADUIRE par écrit et/ou oralement un mode opératoire. Données écrites et/ou orales. Dossier technique pouvant comprendre : - un géométral - une nomenclature, - un descriptif, - des fiches techniques, - des catalogues fournisseurs, - des normes et D.T.U... Dessins d’ensemble, sous-ensemble de définition ou de fabrication. Plans d’agencement et ou de mobilier. Support(s) et matériel(s) nécessaires à la réalisation des tracés. (Poste de travail pour dessin manuel et/ou informatisé...). Le mode opératoire élaboré est pertinent.

 

C3 METTRE EN OEUVRE, REALISER 01 Organiser le poste de travail Savoir-faire Etre capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation RECENSER les besoins en matériaux et en matériel. Le recensement des besoins est correctement défini. DISPOSER rationnellement les supports et accessoires nécessaires au poste de travail. PREPARER les outillages, les produits de finition nécessaires. L’organisation du poste et de son environnement est conforme aux données et aux règles suivantes : - d’ergonomie, - de qualité, - de prévention et de sécurité et assure une productivité optimale. ASSURER la mise en place des dispositifs de protection concernant les personnes et les matériels. RENDRE accessible le poste de travail et son environnement. TENIR compte du circuit de fabrication (poste amont et aval). Données écrites et/ou orales. Définition du produit : - dessins d’ensemble, de fabrication, - analyses de fabrication, contrats de phase, - quantitatif, - fiches d’instructions, - fiches techniques (machines, outillages, produits de finition...). Matériels adaptés Mode de fabrication : - travail unitaire et ou sériel Moyens de stockage, d’attente, de soutien... Document de planification. (Temps alloué). Les protecteurs sont positionnés correctement. Le temps donné est respecté.

C3 METTRE EN ŒUVRE, REALISER 02 Installer et régler les outils Savoir-faire Etre capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation CHOISIR les outillages. Le choix des outils est conforme au contrat de phase. PREREGLER les outils (avec ou sans banc). Le préréglage est conforme. METTRE et MAINTENIR en position le porte-outil, les outils. METTRE ET MAINTENIR en position le ou les référentiels machine, le ou les porte-pièces, la ou les pièces. La mise et le maintien en position tiennent compte des caractéristiques de la machine et respectent le contrat de phase. REGLER les positions relatives au couple outil/pièce : positions dimensionnelles et/ou angulaires. MODIFIER si besoin les positions après contrôle. Les méthodes de réglages sont judicieuses. IDENTIFIER sur la machine les commandes ou éléments technologiques sélectionnant ou faisant varier les données. L’identification est juste. REGLER les vitesses. APPLIQUER les règles de sécurité. Données écrites et/ou orales Définition du produit : - dessins d’ensemble, de fabrication, - analyses de fabrication, contrats de phase, - spécifications particulières, - fiches techniques : (machine,outillages...). Poste de travail avec outillages nécessaires. Matière d’oeuvre, lot de pièces. Appareils de réglage Matériels adaptés. Mode de fabrication : - travail unitaire et/ou sériel Document de planification. (Temps alloué). Les règles de qualité et de sécurité sont respectées. Le temps donné est respecté.

 C3 METTRE EN OEUVRE, REALISER 03 Conduire les opérations d’usinage, de montage et de finition Savoir-faire Etre capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation REALISER manuellement et/ou mécaniquement (1). Le produit réalisé est conforme aux données. ACTIONNER chronologiquement les éléments permettant la mise en fonctionnement des matériels. La conduite est réalisée de manière rationnelle. OBSERVER le déroulement. IDENTIFIER les anomalies sur la pièce ou le matériel. L’utilisation des matériels de métrologie est faite avec méthode et précision. PROCEDER aux mesures et contrôles en cours et fin d’usinage. CORRIGER les réglages si nécessaire. CHANGER les outils. La deuxième “ pièce ” est conforme aux spécifications demandées. ASSURER l’approvisionnement et l’évacuation des pièces. L’approvisionnement et l’évacuation des pièces sont faits en temps opportun. CONTROLER quantitativement et qualitativement les pièces, les outils. Le contrôle est correctement effectué. APPLIQUER les règles de prévention et de sécurité. Données écrites et/ou orales. Définition du produit : - dessins d’ensemble, de fabrication - analyse de fabrication, contrats de phase - spécifications particulières - fiches techniques : (machines, outillages, produits de finition,...). Matériels de réglage et de contrôle. Matériels adaptés. Mode de fabrication : - travail unitaire et ou sériel, - manuel et/ou mécanique. Document de planification. (Temps alloué). Les règles de qualité et de sécurité sont respectées. Le temps d’usinage est respecté. (1) Notamment les opérations suivantes : réaliser un frisage simple - incruster un filet rectiligne - entailler et poser une quincaillerie - rectifier une surface courbe - réaliser des queues d’aronde - réaliser une finition au racloir - réaliser un ponçage - appliquer un produit courant de finition (cire, vernis, ...)

C3 METTRE EN ŒUVRE, REALISER 04 Vérifier la conformité des matériaux, des produits et des outillages Savoir-faire Etre capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation VERIFIER qualitativement et quantitativement les approvisionnements. Les résultats du contrôle correspondent effectivement à la réalité. CONTROLER en cours et en fin d’opération. CONTROLER la conformité du produit fini. PREPARER l’ensemble des mesurages et des contrôles. REALISER les mesurages. CONSIGNER les résultats. Données écrites et/ou orales. Produit à vérifier (défauts de dimensions, géométrie, finition). Poste de travail équipé. Matériels de contrôle. Fiches de contrôle. Document de planification. (Temps alloué). Les précisions fournies à l’issue des contrôles sont correctes. Les matériels sont correctement utilisés. Le temps de contrôle est respecté. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 25 C3 METTRE EN OEUVRE, REALISER 05 Assurer la maintenance des matériels et des postes de travail (1er niveau) Savoir-faire Etre capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation INTERVENIR périodiquement et préventivement sur le matériel. La maintenance est effectuée suivant la méthode prescrite. LOCALISER les organes à entretenir et les dysfonctionnements éventuels. La localisation et l’identification de la fonction non conforme sont exactes. TRANSMETTRE les informations sur l’observation constatée. CONTROLER l’état de coupe des outils. Les informations sont correctement exprimées. AFFUTER les outils manuels. Les outils affûtés sont conformes. Les matériels d’affûtage et de contrôle sont utilisés avec soin et méthode RESPECTER les règles de prévention et de sécurité. Données écrites et/ou orales. Notices d’utilisation des machines des matériels (documents constructeur). Notices d’entretien. Documents de maintenance. Matériels d’entretien. Matériels d’affûtage manuel et/ou mécanique. Document de planification. (Temps alloué). Les règles de qualité et de sécurité sont respectées. Le temps donné est respecté

C4 COMMUNIQUER 01 S’exprimer oralement, graphiquement et par écrit. Savoir-faire Etre capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation S’EXPRIMER avec clarté et logique, oralement, graphiquement et par écrit. Les termes techniques liés au métier sont utilisés à bon escient. ADAPTER le vocabulaire à l’interlocuteur : - professionnel, - client, - fournisseur … Vocabulaire professionnel spécifique. Connaissance du dossier. Moyens plastiques et techniques. Le message est bien compris. C4 COMMUNIQUER 02 Participer aux échanges. Savoir-faire Etre capable de Conditions de réalisation Indicateurs d’évaluation ECOUTER. DIALOGUER S’INTEGRER à une équipe. La qualité d’écoute et le savoir-être sont manifestes. PARTICIPER à la promotion de l’entreprise : - à l’interne, - à l’externe. La participation au sein de l’équipe est effective. EMETTRE des critiques pertinentes. Les partenaires internes et externes. Connaissances générales et spécifiques du métier, du poste occupé, des matériels, des matériaux, du produit fabriqué. L’échange est pertinent, efficace et constructif

MISE EN RELATION DES CAPACITÉS ET SAVOIRS TECHNOLOGIQUES

S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 C1 - S’INFORMER 01 Collecter des informations · · · · · · · · 02 Décoder, analyser des documents esthétiques et techniques · · · · · · · · C2 - TRAITER ET DECIDER 01 Effectuer un choix technologique · · · · · · 02 Etablir des débits matière · · 03 Etablir, compléter un document de fabrication · · · · 04 Traduire une solution technique · · · · · · C3 - METTRE EN OEUVRE, REALISER 01 Organiser le poste de travail · · · 02 Installer et régler les outils · · · · 03 Conduire les opérations d’usinage, de montage, et de finition · · · · 04 Vérifier la conformité des matériaux, des produits, et des outillages · · · · · 05 Assurer la maintenance des matériels et des postes de travail (1er niveau) · · · · C4 - COMMUNIQUER 01 S’exprimer oralement, graphiquement et par écrit · · · · · · · · 02 Participer aux échanges · · · · · · · · S1 - LES MATERIAUX S5 - LA CONNAISSANCE DES PROCESSUS 01 L’identification et la classification 01 Les techniques d’usinage 02 La végétation et la structure 02 Les techniques de montage 03 Les domaines d’utilisation 03 Les techniques de finition 04 Les caractéristiques physiques, mécaniques et chimiques 04 Les étapes de la fabrication 05 Les facteurs de variation 05 L’organisation de la phase et de la sous-phase S2 - LES OUVRAGES 06 L’organisation du poste de travail 01 La conception et la construction 07 Le contrôle et la qualité 02 Les liaisons S6 - L’ENTREPRISE 03 L’étude fonctionnelle 01 La notion de coût de production S3 - LES MOYENS DE REPRESENTATION ET DE 02 Les partenaires COMMUNICATION 03 Les fonctions et les responsabilités 01 Les moyens d’expression graphique 04 Les types d’entreprise 02 Les codes et langages normalisés 05 Les organisations professionnelles 03 Les systèmes et langages informatiques S7 - LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS S4 - LA CONNAISSANCE DES MATERIELS ET DES SYSTEMES 01 La sécurité des personnes 01 La cinématique des machines 02 La sécurité des installations 02 La coupe des matériaux S8 - ARTS APPLIQUES 03 Les procédés d’usinage 01 L’histoire des styles 04 Les systèmes 02 Les ressources documentaires 05 La maintenance 03 La mise au point esthétique d’une proposition

                                                        Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste                                                                                                                                

30 S1 – LES MATERIAUX. 01 - L’identification et la classification. 02 - La végétation et la structure. 03 - Les domaines d’utilisation. 04 - Les caractéristiques physiques, mécaniques et chimiques. 05 - Les facteurs de variation. S2 – LES OUVRAGES. 01 - La conception et la construction. 02 - Les liaisons. 03 - L’étude fonctionnelle. S3 – LES MOYENS DE REPRESENTATION ET DE COMMUNICATION. 01 - Le dessin de construction. 02 - Les codes et les langages normalisés. 03 - Les systèmes informatiques. S4 – LA CONNAISSANCE DES MATERIELS ET DES SYSTEMES. 01 - La cinématique des machines. 02 - La coupe des matériaux. 03 - Les procédés d’usinage. 04 - Les systèmes. 05 - La maintenance. S5 – LA CONNAISSANCE DES PROCESSUS. 01 - Les techniques d’usinage. 02 - Les techniques de montage. 03 - Les techniques de finition. 04 - Les étapes de la fabrication. 05 - L’organisation de la phase et de la sous-phase. 06 - L’organisation du poste de travail. 07 - Le contrôle et la qualité. S6 – L’ENTREPRISE. 01 - La notion de coût de production. 02 - Les partenaires. 03 - Les fonctions et les responsabilités. 04 - Les types d’entreprises. 05 - Les organisations professionnelles. S7– LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS. 01 - La sécurité des personnes. 02 - La sécurité des installations. S8 – ARTS APPLIQUÉS. 01 - L’analyse formelle et stylistique. 02 - Les ressources documentaires. 03 - La mise au point esthétique d’une proposition

 FORMATION ébéniste CHARENTE ,Cours de menuiserie - VOUS DÉBUTEZ LE TRAVAIL DU BOIS stage

 S1 LES MATÉRIAUX (1) CONNAISSANCES NIVEAUX D’EXIGENCE

01. L’identification - la classification Notions de classe, de famille , de variétés NOMMER les produits d’usage courant. CLASSER par familles. Notions d’origine, d’essence PRÉCISER : - les essences de pays et celles d’importation, - les essences fines. Commercialisation - normalisation ÉNONCER les caractéristiques commerciales et/ou normalisées des divers produits. 02. La végétation et la structure Le cycle végétatif EXPLIQUER le système végétatif de l’arbre. Composition, caractéristiques structurelles et morphologiques Structure, utilisation IDENTIFIER et INDIQUER les différentes parties de la coupe transversale de l’arbre. DIFFÉRENCIER une texture forte d’une texture faible. SITUER sur la coupe longitudinale de l’arbre les limites des zones utilisables. IDENTIFIER les particularités d’ aspect de certaines zones, par rapport à l’utilisation (loupe, ronce, ...). 03. Les domaines d’utilisation Notions de comptabilité, de faisabilité IDENTIFIER les contraintes liées à la fonction d’usage. PRÉCISER les caractéristiques du produit liées à l’utilisation. Respect des règles de l’art CHOISIR un matériau en adéquation avec la fonction d’usage. CHOISIR une essence, un produit de finition sur des critères d’esthétique

S1 LES MATÉRIAUX (2) CONNAISSANCES NIVEAUX D’EXIGENCE 04

. Les caractéristiques physiques, mécaniques et chimiques Aspects, masse volumique, couleur... LIRE et EXPLOITER les fiches techniques liées aux caractéristiques physiques des produits. Équilibre hygroscopique MESURER le taux d’humidité d’un bois. Variation dimensionnelle des bois IDENTIFIER et EXPLIQUER les phénomènes de variation dimensionnelle. EXPLOITER les documents normatifs relatifs à l’humidité et à la variation dimensionnelle des bois. CALCULER la variation dimensionnelle. Notions d’état de surface COMPARER les états de surface. MESURER la viscosité d’un produit de finition. Notions de pression et de contrainte Notions expérimentales de flexion, de compression, de traction, de cisaillement en fonction du sens du fil du bois Notions de prise, d’adhérence ÉNONCER les caractéristiques mécaniques des matériaux. LIRE et EXPLOITER les documents techniques et normatifs liés aux caractéristiques mécaniques et chimiques. 05. Les facteurs de variation Le séchage des bois ÉNONCER les procédés de séchage. EXPLIQUER les principes du séchage. Singularités et altérations des bois IDENTIFIER, RECONNAÎTRE les anomalies et singularités. ÉVALUER les conséquences pour la mise en œuvre. (1) notamment les produits suivants : - bois (massifs, placages, filets), - dérivés du bois (panneaux, placages, filets), - produits de finition, - abrasifs (appliqués, agglomérés), - quincailleries, - colles.

S2 LES OUVRAGES 01.

La conception et la construction Terminologie, désignation NOMMER l’ouvrage et ses éléments. Contraintes dimensionnelles, géométriques et volumiques IDENTIFIER les caractéristiques géométriques et dimensionnelles. Conditions de fonctionnement DÉCRIRE le fonctionnement et les conditions (dimensions, positions, jeux, formes). Conception et spécificité professionnelle DIFFÉRENCIER une conception dite « de type ébénisterie », d’une conception dite « de type menuiserie ». EXPLICITER ces spécifités. 02. Les liaisons Morphologie, esthétique IDENTIFIER et PRÉCISER les différentes formes de liaisons. Classes et familles de liaisons CLASSER les assemblages (rencontre, élargissement...). Notions de résistance COMPARER les différents systèmes d’assemblages. Faisabilité (notions de coût) ÉNONCER les critères de faisabilité (technologiques, économiques). 03. L’étude fonctionnelle Fonctions principales et secondaires IDENTIFIER les différentes composantes, leur nature. PRÉCISER les conditions de mise en œuvre. DÉFINIR les fonctions secondaires, la fonction globale d’usage. Dispositions constructives : - construction / esthétique, - matériaux / coût... JUSTIFIER les solutions technologiques adaptées aux fonctions.

S3 LES MOYENS DE REPRÉSENTATION ET DE COMMUNICATION (1) CONNAISSANCES NIVEAUX D’EXIGENCE 01. Le dessin de construction Le dossier de fabrication (descriptif, plans de définition, de fabrication...) IDENTIFIER les différents dessins (d’ensemble, de définition, de fabrication...). EXPRIMER les caractéristiques principales (dimensions, formes, sens d’ouverture, mobilités). Fonctions et relations entre ces documents IDENTIFIER leurs relations et PRÉCISER leurs fonctions. Les conventions de représentation liées à la profession (mise au plan...) IDENTIFIER et EXPLOITER les codes et les langages des différents dessins. Les conventions de projection (coupes, sections...) Les documents complémentaires (épures, croquis...) TRADUIRE les conventions, les représentations, les symboles. Les fiches techniques, catalogues Les documents normatifs EXPLOITER les documents techniques, normatifs et complémentaires. 02. Les codes et les langages normalisés Les langages symboliques : - algorithmiques, - schématiques, - graphiques. IDENTIFIER, DÉCODER et UTILISER les différentes formes de langages. La cotation de fabrication : - surface référentielle de cotation, - cotes directes ou calculées, - cotes machine, - cotes outils, - cotes appareillages. IDENTIFIER et EXPLICITER une désignation normalisée relative à des grandeurs : - linéaires, - angulaires, - géométriques (forme, position, jeu, orientation...), - états de surfaces.

S3 LES MOYENS DE REPRÉSENTATION ET DE COMMUNICATION (2) CONNAISSANCES NIVEAUX D’EXIGENCE 03.

Les systèmes informatiques Notions de matériels IDENTIFIER les différentes parties d’un système (matériels). Notions de logiciels : - un tableur, - un traitement de texte, - un logiciel DAO. CHOISIR le logiciel adapté au besoin. L’outil DAO DÉFINIR un élément simple (pied, traverse...) au moyen de deux ou trois vues. S4 LA CONNAISSANCE DES MATÉRIELS et des SYSTÈMES (1) CONNAISSANCES NIVEAUX D’EXIGENCE 01. La cinématique des machines Définition des mouvements de : - rotation, - translation. INVENTORIER, IDENTIFIER le ou les mouvements disponibles. IDENTIFIER le ou les référentiels machine. Notions de trajectoire, de mouvement PRÉCISER le ou les éléments générateurs de l’outil. 02. La coupe des matériaux Technologie de la coupe - par enlèvement de copeaux, - par abrasion. COMPARER les différentes technologies. Terminologie de l’outil de coupe LOCALISER et NOMMER les différentes parties de l’outil. Caractéristiques de l’outil de coupe : - géométriques, - dimensionnelles, - angulaires, - mécaniques et métallurgiques (acier, carbure,...). LOCALISER et IDENTIFIER les angles caractéristiques. INDIQUER le mode d’action (radiale, tangentielle). CITER les différents matériaux et nuances, utilisés pour la partie active. Paramètres de coupe : - vitesse de coupe, - fréquence de rotation, - vitesse d’avance. CALCULER une fréquence de rotation, une vitesse d’avance. CHOISIR et /ou AJUSTER une vitesse ou fréquence à partir de tableaux ou abaques. Relations entre les caractéristiques des matériaux à usiner et de l’outil de coupe PROPOSER une solution adaptée (outil, vitesse...).

S4 LA CONNAISSANCE DES MATÉRIELS et des SYSTÈMES (2) CONNAISSANCES NIVEAUX D’EXIGENCE 03

. Les procédés d’usinage Mise en oeuvre des moyens associés à une technique permettant l’exécution d’une tâche - les moyens (machines, outillages, montages...) ÉNONCER les méthodes, les outillages et les réglages. EXPLICITER les méthodes afférentes à chaque procédé en y associant les matériels utilisés. 04. Les systèmes Notions de classe de machines IDENTIFIER les différents types de machines (traditionnelles automatisées à positionnement ou à commande numérique). Notions d’architecture DISTINGUER la partie commande de la partie opératoire. Fonctions des différents éléments Conditions de mise en oeuvre du système IDENTIFIER et PRÉCISER les fonctions des différents éléments. Méthodologie de réglage INDIQUER les relations entre les usinages à effectuer et les conditions de réglage. DÉTERMINER la valeur des paramètres de réglage. Mise et maintien en position : - appui plan - appui linéaire - appui ponctuel LOCALISER et IDENTIFIER les liaisons élémentaires. PROPOSER des montages auxiliaires. Conditions de sécurité : - principes - règles de travail - pictogrammes ÉNONCER et EXPLICITER les consignes de protection et de sécurité. CONTRÔLER les conditions d’utilisation d’un matériel. TRADUIRE les symboles. 05. La maintenance Notions de maintenance préventive ÉNUMÉRER les matériels nécessitant un entretien préventif. Notions de suivi d’entretien (fiches, notices...) EXPLIQUER le type d’intervention. Notions d’actions correctives IDENTIFIER les dysfonctionnements. ÉNONCER les limites d’intervention.

S5 LA CONNAISSANCE DES PROCESSUS (1) CONNAISSANCES NIVEAUX D’EXIGENCE 01.

Les techniques d’usinage Les usinages plans : - corroyage, - sciage. Les usinages de profils divers : - chantournage, - profilage, - contournage, - perçage, - défonçage. ÉNUMÉRER et CLASSER les principales techniques d’usinage par rapport aux formes à réaliser, aux machines et aux outillages utilisés. 02. Les techniques de montage Les outillages de montage, de serrage : - classification (manuels, mécaniques), - capacité, course, encombrement... ÉNUMÉRER les différentes techniques en indiquant les matériels. CHOISIR une technique et DÉFINIR la chronologie des étapes. 03. Les techniques de finition Surfaçage par raclage, ponçage DÉTERMINER et JUSTIFIER le choix des outils. Principes d’application des produits de finition IDENTIFIER et CITER les moyens de mise en œuvre. INDIQUER les précautions de mise en œuvre. 04. Les étapes de la fabrication Définition du processus (graphique de phases, sous phases, opérations...) A partir de dessins de fabrication : ÉNUMÉRER les différentes étapes relatives à l’organisation d’une fabrication. Les contraintes d’antériorité : - géométriques, - dimensionnelles, - technologiques. CLASSER et DIFFÉRENCIER les différentes étapes.

S5 LA CONNAISSANCE DES PROCESSUS (2) CONNAISSANCES NIVEAUX D’EXIGENCE 05

. L’organisation de la phase et de la sous-phase Critères géométriques : - cotation de définition. Critères technologiques : - stabilité, - accessibilité des outils par rapport aux surfaces à générer, - capacité des moyens mis en œuvre. Notions de cotes directes ou calculées : - cotes machine, - cote outils, - cotes appareillages. ÉNONCER et DIFFÉRENCIER les diverses cotes de fabrication. 06. L’organisation du poste de travail Notions d’agencement (disposition des outillages des produits par rapport au poste, à l’opérateur) Ordonnancement des outillages Notion d’ergonomie Notion de circuit et de déplacement minimal ÉNUMÉRER les critères relatifs à l’agencement et à l’organisation d’un poste de travail. 07. Le contrôle et la qualité Les instruments de mesure et de contrôle ÉNUMÉRER, CLASSER et RECONNAÎTRE les instruments d’usage courant. Critères géométriques : - intervalles de mesurage, de tolérance. Critères technologiques : - accessibilité, circuit mécanique, circuit géométrique. Lecture des fiches techniques IDENTIFIER la nature du contrôle à effectuer. CHOISIR l’instrument de mesure, de contrôle. ÉNONCER les précautions d’emploi. Notion d’indicateur de qualité Notion d’auto-contrôle. DÉTECTER les défauts ou malfaçons

S6 L’ENTREPRISE CONNAISSANCES NIVEAUX D’EXIGENCE 01

. La notion de coût de production Dépenses directes fixes ou variables (matière, fournitures, main d’œuvre) Dépenses indirectes, fixes ou variables (charges sociales, frais généraux, investissement...) DISTINGUER les principaux éléments entrant dans un coût de production. 02. Les partenaires Les différents corps de métiers connexes INDIQUER les différents corps d’état et leurs relations. Leurs relations PRÉCISER les limites des domaines d’intervention. 03. Les fonctions et les responsabilités Qualification des personnels et domaines d’intervention INDIQUER les niveaux de qualification des personnels et PRÉCISER leurs fonctions. Notions de garantie APPRÉCIER sa part de responsabilité. 04. Les types d’entreprises. Par leur taille, leur mode d’organisation, leur fabrication INDIQUER les types d’entreprises (artisanat, P.M.E., P.M.I.). INDIQUER et PRÉCISER la fonction des différents services (administration, fabrication). 05. Les organisations professionnelles Les syndicats professionnels Les syndicats salariés Les conventions collectives les organismes techniques (C.T.B, I.N.R.S, O.P.P.B.T.P.)* ÉNUMÉRER les organismes et PRÉCISER leurs fonctions. * Centre technique du bois , Institut national de recherche en sécurité, Office public de prévention du bâtiment et des travaux publics

S7 LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS CONNAISSANCES NIVEAUX D’EXIGENCE 01

. La sécurité des personnes Agencement du poste de travail Déplacements de l’opérateur ÉNUMÉRER et APPLIQUER les règles de sécurité à respecter. Ergonomie de la manipulation Manutention des matériels Règles d’accès aux parties commandes Règles de mise hors tension Utilisation des produits toxiques Utilisation des machines portatives APPLIQUER les règles de manipulation des matériels, des matériaux des produits toxiques et des énergies. RESPECTER les normes en vigueur. 02. La sécurité des installations Protection incendie Protection contre les risques de pollution DÉTERMINER les zones à risques. APPLIQUER les règles en vigueur.

S 8 ARTS APPLIQUÉS (1) CONNAISSANCES NIVEAUX D’EXIGENCE 01.

L’analyse formelle et stylistique A partir d’une documentation visuelle : Notions essentielles de chronologie de l’antiquité à nos jours RESITUER un meuble dans un contexte historique et régional. Étude des principaux courants artistiques (Architecture, Arts plastiques, Arts appliqués...) Étude du rapport forme/fonction/époque IDENTIFIER un meuble par rapport à un environnement artistique et socioculturel. RECHERCHER les sources d’inspiration. RELEVER sous forme de croquis et d’annotations des caractéristiques fonctionnelles et stylistiques à partir de données réelles et/ou figurées. 02. Les ressources documentaires A partir d’une documentation visuelle : Notions concernant l’histoire des styles, les codes de représentation esthétique et technique Dessins, maquettes, écrits, CDROM... IDENTIFIER les sources d’information. DISTINGUER et SÉLECTIONNER les informations esthétiques et techniques nécessaires en fonction de la demande. Notions de cahier des charges comprenant les caractéristiques et les contraintes - d’esthétique, - d’usage, - de technique de fabrication/de réalisation. SITUER et ANALYSER les contraintes. Vocabulaire spécifique du domaine artistique Vocabulaire spécifique du domaine professionnel COMPRENDRE et UTILISER le vocabulaire spécifique.

S 8 ARTS APPLIQUÉS (2) CONNAISSANCES NIVEAUX D’EXIGENCE 03.

La mise au point esthétique d’une proposition Le cahier des charges Les contraintes esthétiques, stylistiques et techniques ANALYSER et RESPECTER les données de la demande. Les références culturelles La fonction, la destination du produit CHOISIR les références utiles et nécessaires. Phénomènes perspectifs entraînant des modifications d’apparence Notions de matières en relation avec : - leur apparence, - leurs caractéristiques technologiques, Les techniques d’élaboration : - croquis (sur table et en situation), - dessin, lavis, maquette... Les techniques d’expression : - moyens plastiques, présentation, annotations écrites et graphiques... TRADUIRE graphiquement les principales déformations induites par le volume et l’angle de vue. CHOISIR les moyens plastiques et techniques adaptés. SÉLECTIONNER, ASSOCIER et TRADUIRE des matières en fonction d’un usage, d’une destination. RECHERCHER, COMPARER, CHOISIR et PROPOSER une solution esthétique et technique.

Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 44

TABLEAU DE MISE EN RELATION « COMPÉTENCES - UNITÉS » COMPÉTENCES U 1 U 2 U 3 1

- collecter des informations X X X C1 2 - décoder, analyser des documents esthétiques et techniques X X X 1 - effectuer un choix technologique X 2 - établir des débits matières X X 3 - établir un document de fabrication X C2 4 - traduire une solution technique X X X 1 - organiser le poste de travail X 2 - installer et régler les outils X 3 - conduire les opérations d’usinage, de montage et de finition X 4 - vérifier la conformité des matériaux, des produits et des outillages X C3 5 - assurer la maintenance des matériels et des postes de travail X 1 - s’exprimer oralement, graphiquement et par écrit X X X C4 2 - participer aux échanges X Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 45 UNITES GENERALES FRANÇAIS ET HISTOIRE GEOGRAPHIE- UG 1 L’unité comprend l’ensemble des objectifs et compétences établis par l’arrêté du 26 juin 2002 (BO hors série n° 5 du 29 août 2002). MATHEMATIQUES-SCIENCES - UG2 L’unité comprend l’ensemble des objectifs et compétences établis par l’arrêté du 26 juin 2002 (BO hors série n° 5 du 29 août 2002). EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE – UG 3 L’unité comprend l’ensemble des objectifs, connaissances et compétences établis par l’arrêté du 25 septembre 2002 (BO n° 39 du 24 octobre 2002). LANGUE VIVANTE – UG 4 L’unité comprend l’ensemble des objectifs et compétences établis par l’arrêté du 8 juillet 2003 (BO hors série n° 4 du 24 juillet 2003). Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 46 ANNEXE II PERIODE DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 47 PÉRIODE DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL 1 - Objectifs : La formation en milieu professionnel doit permettre à l’élève, l’apprenti ou le stagiaire de formation continue d’acquérir et de mettre en œuvre des compétences en termes de savoir-faire et de savoir-être. Ces compétences sont répertoriées dans le référentiel de certification. Les activités confiées doivent être en adéquation avec celles qui sont définies dans le référentiel des activités professionnelles. Pour les diplômes du secteur professionnel du métier d’ébéniste, la période de formation en milieu professionnel permet également d’exercer des activités en situation de production et d’intervenir sur des ouvrages existants. 2 - Durée et modalités : 2-1 Candidats relevant de la voie scolaire : Pour les CAP du secteur professionnel du métier d’ébéniste préparés par la voie scolaire, la durée de la période de formation en milieu professionnel est de douze semaines sur un cycle de deux années. Au cours de la deuxième année de formation, la période de formation en milieu professionnel fournit le cadre et les supports des évaluations prévues en entreprise dans le cadre du contrôle en cours de formation. Un candidat qui, pour une raison de force majeure dûment constatée, n’a pu effectuer ses périodes de formation en milieu professionnel pour la partie prévue en deuxième année, peut être autorisé par le recteur à se présenter à l’examen, le jury étant tenu informé de sa situation. Le choix des dates des périodes de formation en milieu professionnel est laissé à l’initiative de l’établissement, en concertation avec les milieux professionnels et les conseillers de l’enseignement technologique, pour tenir compte des conditions locales. Les lieux choisis et les activités confiées à l’élève pendant les différentes périodes de formation en milieu professionnel doivent permettre de répondre aux exigences des objectifs définis ci-dessus. La recherche de l’entreprise d’accueil est assurée par l’équipe pédagogique de l’établissement en fonction des objectifs de formation (circulaire n° 2000-095 du 26 juin 2000, B.O. n° 25 du 29 juin 2000). La période de formation en milieu professionnel doit faire l’objet d’une convention entre le chef d’entreprise accueillant les élèves et le chef d’établissement où ils sont scolarisés. La convention est établie conformément à la convention type définie par la note de service n° 96-241 du 15 octobre 1996 - B.O. n° 38 du 24 octobre 1996, modifiée par la note DESCO A7 n° 0259 du 13 juillet 2001. La convention comprend une annexe pédagogique ainsi qu’un livret de formation précisant les modalités et le contenu des périodes de formation en milieu professionnel. Pendant la période de formation en milieu professionnel, le candidat a obligatoirement la qualité d’élève stagiaire et non de salarié. L’élève reste sous la responsabilité pédagogique de l’équipe des professeurs chargés de la section. Ces derniers effectuent des visites au sein de l’entreprise afin d’y rencontrer le responsable de la formation et ainsi, d’assurer un suivi efficace de l’élève. 2.2. Candidats relevant de la voie de l’apprentissage : La formation fait l’objet d’un contrat conclu entre l’apprenti et son employeur conformément aux dispositions du code du travail. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 48 Le document de liaison établi par le centre de formation d’apprentis en concertation avec le conseiller de l’enseignement technologique et les représentants locaux du secteur professionnel du métier d’ébéniste précise les modalités et le contenu de la formation en milieu professionnel. Les activités confiées à l’apprenti doivent respecter les objectifs définis ci-dessus, paragraphe 1. 2.3. Candidats relevant de la voie de la formation continue : La durée de la période de formation en milieu professionnel est de douze semaines. Toutefois, les candidats de la formation continue peuvent être dispensés des périodes de formation en milieu professionnel s’ils justifient d’une expérience professionnelle d’au moins six mois dans le secteur d’activités du diplôme. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 49

ANNEXE III RÈGLEMENT D’EXAMEN

Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 50

RÈGLEMENT D’EXAMEN Certificat d'aptitude professionnelle Ebéniste Scolaires

(établissements publics et privés sous contrat) Apprentis (CFA et sections d'apprentissage habilités) Formation professionnelle continue (établissements publics) Scolaires (établissements privés hors contrat) Apprentis (CFA et sections d'apprentissage non habilités) Formation professionnelle continue (établissements privés) enseignement à distance candidats individuels Épreuves Unités Coef. Mode Modes Durée UNITÉS PROFESSIONNELLES EP1 – Etude de construction, préparation du travail et technologie UP1 4 CCF Ponctuelle écrite 7 h 00 EP2 – Analyse formelle et stylistique et réalisation graphique UP2 2 CCF Ponctuelle écrite et graphique 4 h 00 EP3 – Fabrication d’un ouvrage d’ébénisterie UP3 9 (1) CCF Ponctuelle pratique 22 h 00 (2) UNITÉS D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL EG1 - Français et histoiregéographie UG1 3 CCF Ponctuelle écrite et orale 2 h 15 EG2 - Mathématiques - sciences UG2 2 CCF Ponctuelle écrite 2 h 00 EG3 – Éducation physique et sportive UG3 1 CCF Ponctuelle EG4 - Langue vivante (3) UG4 1 CCF Ponctuelle orale 20 min (1) dont coefficient 1 pour la vie sociale et professionnelle (2) dont 1 h pour la vie sociale et professionnelle (3) ne sont autorisées à l’examen que les langues vivantes étrangères enseignées dans l’académie, sauf dérogation accordée par le recteur. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 51 ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 52 EPREUVE EP1 : Etude de construction, préparation du travail et technologie UP 1 Coef. 4 l Finalités et objectifs de l’épreuve : Cette épreuve doit permettre de vérifier les compétences du candidat concernant la préparation de sa fabrication. A partir d’un ensemble de documents limité aux données strictement nécessaires à la description de l’ouvrage ou du produit à réaliser (forme, dimensions, constitution, contexte, etc), et aux conditions de réalisation (contraintes techniques, machines et outillages disponibles, matériaux et accessoires, etc), le candidat est conduit à procéder à l’analyse de situations professionnelles de son métier et à proposer l’organisation de son intervention en adéquation avec le cahier des charges fourni. Il s’agit pour lui d’identifier les diverses interventions prévues, d’énoncer les caractéristiques essentielles de l’ouvrage, de traduire graphiquement les informations ou solutions techniques, de préparer les tracés professionnels d’exécution, de lister les opérations à effectuer, d’organiser son poste de travail et de prévoir les matériels, outillages et matériaux nécessaires. Ces compétences sont liées aux activités professionnelles suivantes : - l’interprétation des documents de fabrication et des consignes écrites ou orales, - le traitement d’informations pertinentes (esthétiques, techniques, architecturales…), - l’analyse des caractéristiques du produit fini et des limites de son intervention, - la préparation du travail en utilisant ses connaissances technologiques, - la préparation des outillages, matériels et matériaux liés à son ouvrage, - l’organisation de l’intervention en respectant l’environnement, l’hygiène et la sécurité. Cette épreuve comporte trois parties. Le candidat doit être capable de : a) pour l’étude de construction - décoder des données techniques, - analyser et traiter un dossier, des documents techniques, des dessins d’ensemble, de définition, - extraire les informations nécessaires à un travail, - proposer des solutions technologiques adaptées, - compléter un plan de construction de tout ou partie d’un meuble. b) pour la préparation - proposer des solutions techniques et technologiques de mise en œuvre, - préparer un travail sous la forme : * d’une fiche de débit, * d’une analyse de fabrication, * d’un mode opératoire, * d’un contrat de phase, * d’une définition d’un montage auxiliaire simple. c) pour la technologie - proposer des solutions adaptées aux différents problèmes posés. Les ouvrages traités sont des ouvrages courants d’ébénisterie (mobilier intérieur de style ou contemporain). Les documents fournis correspondent au dossier de définition et d’exécution de l’ouvrage. Les épreuves EP2 et EP3 peuvent prendre appui sur ce même dossier. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 53 l Contenus de l’épreuve : Cette épreuve porte sur tout ou partie des compétences terminales repérées UP1 dans le tableau de mise en relation des compétences et des unités de certification et des savoirs associés listés ci-après : - C1.01 collecter des informations, - C1.02 décoder, analyser des documents esthétiques et techniques, - C2.01 effectuer un choix technologique, - C2.02 établir des débits matières, - C2.03 établir un document de fabrication, - C2.04 traduire une solution technique, - C4.01 s’exprimer oralement, graphiquement et par écrit. - S1 les matériaux, - S2 les ouvrages, - S3 les moyens de représentation et de communication, - S4 la connaissance des matériels et des systèmes, - S5 la connaissance des processus, - S6 l’entreprise, - S7 la prévention des risques professionnels, - S8.02 les ressources documentaires. l Critères d’évaluation : - les choix technologiques, - la faisabilité des opérations, - le respect des conventions de représentation, - la pertinence et la clarté des solutions proposées, - la qualité graphique des documents produits, - la prise en compte de l’environnement et des règles d’hygiène et de sécurité. l Modes d’évaluation : Selon le statut du candidat, l'évaluation s'effectue soit par épreuve ponctuelle (I), soit par contrôle en cours de formation (II). Les activités, les documents techniques, les compétences évaluées et le degré d’exigence sont semblables quel que soit le mode d’évaluation. L’inspecteur de l’éducation nationale de la spécialité veille au bon déroulement de l’examen. Ë I) Evaluation par épreuve ponctuelle : L’épreuve a une durée de 7 heures et se déroule obligatoirement en salle de construction. Elle est composée de trois parties : a) Etude de construction 3 heures 30 min 6 points, b) Préparation du travail 2 heures 7 points, c) Technologie 1 heure 30 min 7 points. Le sujet s’appuie sur un dossier remis au candidat dont les données peuvent être : * Un dossier de définition de l’ouvrage comprenant : - la description de la situation professionnelle, - un descriptif, - un géométral et une perspective (pour l’étude de construction), - le plan d’ensemble, - les plans de sous-ensembles ou éléments, - les dessins de fabrication (pour la préparation du travail et la technologie). Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 54 * Un dossier ressource comprenant : - les ressources matérielles disponibles, - les fiches techniques relatives aux matériaux et matériels. * Un dossier travail demandé comprenant : - les questions posées avec le barème d’évaluation. Ë II) Evaluation par contrôle en cours de formation : L’évaluation des acquis des candidats s’effectue sur la base d’un contrôle en cours de formation à l’occasion d’une situation d’évaluation organisée par l’établissement de formation à la fin du premier trimestre ou au début du deuxième trimestre de l’année civile de la session d’examen et dans le cadre des activités habituelles de formation professionnelle (ou dans la deuxième partie de la formation pour les stagiaires de la formation continue). Cette situation d’évaluation peut être effectuée en trois séquences distinctes : a) étude de construction, b) préparation du travail, c) technologie. Les documents d’évaluation sont préparés et fournis par les formateurs de l’établissement. La participation de professionnels est nécessaire. Le déroulement de l’évaluation fait l’objet d’un procèsverbal détaillé, établi par les correcteurs. La proposition de note est établie par l'équipe pédagogique composée des enseignants du domaine professionnel et d’un professionnel associé. La note définitive est délivrée par le jury. EPREUVE EP2 : Analyse formelle et stylistique et réalisation graphique UP 2 Coef. 2 l Finalités et objectifs de l’épreuve : a) Analyse formelle et stylistique : Cette première partie d’épreuve doit permettre de vérifier que le candidat est capable, à partir d’un ou plusieurs documents historiques et/ou contemporains, de situer, d’analyser et de comparer une ou plusieurs œuvres caractéristiques de l’histoire des styles du mobilier, des origines à nos jours. Cette évaluation porte sur les généralités et particularités des styles, l’architecture , l’ornementation, le mobilier, les professionnels et artistes ayant marqué leur époque. Des croquis doivent compléter l’étude. b) Réalisation graphique : Cette seconde partie d’épreuve a pour but de vérifier que le candidat est capable, à partir d’un dossier technique établi conjointement par les professeurs d’arts appliqués et les professeurs d’enseignement professionnel, d’identifier et d’exploiter les documents de référence (croquis, photographies, relevés, maquettes, cahier des charges, fiches techniques…) et les bases de données iconographiques, techniques), d’en extraire les informations nécessaires à son travail et de mettre au point et/ou d’adapter un projet d’art appliqué portant sur tout ou partie d’un élément mobilier et d’en traduire sa proposition par le graphisme, les couleurs, les matières et des croquis perspectifs. Ces compétences sont liées aux activités professionnelles suivantes : - prise de connaissance du travail à réaliser, - relevé d’informations pertinentes (esthétiques, techniques, historiques, architecturales…) dans l’environnement du produit, - décodage de dessins de définition, - proposition de solutions esthétiques et techniques en adéquation avec le cahier des charges et les moyens de fabrication, - communication d’informations esthétiques et techniques. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 55 l Contenus de l’épreuve : Cette épreuve porte sur tout ou partie des compétences terminales repérées UP2 dans le tableau de mise en relation des compétences et des unités de certification et des savoirs associés listés ci-après : a) pour l’analyse formelle et stylistique, - C1.01 collecter des informations, - C1.02 décoder, analyser des documents esthétiques et techniques, - C4.01 s’exprimer oralement, graphiquement et par écrit. - S8.01 analyse formelle et stylistique, - S8.02 ressources documentaires. b) pour la réalisation graphique, - C1.01 collecter des informations, - C1.02 décoder, analyser des documents esthétiques et techniques, - C2.04 traduire une solution technique, - C4.01 s’exprimer oralement, graphiquement et par écrit. - S3.01 dessin de construction, - S8.02 ressources documentaires, - S8.03 mise au point esthétique d’une proposition. l Critères d’évaluation : - la pertinence de l’analyse formelle et stylistique, - la pertinence et la clarté des solutions graphiques et techniques proposées, - la qualité graphique et technique des documents produits. l Modes d’évaluation : Selon le statut du candidat, l'évaluation s'effectue soit par épreuve ponctuelle (I), soit par contrôle en cours de formation (II). Les activités, les documents techniques, les compétences évaluées et le degré d’exigence sont semblables quel que soit le mode d’évaluation. L’inspecteur de l’éducation nationale de la spécialité veille au bon déroulement de l’examen. Ë I) Evaluation par épreuve ponctuelle : L’épreuve a une durée de 4 heures et se déroule obligatoirement en salle de construction ou d’arts appliqués. Elle est composée de deux parties : a) Analyse formelle et stylistique 1 heure 30 min 8 points, b) Réalisation graphique 2 heures 30 min 12 points. Les sujets s’appuient sur un dossier remis au candidat dont les données peuvent être : * Un dossier de définition comprenant : - la description de la situation professionnelle, - des documents de références (croquis, photographies, relevés, maquettes, cahier des charges, fiches techniques…), - des données iconographiques et techniques, - un descriptif, - une perspective, - la définition d’éléments architecturaux. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 56 * Un dossier ressources comprenant : - des documents historiques et/ou contemporains. * Un dossier travail demandé comprenant : - les questions posées avec le barème d’évaluation. Ë II) Evaluation par contrôle en cours de formation : L’évaluation des acquis des candidats s’effectue sur la base d’un contrôle en cours de formation à l’occasion d’une situation d’évaluation organisée par l’établissement de formation au cours du deuxième trimestre de l’année civile de la session d’examen et dans le cadre des activités habituelles de formation professionnelle (ou dans la deuxième partie de la formation pour les stagiaires de la formation continue). Cette situation d’évaluation peut être effectuée en deux séquences distinctes : a) analyse formelle et stylistique, b) réalisation graphique ). Les documents d’évaluation sont préparés et fournis par les formateurs de l’établissement. Le déroulement de l’évaluation fait l’objet d’un procès-verbal détaillé, établi par les correcteurs. La proposition de note est établie par le ou les enseignants d’arts appliqués avec la participation d’un enseignant du domaine professionnel. La note définitive est délivrée par le jury. EPREUVE EP3 : Fabrication d’un ouvrage d’ébénisterie UP 3 Coef. 9 (8 + 1 pour la VSP) l Finalités et objectifs de l’épreuve : Cette épreuve doit permettre de vérifier les compétences concernant la fabrication d’un ouvrage d’ébénisterie (mobilier intérieur de style ou contemporain). A partir d’un dossier technique, le candidat doit réaliser l’ouvrage dans un temps donné. Un mode opératoire peut être fourni. Les pièces composant le sujet sont fournies (débitées et/ou corroyées…). L’exécution de l’ouvrage comporte tout ou partie des techniques suivantes : - tracés d’après documents de définition, - exécution d’assemblages, - montage et réglage d’outillage, - usinage d’un élément d’une partie de meuble, d’un ouvrage d’ébénisterie, - montage de corps de meubles, - réalisation, ajustage et ferrage de parties mobiles (portes, tiroirs, abattants), - réalisation de frisages en placage et pose de filets simples suivant une disposition définie, - réalisation de plaques de parties planes, - montage, collage, ponçage (finition manuelle ou mécanique). l Contenus de l’épreuve : Cette épreuve porte sur tout ou partie des compétences terminales repérées UP3 dans le tableau de mise en relation des compétences et des unités de certification listées ci-après : - C1.01 collecter des informations, - C1.02 décoder, analyser des documents esthétiques et techniques, - C2.02 établir des débits matières, - C2.04 traduire une solution technique, - C3.01 organiser le poste de travail, - C3.02 installer et régler les outils, - C3.03 conduire les opérations d’usinage, de montage et de finition, Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 57 - C3.04 vérifier la conformité des matériaux, des produits et des outillages, - C3.05 assurer la maintenance des matériels et des postes de travail, - C4.01 s’exprimer oralement, graphiquement et par écrit, - C4.02 participer aux échanges. l Critères d’évaluation : - la conformité du produit réalisé au cahier des charges, - le respect des dimensions et des formes, - la qualité d’exécution des assemblages, - le bon fonctionnement des parties mobiles, - la qualité de la mise en œuvre du placage, - la qualité de la finition en blanc, - la bonne organisation du poste de travail, - le respect du temps imparti, - la prise en compte de l’environnement et des règles d’hygiène et de sécurité. l Modes d’évaluation : Selon le statut du candidat, l'évaluation s'effectue soit par épreuve ponctuelle (I), soit par contrôle en cours de formation (II). Les activités, les documents techniques, les compétences évaluées et le degré d’exigence sont semblables quel que soit le mode d’évaluation. L’inspecteur de l’éducation nationale de la spécialité veille au bon déroulement de l’examen. Ë I) Evaluation par épreuve ponctuelle : L’épreuve a une durée de 21 heures (+1h pour la VSP) Le sujet s’appuie sur un dossier remis au candidat dont les données peuvent être : * Un dossier de définition de l’ouvrage comprenant : - la description de la situation professionnelle, - un descriptif, - une perspective, - le plan d’ensemble, - les plans de sous-ensembles ou éléments, - les dessins de fabrication. * Un dossier ressource comprenant : - les ressources matérielles disponibles, - les fiches techniques relatives aux matériaux et matériels. * Un dossier travail demandé comprenant : - les questions posées avec le barème d’évaluation. La réalisation devra comporter outre le réglage individuel des outillages, le réglage méthodique d’une machine mono ou multi-opératrices conventionnelle ou à positionnement numérique. Des travaux de placage seront également mis en œuvre. Ë II) Evaluation par contrôle en cours de formation : L’évaluation des acquis des candidats s’effectue sur la base d’un contrôle en cours de formation à l’occasion de deux situations d’évaluation organisées au cours de la dernière année de formation (ou dans la deuxième partie de la formation pour les stagiaires de formation continue). Les documents d’évaluation sont préparés et fournis par les formateurs de l’établissement. L'une des situations d'évaluation a lieu dans le centre de formation. L'autre situation d'évaluation a lieu dans l'entreprise au cours de la période de formation en milieu professionnel. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 58 Cette évaluation porte sur l’ensemble des compétences ciblées dans l’épreuve. On veillera toutefois à assurer la complémentarité des compétences évaluées entre le centre de formation et l’entreprise. a) Situation d'évaluation en centre de formation (14 points) : Elle est organisée à la fin du premier trimestre ou au début du deuxième trimestre de l'année civile de la session d'examen, dans l'établissement et dans le cadre des activités habituelles de formation professionnelle. La participation de professionnels est nécessaire. Le déroulement de l’évaluation fait l’objet d’un procèsverbal détaillé, établi par les correcteurs. La proposition de note est établie par l'équipe pédagogique composée des enseignants du domaine professionnel et d’un professionnel associé. La note définitive est délivrée par le jury. b) Situation d'évaluation au cours de la période de formation en milieu professionnel (6 points) La situation d'évaluation organisée au cours de la période de formation en milieu professionnel comporte plusieurs séquences d'évaluation, chacune faisant l’objet d’un document. L'évaluation s'appuie sur des situations professionnelles et des critères établis sur la base du référentiel et communs à l’ensemble des entreprises. La synthèse de l'évaluation est effectuée par le formateur de l'entreprise d'accueil et un enseignant du domaine professionnel, au sein de l'entreprise, en présence le cas échéant du candidat. Ils proposent conjointement au jury une note en fin ou à la suite de la période de formation en milieu professionnel. l Vie sociale et professionnelle Son évaluation est intégrée à l’épreuve EP3. Elle est notée sur 20 points. L’épreuve de vie sociale et professionnelle évalue des connaissances et des compétences du référentiel et s'appuie plus particulièrement sur la mise en œuvre d’une démarche d’analyse de diverses situations. Ë Évaluation par contrôle en cours de formation : Elle se déroule sous la forme de deux situations d’évaluation. Celles-ci sont organisées en centre de formation. Une proposition de note est établie, qui résulte de l’addition de la note obtenue lors de la première situation d’évaluation et de la note obtenue lors de la deuxième situation d’évaluation. La note définitive est délivrée par le jury. 1) Une situation d’évaluation écrite notée sur 14 points Cette situation est organisée en dernière année de formation. Elle comporte deux parties : 1ère partie : une évaluation écrite d’une durée de 1 heure notée sur 7 points. Les questions portent sur l’ensemble du programme. Pour ce qui concerne la partie 3, relative à l’individu au poste de travail, l’évaluation privilégie l’identification et le repérage des risques professionnels ainsi que la sélection de mesures de prévention. L’évaluation inclut obligatoirement l’un des risques communs à tous les secteurs professionnels : risques liés à l’activité physique, risques liés à la charge mentale, risque lié au bruit. Pour ce qui concerne la partie 4 : l’individu acteur des secours, seule la partie 4.1 « Incendie et conduite à tenir » est évaluée dans cette partie. 2ème partie : un travail personnel écrit noté sur 7 points Ce travail permet d’évaluer la maîtrise de quelques compétences du programme à travers la rédaction d’un document de 2 pages maximum par le candidat. Il peut s’agir d’un travail relatif : Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 59 - à la prévention d’un risque professionnel : analyse ou participation à une action - ou à une exploitation de documentation liée aux parties du programme relatives au parcours professionnel, à l’entreprise, au poste de travail ou à la consommation. Ce travail ne fait pas l’objet d’une présentation orale. 2) Une situation d’évaluation pratique consistant en une intervention de secourisme notée sur 6 points. Cette situation est organisée au cours du cycle de formation. L’évaluation des techniques de secourisme (sauveteur secouriste de travail (SST) ou attestation de formation aux premiers secours (AFPS) est effectuée, comme la formation, par un moniteur de secourisme conformément à la réglementation en vigueur. Ë Évaluation par épreuve ponctuelle écrite - durée 1 heure Le sujet comprend une ou plusieurs questions sur chacune des 5 parties du programme. Pour ce qui concerne la partie 3, relative à l’individu au poste de travail , l’évaluation privilégie l’identification et le repérage des risques professionnels ainsi que la sélection de mesures de prévention. L’évaluation inclut obligatoirement l’un des risques communs à tous les secteurs professionnels : risques liés à l’activité physique, risques liés à la charge mentale, risque lié au bruit. EG1 : Français et Histoire-géographie UG 1 CCF ou épreuve écrite et orale – durée : 2 heures 15 minutes Coef. 3 Arrêté du 26 juin 2002 fixant le programme d’enseignement du français et de l’histoire-géographie pour les certificats d’aptitude professionnelle. Arrêté du 17 juin 2003 fixant les unités générales du certificat d’aptitude professionnelle et définissant les modalités d’évaluation de l’enseignement général. Objectifs L’épreuve de français et d’histoire – géographie permet d’apprécier : - Les qualités de lecture et d’analyse de textes documentaires, de textes fictionnels, de documents iconographiques, de documents de nature historique et géographique ; - Les qualités d’organisation des informations et d’argumentation dans la justification des informations sélectionnées ; - Les qualités d’expression et de communication à l’oral et à l’écrit, en particulier la maîtrise de la langue. Modes d’évaluation : Ë Évaluation par contrôle en cours de formation L’épreuve de français et d’histoire – géographie est constituée de deux situations d’évaluation, comprenant chacune deux parties : une partie écrite en français, une partie orale en histoire – géographie. Les deux situations d'évaluation sont évaluées à part égale. Par ailleurs, les deux parties de chaque situation d'évaluation, évaluent des compétences complémentaires, à parts égales. L’évaluation se déroule dans la deuxième moitié de la formation. Toutefois, lorsque le cycle de formation est de deux ans, il peut être envisagé de proposer une situation d’évaluation en fin de première année. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 60 Une proposition de note, sur 20, est établie. La note définitive est délivrée par le jury. 1) Première situation d’évaluation Première partie (français) Le candidat rédige une production écrite réalisée en trois étapes. Cette situation d’évaluation, de nature formative, s’inscrit dans le calendrier d’une séquence. Dans la première étape, le candidat rédige à partir d’un texte fictionnel une production qui soit fait intervenir un changement de point de vue, soit donne une suite au texte, soit en change la forme (mise en dialogue à partir d’un récit, portrait d’un personnage à partir de vignettes de bande dessinée, etc...). Dans la deuxième étape, le candidat reprend sa production initiale à partir de nouvelles consignes, ou d’une grille de correction, ou à l’aide d’un nouveau support textuel, ou d’un didacticiel d’écriture, etc… ; cette étape est individuelle ou collective. Dans la troisième étape, le candidat finalise sa production, notamment à l'aide du traitement de texte lorsque cela est possible. Les trois séances, d’une durée d’environ quarante minutes, s’échelonnent sur une durée de quinze jours. Deuxième partie (histoire - géographie) Le candidat présente oralement un dossier (constitué individuellement ou par groupe) comprenant trois ou quatre documents de nature variée ( textes, images, tableaux de chiffres, cartes…). Ces documents sont accompagnés d’une brève analyse en réponse à une problématique relative à la situation historique ou géographique proposée. Les documents concernent un des thèmes généraux du programme étudiés dans l’année, à dominante histoire ou géographie. Si la dominante du dossier de la situation 1 est l’histoire, la dominante du dossier de la situation 2 est la géographie, et inversement. Le candidat présente son dossier pendant cinq minutes. La présentation est suivie d’un entretien (dix minutes maximum) au cours duquel le candidat justifie ses choix et répond aux questions. L’entretien est conduit, par le professeur de la discipline assisté, dans la mesure du possible, d'un membre de l'équipe pédagogique. 2) Deuxième situation d’évaluation Première partie (français) Le candidat répond par écrit, sur un texte fictionnel ou un document iconographique ou sur un texte professionnel, à des questions de vocabulaire et de compréhension, puis rédige, dans une situation de communication définie par un type de discours, un récit, un dialogue, une description, un portrait, une opinion argumentée (quinze à vingt lignes). La durée est d’environ une heure trente minutes. Deuxième partie (histoire – géographie) Se référer à la deuxième partie de la situation n°1. Seule la dominante change (histoire ou géographie). Ë Évaluation par épreuve ponctuelle – 2heures + 15 minutes Les deux parties de l’épreuve (français et histoire-géographie), qui évaluent des compétences complémentaires, sont évaluées à part égale, sur 10 points. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 61 Première partie (français) Le candidat répond par écrit, sur un texte fictionnel, à des questions de vocabulaire et de compréhension). Il rédige ensuite, dans une situation de communication définie par un type de discours, soit un récit, un dialogue, une description, un portrait, une opinion argumentée (quinze à vingt lignes) ; soit une courte production écrite répondant à une consigne en lien avec l’expérience professionnelle (quinze à vingt lignes). Deuxième partie (histoire – géographie) Le candidat se présente à l’épreuve avec deux dossiers qu’il a préalablement constitués, l’un à dominante histoire, l'autre à dominante géographie, comprenant chacun trois ou quatre documents de nature variée (textes, images, tableaux de chiffres, cartes…). Ces dossiers, d'un maximum de trois pages chacun, se réfèrent aux thèmes généraux du programme. Les documents sont accompagnés d’une brève analyse en réponse à une problématique liée à la situation historique et géographique étudiée dans le dossier. L'examinateur choisit l’un des deux dossiers. Le candidat présente oralement, pendant cinq minutes, le dossier retenu ; la présentation est suivie d’un entretien (dix minutes maximum) au cours duquel le candidat justifie ses choix et répond aux questions. En l’absence de dossier le candidat peut néanmoins passer l’épreuve. EG 2 MATHÉMATIQUES – SCIENCES UG 2 CCF ou épreuve écrite - durée : 2 heures coef. : 2 Arrêté du 26 juin 2002 fixant le programme d’enseignement des mathématiques et des sciences pour les certificats d’aptitude professionnelle. Arrêté du 17 juin 2003 fixant les unités générales du certificat d’aptitude professionnelle et définissant les modalités d’évaluation de l’enseignement général. L’épreuve de mathématiques - sciences englobe l’ensemble des objectifs, domaines de connaissances et compétences mentionnés dans le programme de formation de mathématiques, physique - chimie des certificats d’aptitude professionnelle. Objectifs : L’évaluation en mathématiques – sciences a pour objectifs : - D’apprécier les savoirs et compétences des candidats ; - D’apprécier leur aptitude à les mobiliser dans des situations liées à la profession ou à la vie courante ; - De vérifier leur aptitude à résoudre correctement un problème, à justifier les résultats obtenus et à vérifier leur cohérence ; - D’apprécier leur aptitude à rendre compte par écrit ou oralement. Modes d’évaluation : Ë Évaluation par contrôle en cours de formation Le contrôle en cours de formation comporte deux situations d’évaluation qui se déroulent dans la deuxième moitié de la formation. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 62 Une proposition de note est établie. La note définitive est délivrée par le jury. Première situation d’évaluation : notée sur 10 Elle consiste en la réalisation écrite (individuelle ou en groupe restreint de trois candidats au plus) et la présentation orale (individuelle), si possible devant le groupe classe, d’un compte rendu d’activités comportant la mise en œuvre de compétences en mathématiques, physique ou chimie, en liaison directe avec la spécialité. Ce compte rendu d’activités, qui doit garder un caractère modeste (3 ou 4 pages maximum), prend appui sur le travail effectué au cours de la formation professionnelle (en milieu professionnel ou en établissement) ou sur l’expérience professionnelle ; il fait éventuellement appel à des situations de la vie courante. Lorsque le thème retenu ne figure pas dans une unité pouvant faire l’objet d’une évaluation, tout en restant dans le cadre de la formation, toutes les indications utiles doivent être fournies au candidat avant la rédaction du compte rendu d’activités. Au cours de l’entretien dont la durée maximale est de 10 minutes, le candidat est amené à répondre à des questions en liaison directe avec les connaissances et compétences mises en œuvre dans les activités relatées. La proposition de note individuelle attribuée prend principalement en compte la qualité de la prestation orale (aptitude à communiquer, validité de l’argumentation, pertinence du sujet). Deuxième situation d’évaluation : notée sur 20 Elle comporte deux parties d’égale importance concernant l’une les mathématiques, l’autre la physique et la chimie. Première partie : Une évaluation écrite en mathématiques, notée sur 10, d’une durée d’une heure environ, fractionnée dans le temps en deux ou trois séquences. Chaque séquence d’évaluation comporte un ou plusieurs exercices avec des questions de difficulté progressive recouvrant une part aussi large que possible des connaissances mentionnées dans le référentiel. Certaines compétences peuvent être évaluées plusieurs fois par fractionnement de la situation de l’évaluation dans le temps. Les thèmes mathématiques concernés portent principalement sur les domaines de connaissances les plus utiles pour résoudre un problème en liaison avec la physique, la chimie, la technologie, l’économie, la vie courante, … Lorsque la situation s’appuie sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n’est exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l’énoncé. Deuxième partie : Une évaluation d’une durée d’une heure environ en physique - chimie, fractionnée dans le temps en deux ou trois séquences, ayant pour support une ou plusieurs activités expérimentales (travaux pratiques). Elle est notée sur 10 (7 points pour l’activité expérimentale, 3 points pour le compte rendu). Ces séquences d’évaluation sont conçues comme des sondages probants sur des compétences terminales. Les notions évaluées ont été étudiées précédemment. Chaque séquence d’évaluation s’appuie sur une activité expérimentale (travaux pratiques) permettant d’apprécier les connaissances et savoir-faire expérimentaux des candidats. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 63 Au cours de l’activité expérimentale, le candidat est évalué à partir d’une ou plusieurs expériences. L’évaluation porte nécessairement sur les savoir-faire expérimentaux du candidat observés durant les manipulations qu’il réalise, sur les mesures obtenues et leur interprétation. Lors de cette évaluation, il est demandé au candidat : - De mettre en œuvre un protocole expérimental ; - D’utiliser correctement le matériel mis à sa disposition ; - De mettre en œuvre les procédures et consignes de sécurité établies ; - De montrer qu’il connaît le vocabulaire, les symboles, les grandeurs et unités mises en œuvre ; - D’utiliser une ou plusieurs relations, ces relations étant données ; - De rendre compte par écrit des résultats des travaux réalisés. Le candidat porte, sur une fiche qu’il complète en cours de manipulation, les résultats de ses observations, de ses mesures et de leur interprétation. L’examinateur élabore une grille d’observation qui lui permet d’évaluer les connaissances et savoir-faire expérimentaux du candidat lors de ses manipulations. Lorsque la situation s’appuie sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n’est exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l’énoncé. Ë Évaluation par épreuve ponctuelle L’épreuve comporte deux parties écrites d’égale importance concernant l’une les mathématiques, l’autre la physique - chimie. Mathématiques : 1 heure – notée sur 10 points Le sujet se compose de plusieurs exercices avec des questions de difficulté progressive recouvrant une part aussi large que possible des connaissances mentionnées dans le programme. Les thèmes mathématiques concernés portent principalement sur les domaines de connaissances les plus utiles pour résoudre un problème en liaison avec la physique, la chimie, la technologie, l’économie, la vie courante… Lorsque la situation s’appuie sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n’est exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l’énoncé. Physique – chimie : 1 heure – notée sur 10 points Le sujet doit porter sur des champs différents de la physique et de la chimie. Il se compose de deux parties Première partie: Un ou deux exercices restituent, à partir d’un texte (en une dizaine de lignes au maximum) et éventuellement d’un schéma, une expérience ou un protocole opératoire. Au sujet de cette expérience décrite, quelques questions conduisent le candidat, par exemple : - A montrer ses connaissances ; - A relever des observations pertinentes ; - A organiser les observations fournies, à en déduire une interprétation et, plus généralement, à exploiter les résultats. Deuxième partie Un exercice met en œuvre, dans un contexte donné, une ou plusieurs grandeurs et relations entre elles. Les questions posées doivent permettre de vérifier que le candidat est capable : Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 64 - De montrer qu’il connaît le vocabulaire, les symboles, les grandeurs et les unités mises en œuvre ; - D’indiquer l’ordre de grandeur d’une valeur compte tenu des mesures fournies et du contexte envisagé ; - D’utiliser des définitions, des lois et des modèles pour résoudre le problème posé. Dans un même exercice, les capacités décrites pour ces deux parties peuvent être mises en œuvre. Lorsque l’épreuve s’appuie sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n’est exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l’énoncé. Instructions complémentaires pour l’ensemble des évaluations écrites (contrôle en cours de formation ou épreuve ponctuelle) Le nombre de points affectés à chaque exercice est indiqué sur le sujet. La longueur et l’ampleur du sujet doivent permettre à tout candidat de le traiter et de le rédiger posément dans le temps imparti. L’utilisation des calculatrices électroniques pendant l’épreuve est définie par la réglementation en vigueur. Les trois alinéas suivants doivent être rappelés en tête des sujets : La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront dans l’appréciation des copies ; L’usage des calculatrices électroniques est autorisé sauf mention contraire figurant sur le sujet ; L’usage du formulaire officiel de mathématiques est autorisé. EG 3 EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE UG 3 Coef : 1 Arrêté du 25 septembre 2002 fixant le programme d’enseignement de l’éducation physique et sportive pour les certificats d’aptitude professionnelle, les brevets d’études professionnelles et les baccalauréats professionnels. L’épreuve se déroule dans les conditions définies par l’arrêté du 22 novembre 1995 relatif aux modalités d’organisation du contrôle en cours de formation et de l’examen ponctuel terminal prévus pour l’éducation physique et sportive en lycées (BO n° 46 du 14 décembre 1995). EG4 LANGUE VIVANTE UG4 CCF ou épreuve orale : 20 mn Coef : 1 Arrêté du 8 juillet 2003 fixant le programme d’enseignement des langues vivantes étrangères pour les CAP. Arrêté du 17 juin 2003 fixant les unités générales du CAP et définissant les modalités d’évaluation de l’enseignement général. Modes d’évaluation : Ë Évaluation par contrôle en cours de formation Le contrôle en cours de formation est constitué de deux situations d’évaluation, d’une durée maximum de 20 minutes chacune, notées chacune sur 20 et choisies par l’enseignant évaluateur parmi les trois possibilités suivantes : A. Compréhension de l’écrit / Expression écrite, B. Compréhension de l’oral, C. Compréhension de l’écrit / Expression orale. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 65 Une proposition de note est établie, qui résulte de la moyenne des deux notes obtenues. La note définitive est délivrée par le jury. A – Compréhension de l’écrit / expression écrite A partir d’un support en langue étrangère n’excédant pas dix lignes, le candidat devra faire la preuve de sa capacité à comprendre les informations essentielles d’un message écrit, par le biais de réponses en langue étrangère à des questions en langue étrangère portant sur le support. B – Compréhension de l’oral A partir d’un support audio-oral ou audio-visuel n’excédant pas quarante cinq secondes, entendu et/ou visionné trois fois, l’aptitude à comprendre le message sera évaluée par le biais de : - soit un QCM en français, - soit des réponses en français à des questions en français, - soit un compte rendu en français des informations essentielles du support. C – Compréhension de l’écrit / expression orale A partir d’un support en langue étrangère n’excédant pas dix lignes, le candidat devra faire la preuve de sa capacité à comprendre les informations essentielles d’un message écrit, par le biais d’un compte-rendu oral en langue étrangère ou de réponses orales en langue étrangère à des questions écrites en langue étrangère portant sur le support. Ë Évaluation par épreuve ponctuelle Epreuve orale ; durée : 20 minutes – Préparation : 20 minutes. L’épreuve comporte un entretien se rapportant: - soit à un document étudié au cours de la formation (texte ou image), - soit à un document lié à l’activité et/ou à l’expérience du candidat. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 66

ANNEXE V TABLEAU DE CORRESPONDANCE D’ÉPREUVES

Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 67 TABLEAU DE CORRESPONDANCE D’EPREUVES CAP Ebéniste CAP

Ebéniste CAP Ebéniste CAP Ebéniste arrêté du 22/10/1985 arrêté du 11 juillet 2000 arrêté du 11 juillet 2000 défini par le présent arrêté Dernière session 2001 Sessions 2002/2004 Session 2005 1 ère session 2006 Domaine professionnel/UT (1) Domaine professionnel/UT (1) Ensemble des unités professionnelles Epreuves pratiques (2) 1.1 Exécution d’un ouvrage 1.2 Usinage EP1 Préparation, réalisation (2) EP1 Préparation, réalisation (2) UP3 Fabrication d’un ouvrage d’ébénisterie EP2 (3) Arts appliqués - Etude de construction-Technologie EP2 (3) Arts appliqués - Etude de construction-Technologie UP1 + UP2 Etude de construction, préparation du travail et technologie+ Analyse formelle et stylistique et réalisation graphique Domaines généraux Unités générales Unités générales EG1 - Expression française UG1 - Français et histoire - géographie UG1 - Français et histoire - géographie EG2 - Mathématiques UG 2- Mathématiques - sciences UG 2- Mathématiques - sciences EG3 – Vie sociale et professionnelle Domaines généraux (4) EG 5 - Education physique et sportive UG 3 - Education physique et sportive UG 3 - Education physique et sportive EG4 – Langue vivante UG4 – Langue vivante UG4 – Langue vivante A la demande du candidat et pendant la durée de validité des notes : 1 - La note supérieure ou égale à 10/20 obtenue au domaine professionnel du diplôme régi par l’arrêté du 11/7/ 2000 peut être reportée sur l’ensemble des unités professionnelles du diplôme régi par les dispositions du présent arrêté. Le titulaire de l’unité terminale du domaine professionnel du diplôme régi par l’arrêté du 11/7/ 2000 peut être dispensé de l’évaluation de l’ensemble des unités professionnelles du diplôme régi par le présent arrêté. La note égale ou supérieure à 10/20 obtenue au groupe d’ épreuves pratiques de l ‘arrêté du 22/10/1985 peut-être reportée, pendant sa durée de validité, sur EP1 du diplôme régi par les dispositions de l’arrêté du 11/7/2000 et sur UP3 du diplôme régi par le présent arrêté. 2 - Lorsqu’elles ont été obtenues avant 2005, la note du groupe d’épreuves pratiques de l’arrêté du 22/10/1985 et la note EP1 du diplôme régi par les dispositions de l’arrêté du 11/7/ 2000 sont affectées du coefficient total de l’épreuve incluant la vie sociale et professionnelle. Certificat d’aptitude professionnelle ébéniste 68 3 - La note obtenue à l’épreuve EP2 du diplôme régi par les dispositions de l’arrêté du 11/7/2000 peut être reportée sur les épreuves UP1 et UP2 du diplôme régi par le présent arrêté. 4 - La note moyenne égale ou supérieure à 10/20 obtenue au groupe d’épreuves écrites et graphiques du diplôme régi par les dispositions de l’arrêté du 22/10/1985 peut-être, pendant sa durée de validité, reportée sur chacune des épreuves UG1 et UG2 du diplôme régi par le présent arrêté. NB : Toute note obtenue aux épreuves, à compter du 1er septembre 2002, peut être conservée (décret n° 2002-463 du 4 avril 2002 relatif au CAP).