01 octobre 2019

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu ! service civique, apprendre à regarder le monde et à le voir, PARCOURS JEUNES

Le service civique marpen apprendre à regarder le monde et à le voir , changer le monde influencer l'avenir du futur

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !
Plus d'infos ici

Le Service Civique est un engagement volontaire au service de l'intérêt général, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans conditions de diplôme ; seuls comptent les savoir-être et la motivation. Il permet de s’engager, pour une période de 6 à 12 mois, dans une mission en faveur de la collectivité. Le Service Civique c’est la possibilité de vivre de nouvelles expériences et vous ouvrir à d’autres horizons en effectuant une mission au service de la collectivité.

L’Aide Sociale à l’Enfance

Le club Marpen est une structure atypique d’accueil éducatif et de formation professionnelle qualifiante qui allie le volet social, culturel et formatif basée sur la valorisation du patrimoine.
Des parcours personnalisés, adaptés à chacun et construits en partenariat.
Une mixité des publics favorisant la socialisation, l’ouverture.

la conscience de l'individu n'est-elle que le reflet de la société à laquelle il appartient

pont romain , mosquee cordoux,

mosquée ,detroit de gibraltar ,jerusalem

Le service civique marpen apprendre à regarder le monde et à le voir , changer le monde influencer l'avenir du futur

 

_DSC0613

_DSC0611

Le service civique marpen apprendre à regarder le monde et à le voir , changer le monde influencer l'avenir du futur

_DSC0615

haiffa vue de la mer

grande salle des colonnes

interieur de la grande mosquee sainte sophie constantinople

_DSC0557

Le service civique marpen apprendre à regarder le monde et à le voir , changer le monde influencer l'avenir du futur

L'ombre d'un homme plane sur Karnak, vaste sanctuaire de l'Égypte pharaonique. Celle de Georges Legrain, archéologue. Derrière les colonnes de pierre griffées de hiéroglyphes, derrière les statues de divinités, à chaque détour de cet ensemble de temples vieux de quatre millénaires, on ressent encore la présence de celui qui a ressuscité ces trésors de Haute-Égypte entre 1895 et 1917.

Le service civique marpen apprendre à regarder le monde et à le voir , changer le monde influencer l'avenir du futur

_DSC0562

_DSC0563

tombeau de rachel

minaret

exode d habitants

jerusalem maison du mauvais riche

Félix Bonfils - Wikipédia

Le service civique marpen apprendre à regarder le monde et à le voir , changer le monde influencer l'avenir du futur

service civique marpen apprendre à regarder le monde

service civique marpen apprendre à regarder le monde

Le service civique marpen apprendre à regarder le monde et à le voir , changer le monde influencer l'avenir du futur

_DSC0469

 porte doree jérusalem

dome du saint sépulcre

maison algerie

_DSC0476

_DSC0475

_DSC0474

_DSC0473

Le service civique marpen apprendre à regarder le monde et à le voir , changer le monde influencer l'avenir du futur

femme de bethléem

panorama de bethléem

pecheur algerien

sarragoce muraille iberienne

le cenacle

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0680

service civique marpen apprendre à regarder le monde

Barcelone, Saragosse, Tolède, l'Escurial. Tarragone : Muraille ibérienne.

_DSC0674

 photos de voyage en terre sainte 1870 1900

service civique marpen apprendre à regarder le mondephotos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !alger, photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !

grande salle du campo santo férraré , mer morte ,fontaine ,fabriquant de chapelets

service civique marpen apprendre à regarder le monde

 

service civique marpen apprendre à regarder le monde

 

_DSC0638

_DSC0626

_DSC0636

puits de la samaritaine ,eglise mauresque a alger ,Notre Dame de Santa Cruz

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0487

 

service civique marpen apprendre à regarder le monde

 _DSC0477

femmes arabes ,cloitre de bélèm ,fontaine de marie Nazareth ,Lidda  israel 

_DSC0495

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0492

_DSC0490

_DSC0489

Naini vue panoramique ,pont de Tolède ,mosquée de cordoue

_DSC0505

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !

_DSC0502

_DSC0503

_DSC0496

_DSC0515

_DSC0514

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !

service civique marpen apprendre à regarder le monde

jardin de jaffa

portes du saint sepulcre

chapelle de saint helene saint sepulcre

mosquee d 'omar jerusalem

 el fonleh 

fontaine de la vierge

mosquée

jericho

sicile et calabre messiue

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !

_DSC0519

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0516

algerie,femme de bethléem ,jardin des oliviers de géthsemani,orphelinat en afrique

 

service civique marpen apprendre à regarder le monde

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0526

service civique marpen apprendre à regarder le monde_DSC0565

vue de béthanie ,lieu de la trahison de judas ,le caire ,l eglise et la femme gourbi arabe ,habitation arabe egypte

service civique marpen apprendre à regarder le monde

service civique marpen apprendre à regarder le monde

 

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0565

le bosphore le palais des sultans constantinople

_DSC0556

_DSC0629

_DSC0645

_DSC0643

_DSC0641

barque et bateliers de jaffa ,tremblement de terre a messine panorama du port ,barcelone

service civique marpen apprendre à regarder le monde

Résultat de recherche d'images pour "tremblement de terre a messine" 1908: le tremblement de terre de Messine

cimetière des armeniens constantinople 1870

Columbus Monument, BarceloneL'idée d'un monument à Columbus est venue en 1856 d'Antoni Fages i Ferrer, qui avait proposé que celui-ci soit entièrement construit par des Catalans, mais son projet n'a abouti à rien pendant seize ans. Finalement, en 1872, il obtint le soutien du maire de la ville, Francesc Rius i Taulet, et en 1881, la ville adopta une résolution pour la construction du monument. Un concours a été organisé exclusivement pour que les artistes espagnols soumettent leurs créations. Le gagnant est Gaietà Buigas i Monravà, un Catalan. La plupart des fonds ont été collectés par le secteur privé; seulement 12% de celui-ci était financé par des fonds publics. Tous les fonds provenaient de sources espagnoles et l'ensemble de la construction (main d'œuvre et matériaux) a été réalisé par des Catalans. La construction a commencé en 1882 et s'est achevée en 1888

 service civique marpen apprendre à regarder le monde

 port de triana seville ,cimetière des armeniens constantinople photographes du 19e siècle

 L’invention de la photographie date de 1839. Les premières photos sont des daguerréotypes, utilisés comme documents de base pour des gravures d’ouvrages. Le premier ouvrage ayant utilisé ce procédé est celui d’Horace Vernet et Frédéric Goupil-Fesquet, Excursions daguériennes, paru en 1841. 120 daguerréotypes sont reproduits en gravures, soit un dizième des collections rapportées d’Orient.

 

Catalogue d'anciennes photos d'EUROPE 1880 Italie

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !

_DSC0239[1]

_DSC0240[1]

_DSC0241[1]

_DSC0205[1]

cloitre de la chartreuse

campo santo bologne

rome

_DSC0232[2]

_DSC0233[2]

_DSC0234[2]

_DSC0235[2]

_DSC0236[2]

pise ,milan ,loreto

Le second ouvrage est celui de Joseph Philibert Girault de Prangey, Monuments arabes d’Egypte, de Syrie et d’Asie Mineure, paru en 1846. Les daguerréotypes ont été pris en 1841. Vient ensuite l’ouvrage religieux de George Skene Keith, Evidence of the Truth of the Christian Religion, illustré de photos de son fils, prises en 1844. Puis celui de Claudius Galen Wheelhouse, Photographic Sketches from the Shores of the Mediterranean, avec des talbotypes de 1849 et 1850.

 

Suite à l’invention par Fox Talbot du talbotype/calotype, qui rend possible l’impression de plusieurs copies à partir d’un seul négatif, Louis-Désiré Blanquart-Evrard, un Français de Lille, étudie le procédé et crée une imprimerie en septembre 1851. Entre 1851 et 1855, il publie 20 albums de photographies. C’est lui qui imprime les albums de Maxime du Camp et d’Auguste Salzmann, les deux pionniers de la photographie en Terre Sainte.

 

En 1849, Maxime du Camp (1822-1894) est délégué par le ministère de l’Instruction publique pour photographier les monuments et les sites du Moyen-Orient. Il est accompagné de son ami Gustave Flaubert. Ils arrivent le 8 août 1850 et restent deux semaines. Ils reviennent avec 214 calotypes. 125 d’entre eux sont imprimés par Blanquart-Evrard et publiés en 1852 par Gide & J. Baudry sous le titre: Egypte, Nubie, Palestine et Syrie: dessins photographiques recueillis durant les années 1849, 1850 et 1851... Ce volume, très coûteux, est le premier livre de voyages à contenir des reproductions photographiques, et en particulier 11 photos de Jérusalem prises en 1850.

 

A la même époque, selon les souvenirs de Mrs Finn, une de ses connaissances, Georges W. Bridges aurait photographié Jérusalem, très exactement pendant l’hiver 1849-1850 . Ses photos seraient donc antérieures à celles de Maxime du Camp. Elles seraient les premières jamais réalisées en Terre Sainte, contrairement à l’idée bien ancrée donnant la paternité des premières photos à Maxime du Camp. L’album de George W. Bridges ne paraît qu’en 1859.

 

Quelques années après, l’archéologue français Louis Félicien de Saulcy, revenant d’un voyage à Jérusalem en 1854, demande l’aide de son ami Auguste Salzmann pour conforter ses thèses archéologiques à l’aide de photographies. Ses thèses diffèrent totalement de celles des autres archéologues français, et ses propres dessins ne sont pas suffisants pour étayer ses démonstrations.

 

Auguste Salzmann (1824-1872) est à la fois artiste peintre et photographe. Il est envoyé pour un séjour de six mois en Terre Sainte, sous l’égide du ministère de l’Instruction publique. Il revient avec 200 calotypes. 174 sont imprimés par Blanquart-Evrard et édités par Gide & Baudry en 1856 dans la grande édition de: Jérusalem: étude et reproductions photographiques de la Ville Sainte, depuis l’époque judaïque jusquà nos jours… La grande édition comprend 174 photographies de grand format (24 x 34 cm). La petite édition comprend 40 photographies parmi les plus belles et les plus intéressantes de la grande édition et réduites de moitié (22 x 16 cm) 

 

Daté de juin 1854, l’avant-propos d’Auguste Salzmann débute ainsi: “Au mois de septembre 1853, j’avais résolu de retourner dans les îles de l’Archipel, où j’avais déjà passé un été, afin d’y étudier les monuments chrétiens. Vers la même époque parut un ouvrage qui souleva de nombreuses et vives discussions; de nouvelles opinions venaient d’être émises sur les monuments judaïques de Jérusalem. M. de Saulcy venait de publier son voyage en Syrie et à la Mer Morte. Qui était dans le vrai? Devait-on repousser, sans examen, les observations et les théories de l’homme qui venait de passer une année entière à parcourir la Palestine, à l’étudier à fond, et soutenir ceux qui, sans quitter leur fauteuil, se faisaient les défenseurs d’anciennes opinions passées à l’état de traditions? Par sa publication savante, M. de Saulcy renversait bien des idées accréditées jusqu’à ce jour. – Il n’y avait à Jérusalem plus de vestige de l’architecture judaïque. – C’était chose convenue: et lui venait, la Bible et l’histoire à la main, prouver que les monuments qui, jusqu’ici, avaient été considérés comme étant de la décadence grecque ou romaine, étaient bien réellement de l’époque juive. Il fallait, ou bien du courage, ou une conviction bien arrêtée, pour ne pas reculer devant la lutte qui allait s’engager, lutte à laquelle bien des inconnus allaient prendre part. Dans ces circonstances, je modifiai mon itinéraire, croyant rendre un vrai service à la science, en étudiant et surtout en reproduisant par la photographie tous les monuments de Jérusalem, principalement ceux dont l’origine était contestée.”

 

Il décrit ensuite son plan de travail pour le recensement des monuments: les monuments judaïques, les antiquiés judaïques grecques et romaines, les monuments chrétiens et les monuments arabes. Et il termine son avant-propos ainsi: “Après quatre mois d’un travail incessant, je rapporte une collection d’environ cent cinquante clichés… Les opinions que l’on a combattues sans voir, je viens les défendre, moi qui ai bien vu, et mes photographies aidant, il faudra bien que la vérité se fasse jour. Alors se tairont probablement ces savants qui, craignant les fatigues d’un long voyage, aiment mieux trancher les questions à distance que d’ajouter foi aux récits d’autrui. Les photographies ne sont plus des récits, mais bien des faits dotés d’une brutalité concluante...”

 

Cette dernière phrase fait écho à celle du Révérend Albert Augustus Isaacs dans The Dead Sea, 1857: “Nous savons bien combien le crayon peut être traître et décevant; par contre un fac-similé de la scène peut être donné grâce à la photographie.”

 

De nombreux photographes suivent les pas de ces précurseurs.

 

Louis de Clercq (1836-1901) arrive en Terre Sainte en 1859 pour accompagner une mission scientifique. Son ouvrage Voyage en Orient comprend cinq volumes de photos.

 

Un photographe allemand, August Jacob Laurent, publie un album contenant 112 de ses photos, prises entre 1852 et 1860.

 

Francis Frith (1822-1898) est le premier photographe professionnel à couvrir systématiquement la Terre Sainte, à partir de 1856. Il publie plusieurs ouvrages, dont Cairo, Sinai, Jerusalem and the Pyramids of Egypt, avec de nombreuses photos, Egypt, Sinai and Palestine, publié à Londres chez Mackenzie vers 1862, avec 75 photos, et The Bible in Photographs, dont l’édition est limitée à 170 exemplaires.

 

Ermete Pierotti est architecte du pacha turc de Jérusalem entre 1854 et 1862. Son livre, Jerusalem Explored, publié à Londres en 1864, comprend de belles lithographies faites à partir de ses photos. Il est possible que les photos ne soient pas les siennes, mais celles de son collaborateur John Mendel Diness 

 

Dirigé par Charles William Wilson en 1864 et 1865, le très beau travail de la British Royal Engineers Ordnance Survey est considéré comme la première étude scientifique de Jérusalem et de ses sites. Les photos sont l’oeuvre du sergent J. McDonald. Ce sont essentiellement des photos d’architecture, de grande qualité, et elles représentent un tourant dans l’histoire de la photographie en Terre Sainte 

 

Le premier photographe résidant à Jérusalem est le patriarche arménien Yessayi Garabedian, qui exerce son activité pendant une dizaine d’années, entre 1850 et 1860.

 

Puis, considéré comme le grand photographe du 19e siècle, Félix Bonfils, qui publie en 1878 Souvenirs d’Orient: album pittoresque des sites, villes et ruines les plus remarquables de la Terre Sainte, à partir de stéréographes pris entre 1867 et 1878.

 

Certains photographes travaillent ensemble, par exemple, à partir des années 1850, le groupe des photographes arméniens autour du patriarche Yessayi Garabedian, ou les photographes russes Joseph Carmi, Petro Slatev, Ivan Ishenko ou Anton Michail Karamanov, ou les photographes du Palestine Exploration Fund dirigés par H. Phillips à partir de 1865, ou ceux de l’American Colony Elijah Meyers, Frederick Vester, Lewis Larson, John Whiting et Eric Matson, ou encore les moines dominicains de l’Ecole biblique et archéologique française, sous la direction du Père Savignac.

 

Le spécialiste de la civilisation musulmane et de l’archéologie arabe Max van Berchem fait plusieurs séjours à Jérusalem entre 1888 et 1914. Dès son premier court séjour, à la fin mars 1888, il recueille un certain nombre d’inscriptions et les photographie à l’aide de clichés de verre.

 

En 1892, 1893, 1894 et 1914, il revient à Jérusalem, et surtout au Haram, pour prendre tout un ensemble de photographies et d’estampages, et prendre aussi des notes en vue de la rédaction de son futur ouvrage: Matériaux pour un Corpus Inscriptionum Arabicarum  Sur un feuillet placé en en-tête du volume de planches, il présente l’ensemble de son travail: “Les planches de ‘Jérusalem’ ont dû être livrées au public avant les deux volumes de texte, ‘Ville’ et ‘Haram’. Ces volumes, qui paraîtront sous peu (en avril 1920 pour les planches, et en 1922 et 1927 pour le texte, ndlr), renfermeront l’édition complète des 300 inscriptions de Jérusalem, avec d’amples commentaires touchant la topographie, l’histoire et l’archéologie de la Ville Sainte à l’époque musulmane... La plupart des sujets, monuments et inscriptions sont reproduits dans l’état de 1914, date de la dernière campagne de l’auteur.”

 

Max van Berchem ne voit pas la publication des deux volumes de texte. Il repart en Orient avant l’hiver 1920, mais des problèmes de santé l’obligent à revenir en Suisse quelques semaines plus tard. A son grand désespoir, il doit abandonner ses travaux. Il meurt le 7 mars 1921. Sa famille confie la publication des deux volumes de texte à son ami Gaston Wiet qui, dans l’avant-propos du premier volume, présente ce recueil comme le “résultat de deux explorations de la Ville Sainte et de vingt années de recherches patientes à travers les oeuvres arabes et les relations des pèlerins et des voyageurs occidentaux.”

palais du roi en hindoustan

femmes indiennes au marché

Sous-continent indien - Wikipédia

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !

 

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !

DSC_3806

DSC_3752 (2)

DSC_3775

DSC_3777

DSC_3779

DSC_3781

photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu !

DSC_3912

DSC_3965

DSC_3975

DSC_3974

DSC_3977

DSC_3978

 

 

 


Commentaires sur photos du monde comme vous ne l'avez jamais vu ! service civique, apprendre à regarder le monde et à le voir, PARCOURS JEUNES

Nouveau commentaire