MARPEN FORMATION,ÉBÉNISTERIE,TAILLE DE PIERRE,MAÇONNERIE,Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

Constructivisme théorie de l'apprentissage,Constructivisme artistiques,Constructivisme pédagogie active de L'art d'être heureux

a là poursuite du temps passé j'emmènerai le plus loin possible 

l' étrange hasard du petit matinle monde qui m' entoure dans des reves insolites et absurdes proposés par l' etrange hasard du petit matin !,?

le Bauhaus ,la vocation d'une école 

photos liées au tag art appliqué a la pédagogie active de L'art d'être heureux

MARPEN FORMATION,ÉBÉNISTERIE fait de LA Mise à Niveau en Arts Appliqués offre aux APPRENTIS une opportunité unique d’explorer le


La tête dans les nuages MAIS LE COEUR DANS LES ETOILES
monde des métiers artistiques et acquièrent peu à peu la maturité nécessaire pour envisager l'avenir d' une vie et de décider qui l'on ne sera pas,il maîtrisent progressivement les subtilités de l'expression plastique, s'appuient sur une culture générale & artistique qui va leur servir de socle tout au long de leur vie. 
En outre, la pratique des matières professionnelles va permettre à l’élève de tester ses centres d'intérêt et ainsi de trouver sa voie. une opportunité unique d’explorer le monde des métiers artistiques. Cette formation répond bien sûr aux exigences du programme officiel CAP ÉBÉNISTE

 

Traditions et transmission Constructivisme et pédagogie active de L'art d'être heureux,que va-t-on faire de tout cela ?bla- bla-bla! et + 

Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour
 La Machine à gazouiller . Paul Klee. Date. 1922.
Walter Gropius
Architecte
Walter Gropius publie le manifeste et le programme du Bauhaus. Dans le manifeste du Bauhaus, il annonce la vocation de l'école en ces termes : « Le but de toute activité plastique est la construction ! Architectes, sculpteurs, peintres ; nous devons tous revenir au travail artisanal, parce qu’il n'y a pas d'art professionnel. Il n’existe aucune différence essentielle entre l’artiste et l’artisan. Voulons, concevons et créons ensemble la nouvelle construction de l’avenir, qui embrassera tout en une seule forme : architecture, art plastique et peinture                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

c'est a Weimar qu'est née l'une des plus importantes écoles artistiques allemandes du XXe siècle: le Bauhaus cache  une véritable révolution artistique, sans laquelle le design et l'architecture du XXe n'auraient pas eu le même visage. Il a vu passer des artistes très célèbres, comme Wassily Kandinsky et Paul Klee, tous deux professeurs à l'école du "Bauhaus".

 traduite par "la maison de la construction"

Elle fut créée à Weimar en 1919, par Walter Gropius, un architecte de 36 ans connu pour son style audacieux : des lignes et des angles droits, des façades en verre, pas d'ornement. 

Nommé directeur des deux écoles d'art de Weimar, l'école des Arts appliqués et l'école des Beaux-arts, Gropius décide de les faire fusionner pour créer le "Staatliches Bauhaus zu Weimar", que l'on appellera "Bauhaus".

La grande idée du "Bauhaus", c'est de ne plus faire de distinction entre les beaux-arts, c'est à dire "l'art pour l'art", et les arts appliqués, c'est à dire l'art pour les objets. C'est une philosophie qui était déjà en germe au XIXe siècle, avec des mouvements comme "Arts & Crafts" en Angleterre, ou encore l'Art nouveau.

Au "Bauhaus", on apprend donc à créer des objets à la fois esthétiques, fonctionnels et innovants, destinés à une production en série, pour que l'art puisse entrer dans la vie quotidienne. Les élèves suivent et des cours de théorie artistique, où ils apprennent la forme, la couleur, avec des professeurs comme Paul Klee et Kandinsky et des ateliers techniques : de tissage, de poterie, de métal, de menuiserie, d'imprimerie... Là, ils apprennent les techniques, et créent aussi des prototypes d'objets.Jaune, Rouge, Bleu est un tableau peint par Vassily Kandinsky en 1925

Dans une époque où seulement une partie privilégiée de la population pouvait se permettre le  « sur mesure » (par ex. le jugendstil), le Bauhaus s’était donné comme objectif de créer du beau design pratique et accessible à tous.

 

L’enseignement de l’école reposait sur 6 objectifs :

  • Assurer un très bon enseignement artisanal
  • Créer des produits d’une qualité exquise du point de vue technique et esthétique

    façades vitrées dessinées par Gropius et Meyer

    façades vitrées dessinées par Gropius et Meyer

  • Accentuer la fonctionnalité des produits
  • Fournir des produits abordables grâce aux processus industriels
  • Synthétiser les arts plastiques, l’artisanat et l’industrie pour arriver à une œuvre d’art « totale »
  • Intégrer l’art dans la vie quotidienne

Dans le style, le "Bauhaus" est très moderne : l'esthétique est simple, épurée, avec beaucoup de matériaux novateurs comme l'acier et le verre. Il y a peu de fioritures. On est dans la lignée des courants d'avant-garde de l'époque, notamment l'art abstrait géométrique : les toiles de Piet Mondrian, ou le constructivisme russe.

L'enseignement

Les étudiants sont accueillis sans limite d'âge ni condition préalable de diplôme. Le programme du Bauhaus rédigé en 1919 par  Walter Gropius  prévoit l'organisation de l'enseignement aux étudiants. Malgré les évolutions et les adaptations qui auront lieu au cours des 14 ans de l'histoire du Bauhaus, les principes de base resteront à peu près les mêmes.

Au lieu des professeurs habituels, la formation est donnée par des maîtres (Meister). Les élèves s'appellent apprentis (Lehrlinge) et peuvent devenir compagnons (Gesellen) et jeunes maîtres (Jungmeister). Le conseil de maîtrise gère les affaires du Bauhaus et les nominations des jeunes maîtres.

Afficher l'image d'origine Fagus Factory walter gropius fenêtre
Principes de l'enseignement au Bauhaus, d'après W. Gropius, 1922

Dans la représentation schématique que fait Gropius en 1922 (voir ci-contre), l'enseignement est présenté sous la forme de trois cercles concentriques visant à atteindre l'étape ultime : la construction (der Bau). La première partie est en un cours élémentaire (Vorlehre) initialement de 6 mois. La seconde partie de 3 ans consiste en un travail d'atelier. Jusqu'en 1925, cet enseignement comporte deux volets : un enseignement de la forme (Formlehre) donné par un artiste, maître de la forme et un enseignement pratique (Werklehre) donné par un maître artisan. Dans le schéma ci-contre chacun des ateliers correspond à un matériau : pierre (Stein), argile (Ton), verre (Glas), couleur (Farbe), tissu (Gewebe), métal (Metall) et bois (Holz). La dernière étape consacrée à la construction ne sera mise en place que plus tard et de manière différente.

Le cours élémentaire vise à donner une formation artistique de base aux étudiants. Initialement d'une durée de 6 mois, il est porté à un an en 1923. Au début du Bauhaus, c'est Johannes Itten qui en est chargé. Après son départ en 1923, il est remplacé par László Moholy-Nagy qui sera lui-même remplacé par  Josef Albers en 1928. Parallèlement, cette formation est complétée par des cours comme ceux de Klee ou Kandinsky.

Même s'ils ont évolué au cours du temps, les ateliers pluridisciplinaires du Bauhaus constituent l'un des éléments essentiels de la formation des étudiants. La mise en place d'un double tutorat (maître de la forme etmaître artisan) se fait dès 1920 afin de favoriser le rapprochement entre un enseignement artistique formel et un enseignement pratique . À la création du Bauhaus les ateliers sont : l'atelier de tissage, l'atelier de poterie, l'atelier de métal, l'atelier de menuiserie et de meubles, l'atelier de peinture murale, les ateliers de sculpture sur pierre et sur bois, l'atelier d'imprimerie et enfin l'atelier de reliure . Cette organisation perdurera jusqu'à ce que Meyer crée un atelier de second-œuvre regroupant la menuiserie, le métal et la peinture murale.

Important courant de l'abstraction qui se développe à partir de 1913 environ sur la base du cubisme et du futurisme (mouvement artistique fondé en Italie en 1909 pour la glorification de la civiIisation moderne, du progrès technique et de la vitesse contre la tradition conventionnelle et le passéisme culturel) utilisant exclusivement des éléments géométriques comme le cercle le rectangle ou la ligne droite.

Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour

L'interaction des formes crée une tension à l'intérieur du tableau. Le but de l'art constructiviste est d'exclure de l'oeuvre le réel et les référencés au réel, afin d'accéder à une autre forme de réédité esthétique. Le courant ne se limite pas aux arts plastiques ; il implique également l'adhésion à l'évolution de la technique moderne et englobe tous les domaines de l'existence architecture, mode, design.

Les premiers constructivistes sont Malevitch, Rodchenko en Russie ; à la suite de la révolution Russe provenant l'unité entre l'art et la politique, le constructivisme évolue vers une forme particulière à ce pays qui est le suprématisme (mouvement de peinture non figurative fondé en 1913 par Malevitch.
                             
                               
Résultat de recherche d'images pour   Partant du cubisme il prône une pure abstraction géométrique en se limitant au carré, complète en suite par des triangles et le cercle. La première toile suprématiste est exposée en 1915 : carre noir sur fond blanc.) Indépendamment des constructivismes Russes et parallèlement au suprématisme, se forme en Hollande le groupe De Stijil dominé par Mondrian. Le constructivisme s'étend en Europe et gagne les États Unis après la seconde guerre mondiale. Enfin il est à l'origine de nombreux courant de l'art moderne, l'art cinétique, l'art concret, op art, etc....Le principe du constructivisme n'a pas perdu son impact, est repris périodiquement par de nombreux artistes.





Kasimir Malevitch Artiste

Le constructivisme représente une nouvelle forme de pensée dans l'art moderne. Les artistes constructivistes ont préssenti les impératifs du développement d'une société nouvelle. Les problèmes esthétiques sont relégués au second plan ; il s'agit de rendre avant tout "fonctionnel".
A partir des années 20, l'idée constructiviste inspire l'architecture, la sculpture, les arts appliqués. Elle favorise le développement du "design", elle posera les bases de la typographie moderne et fait découvrir la technique du photomontage.

Cette nouvelle volonté constructiviste se manifeste dans les oeuvres de MALEVITCH, RODTCHENKO, elle précise l'idée d'un art de l'avenir qui se doit de rester réaliste et résolument moderne. Associé dans ses débuts avec le mouvement marxiste de la Révolution, le constructivisme est l'expression de cette doctrine qui entend construire une nouvelle société. Le mot "construction" est l'un des mots le plus fréquemment employés à l'époque.

- Architecture - La notion de "structure" apparaît dès 1915 dans les projets de LE CORBUSIER (maison DOM-INO), il définit clairement la nouvelle conception de l'architecture, elle devient une "construction" déterminée uniquement par une structure intérieure et des murs-rideaux . Ce qui compte c'est une structure dynamique et non plus le volume et la ligne. En l919 Walter GROPIUS applique dans ses "gratte-ciel" le principe constructiviste de la structure dynamique (ossature métallique et murs en verre).

- Enseignement - C'est au Bauhaus que les nouvelles idées de l'après-guerre marquent un enseignement tourné vers le rationnel et le fonctionnel. Dans cette école des artistes comme : KANDINSKY, KLEE, MOHOLY-NAGY, GROPIUS forment les plasticiens et les stylistes de la nouvelle époque industrielle.

- Pratique - Dans les années 20 le développement théorique du constructivisme ne s'accompagne que de réalisations modestes. LE CORBUSIER ne construit alors que des villas où il applique l'architecture fonctionnelle "machine à habiter". Ce n'est qu'avec le développement des grandes cités américaines que le constructivisme devient le style du 20c siècle.
- Dans le domaine des arts appliqués le constructivisme a étè la source d'une véritable révolution des principes décoratifs :
- Typographie moderne.
- Photomontage.
- L'image visuelle libérée de son contenu représentatif acquiert la liberté et maîtrisa le langage abstrait.
KANDINSKY construit une iconographie de type abstrait (Bauhaus).

- Meubles BREUER et RODTCHENKO

- Photomontage, pionnier du photomontage.

- Peinture. Le constructivisme fut l'un dès ancêtres directs de l'art abstrait géométrique qui est encore pratiqué par de nombreux artistes. Le plus grand artiste lié au constructivisme fut PIET MONDRIAN.

- Très proche des "codes" cubistes synthétiques, en particulier des sculptures de PICASSO, le constructivisme propose une réorganisation de l'espace à partir des formes et des volumes géométriques.
TATLINE
LISSITSKY formes géométriques sur fonds monochromes.
RODTCHENKO formes dynamiques, géométriques.

 

 Piaget et le constructivisme

 Afficher l'image d'origine

Le constructivisme suppose que les connaissances de chaque sujet ne sont pas une simple « copie » de la réalité, mais une « (re)construction » de celle-ci. Le constructivisme s'attache à étudier les mécanismes et processus permettant la construction de la réalité chez les sujets à partir d'éléments déjà intégrés.

La compréhension, constamment renouvelée, s’élabore à partir des représentations plus anciennes d’événements passés, que le sujet a d’ores et déjà « emmagasinées » dans son vécu. En fait, le sujet restructure (« reconceptualise »), en interne, les informations reçues en regard de ses propres concepts : c’est le phénomène de restructuration conceptuelle à travers ses expériences. Cette vision s'inspire des stades piagiétiens .

 

 Constructivisme et apprentissage

Dans la vision constructiviste de l'apprentissage, les étudiants sont considérés comme des organismes actifs cherchant du sens, des significations. Apprendre consiste donc simplement à ajuster nos modèles mentaux pour s'adapter à de nouvelles expériences. Si la construction du sens ne peut, au début, n'avoir que peu de rapport avec la réalité (comme dans les théories naïves des enfants), elle devient de plus en plus complexes, différenciée et réaliste au fil du temps.

 Principes de base du constructivisme

  1. Apprendre est une recherche de sens. Par conséquent, apprendre doit commencer par les questions autour desquelles les étudiants essaient activement de construire le sens.
  2. Comprendre le sens exige de comprendre le tout comme ses parties. Parties qui doivent être comprises dans le contexte du tout. Par conséquent, l'apprentissage se concentre sur des concepts primaires, non sur des faits isolés.
  3. Pour enseigner correctement, il faut comprendre les modèles mentaux que les étudiants utilisent pour percevoir le monde et les hypotèses qu'ils font pour soutenir ces modèles.
  4. Le but de l'apprentissage est, pour un individu, de construire sa propre signification, et pas simplement d'apprendre par coeur les « bonnes » réponses pour en recracher le sens à d'autres. La seule manière valable de mesurer l'apprentissage est de l'évaluer, et de fournir de cette manière aux étudiants de l'information sur la qualité de leur apprentissage.

Comment le constructivisme produit un effet sur l'apprentissage

L'enseignement constructiviste est fondé sur la croyance que les étudiants apprennent mieux quand ils s'approprient la connaissance par l'exploration et l'apprentissage actifs. Les mises en pratique remplacent les manuels, et les étudiants sont encouragés à penser et à expliquer leur raisonnement au lieu d'apprendre par coeur et d'exposer des faits. L'éducation est centrée sur des thèmes, des concepts et leurs liens, plutôt que sur de l'information isolée.

Instruction : A partir de la théorie constructiviste, les enseignants se concentrent sur l'établissement de rapports entre les faits et favorisent les nouvelles compréhensions des étudiants. Ils adaptent leur enseignement aux réponses des étudiants et les encouragent à analyser, interpréter et prévoir l'information. Les professeurs s'appuient également fortement sur des questions ouvertes et favorisent le dialogue entre les étudiants.

Evaluation : Le constructivisme tend à l'élimination des catégories et des tests standardisés. Au lieu de cela, l'évaluation devient partie prenante de l'apprentissage de sorte que les étudiants jouent un plus grand rôle en jugeant leurs propres progrès.

 Conclusions

Le constructivisme est une manière de penser le savoir, une référence pour construire des modèles de l'enseignement, de l'apprentissage et des programmes d'études. Dans ce sens, c'est une philosophie.

Dans cette perspective, l'enseignement devient l'établissement et le maintien d'une langue et de moyens de communication entre le professeur et les apprenants, aussi bien qu'entre les apprenants eux-mêmes. Présenter simplement le matériel, énoncer les problèmes et recevoir des réponses n'est pas un processus de communication assez raffiné pour un apprentissage efficace.

Certains principes du constructivisme en termes pédagogiques :

  • Les étudiants viennent en classe avec une expérience du monde et un apprentissage antérieur long de plusieurs années.
  • Même pendant qu'il évolue, un apprenant filtre toutes ses expériences à travers sa conception du monde et cela affecte l'interprétation de ses observations.
  • Changer leur vision du monde exige des apprenants un travail important.
  • Les étudiants apprennent les uns des autres aussi bien que de l'enseignant.
  • Les étudiants apprennent mieux en faisant.
  • Permettre et créer pour tous des occasions de se faire entendre favorise la construction de nouvelles idées.

Dans une perspective constructiviste, les étudiants sont actifs dans la recherche du sens. L'enseignement cherche ce que les étudiants peuvent analyser, étudier, et comment ils peuvent collaborer, partager, construire et générer du sens sur la base de ce qu'ils savent déjà, plutôt que quels faits, qualifications ou processus ils peuvent singer. Pour y parvenir efficacement, un enseignant doit être un étudiant et un chercheur. Il doit essayer d'obtenir une plus grande conscience des environnements et des participants dans une situation d'enseignement donnée. Ainsi, pour engager les étudiants dans l'apprentissage, il devra s'ajuster continuellement à leurs actions et s'appuyer sur le constructivisme comme une référence.

 

Constructivisme-Intelligence –un pari sur l'avenir de la théorie de Jean Piaget.  thèmes susceptibles de passer à la postérité : le constructivisme ou comment se construit progressivement un réel intelligible et la réversibilité des actes et/ou de la pensée, source de l'intelligence. Le constructivisme, car il apporte une réponse claire et originale à la question des rôles respectifs du sujet et des objets dans l'élaboration des connaissances ; la réversibilité, parce que cette capacité qu’a le sujet de se saisir des actions disparues des données perceptives et de les composer entre elles pour déduire un élément commun en dépit de leurs disparités reste une conception révolutionnaire de l’intelligence.

 

 Tags : 


projet art conceptuel appliqué du 00.12.2016

ON PEUT APPRENDRE DE CES ECHECS

 

 

Afficher l'image d'origine

hartwig

Josef Hartwig, maître artisan de l’atelier de sculpture à l’école du Bauhaus de Weimar, créé vers 1923, ce jeu d’échecs dont les pièces en bois sont totalement abstraites, du jamais-vu jusque-là. Si pendant des siècles, le jeu était l’imitation de l’affrontement de deux armées, il est devenu peu à peu de plus en plus abstrait, purement intellectuel. Il n’est plus nécessaire, expliquait Hartwig, de représenter les pièces de manière réaliste. Elles doivent être abstraites et maniables, conformes au sens du jeu. Les formes géométriques symbolisent leurs mouvements sur l’échiquier : les pièces se déplaçant en ligne droite sont représentées par des cubes de tailles différentes ; le cavalier avançant de quatre cases est constitué de quatre cubes imbriqués à angle droit ; le fou, sur les diagonales, est représenté par une croix oblique  ; un autre cube surmonté d’un autre plus petit en biais figure le roi, qui lui avance en angle droit et en diagonale. La reine, la pièce la plus mobile, est matérialisée par un cube couronné d’une sphère. « Le pion et la tour se déplacent à angle droit vers le bord de l’échiquier, écrivait-il, mouvement exprimé par le cube ; le cavalier se déplace perpendiculairement, en crochet sur quatre carrés : quatre cubes combinés à angles droits (…) la reine, la figure la plus mobile, est constituée par un cylindre et une boule, elle est en fort contraste avec le roi, la tour et le pion, dont les formes sont cubiques, pour symboliser le lourd et le massif ».

 

 

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du BauhausLe jeu se propage jusqu’en Perse aux alentours de l’an 600 où il devient le chatrang. Lorsque les Arabes envahissent la Perse, ils l’adoptent sous le nom de shatranj. Les échecs connaissent alors un développement remarquable. C’est au cours des IXe et Xe siècles qu’apparaissent les premiers champions et les premiers traités. Les pièces sont stylisées en raison de l’interdiction de représenter des êtres animés. On retrouve alors : le roi (Shâh, c'est lui qui donne son nom au jeu) se déplace d’un pas dans toutes les directions ; - le conseiller (Firzan ou Vizir) dont le mouvement est limité à une seule case en diagonale ; - l’éléphant (Al-fil) avec un déplacement correspondant à un saut de deux cases en diagonale ; - le cheval (Faras), identique au cavalier moderne ; - le (Roukh), semblable à la tour actuelle. - le soldat (Baidaq), l’équivalent du pion, mais dépourvu du double pas initial. (Le Roukh était parfois représenté comme un char de guerre. Les Arabes y voyaient un général commandant l’armée. Mais son sens littéral reste obscur. Il semble que pour les Arabes, ce mot n’avait pas d’autre sens que celui de désigner cette pièce au Shatranj, un peu comme le mot rook pour les anglophones aujourd’hui). Une théorie séduisante donne l’origine du mode de déplacement des pièces par les différents trajets élémentaires possibles depuis le centre d’un espace de cinq cases sur cinq cases. Elle donne une bonne explication au déplacement curieux du cavalier (F = Faras), le seul à être resté « sauteur » et à courte portée. Elle laisse au roi (S = Shâh) un déplacement plus limité (quatre cases) mais qui correspond au déplacement de son homologue chinois (le « général »). Elle donne aussi à penser que le char (R = Roukh) devait être primitivement une pièce « courte » comme les autres et se déplaçait par saut de deux cases selon colonne ou rangée.

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du BauhausLe mythe du brahmane Sissa La légende la plus célèbre sur l'origine du jeu d'échecs raconte l'histoire du roi Belkib (Indes, 3 000 ans avant notre ère) qui cherchait à tout prix à tromper son ennui. Il promit donc une récompense exceptionnelle à qui lui proposerait une distraction qui le satisferait. Lorsque le sage Sissa, fils du Brahmine Dahir, lui présenta le jeu d'échecs, le souverain, enthousiaste, demanda à Sissa ce que celui-ci souhaitait en échange de ce cadeau extraordinaire. Humblement, Sissa demanda au prince de déposer un grain de blé sur la première case, deux sur la deuxième, quatre sur la troisième, et ainsi de suite pour remplir l'échiquier en doublant la quantité de grain à chaque case. Le prince accorda immédiatement cette récompense en apparence modeste, mais son conseiller lui expliqua qu'il venait de signer la mort du royaume car les récoltes de l'année ne suffiraient à s'acquitter du prix du jeu. En effet, sur la dernière case de l'échiquier, il faudrait déposer 263 graines, soit plus de neuf milliards de milliards de grains (9 223 372 036 854 775 808 grains précisément), et y ajouter le total des grains déposés sur les cases précédentes, ce qui fait un total de 18 446 744 073 709 551 615 grains (la formule de calcul est alors 264-1) ! Des variantes de cette légende existent, l'une suggérant que le roi accepta à condition que le sage compte les graines lui-même, une autre affirmant que Sissa eut la tête tranchée pour une telle effronterie. Certaines versions disent que Sissa ne demanda rien en échange mais que le roi insistant, Sissa aurait alors décidé de se moquer du roi en lui demandant une récompense qu'il ne pourrait donner.

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

 

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

 

 

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

 

 

 

 


 Légendes peu connues du Bauhaus

Une exposition spéciale au Bauhaus-Archiv célèbre les dernières acquisitions du musée.

Alma Siedhoff-Buscher, grands blocs de construction navale , 1923

Avec l'aimable autorisation de Bauhaus Archiv Berlin / © VG Bild-Kunst Bonn

Abritant la plus grande collection d'artefacts du Bauhaus dans le monde, le Bauhaus-Archiv Museum für Gestaltung à Berlin présentera 100 nouvelles acquisitions jusqu'au 25 mai.

Les faits saillants parmi les ajouts à la collection sont des photographies et des jouets. Parmi ces derniers figure une marionnette d' Oskar Schlemmer, qui dirigeait l'atelier de théâtre du Bauhaus de Weimar et de Dessau. Schlemmer était un instructeur de dessin de la vie et jouait fréquemment avec la forme humaine en créant des membres qui étaient grands et arrondis au sommet mais qui se rétrécissaient aux points fins, comme dans la marionnette. Blocs de construction de navires jouets conçus par Alma Siedhoff-Buschersera également dans l'exposition. Siedhoff-Buscher était un étudiant au Bauhaus et a continué à enseigner là. Elle a créé des jouets et des meubles pédagogiques pour les enfants, dont beaucoup ont été exposés lors de conférences pour les enseignants de la maternelle et les fournisseurs de services de garde. Les formes de blocs triangulaires de base dans les couleurs primaires joyeuses ont été conçues pour stimuler les jeunes esprits et sont toujours en production.

La photographie de l'exposition comprend une série d'autoportraits de Gertrud Arndt intitulée Mask Portraits , dans laquelle elle est représentée avec différents voiles, et des chapeaux à la recherche stoïque, douce ou ridicule. Nathan Lerner de The Swimmer , un coup de feu d'un nageur nu sous-shot lumière, eau miroitant sera également exposé. Lerner, qui fut le premier étudiant boursier au New Bauhaus de Chicago, s'intéressait au jeu de la lumière dans la photographie et développa la première lightbox. Il est ensuite devenu le directeur de l'Institute for Design.

Nathan Lerner, le nageur, 1935

Avec l'aimable autorisation de Bauhaus-Archiv Berlin / © Kyoko Lerner

Le musée Bauhaus-Archiv a été construit selon les plans du fondateur du Bauhaus, Walter Gropius, qui a conçu les galeries caractéristiques du hangar. Les fenêtres à claire-voie éclairent les espaces d'art reliés par des rampes extérieures et des couloirs intérieurs. Bien que les plans aient été établis en 1964, le musée a été seulement accompli en 1979, avec des révisions étendues au design original de Gropius. Un concours pour une expansion au musée a été lancé il y a dix ans et le premier prix a été décerné à SANAA. Le projet a toutefois été abandonné plus tard en 2009.

À l'heure actuelle, l'espace d'exposition du musée est inférieur à 8 600 pieds carrés, ce qui a fait de la présentation de nouvelles acquisitions un défi au fil des ans. Mais cela va bientôt changer. Berlin a été nommée ville UNESCO du design et le Bauhaus-Archiv attend avec impatience la construction d'une extension qui sera dévoilée en 2019, année du centenaire de l'école du Bauhaus.

Gertrud Arndt, Masque photo Nr. 13 , Dessau 1930

Avec l'aimable autorisation de Bauhaus Archiv Berlin / © VG Bild-Kunst Bonn

Marionnette, 1922, conçu par Oskar Schlemmer et Josef Hartwig

Avec l'aimable autorisation de Bauhaus-Archiv Berlin / Hartwig Klappert

La lampe de table Kandem Nr. 934 a été conçu par Heinrich-Siegfried Bormann pour Körting & Mathiesen AG, Leipzig en 1932.

Avec l'aimable autorisation de Bauhaus-Archiv Berlin / Fotostudio Bartsch

 

 

 

MARPEN FORMATION,ÉBÉNISTERIE,MAÇONNERIE,Nouvelle-Aquitaine,CHARENTEprestations intellectuelles DE MARPEN Enseigner imaginer et pouvoir influencer l'avenir du futur

Réussir, c'est s'inventer soi même et renouveler le monde. Apprendre, c'est démonter les idées préconçues, remettre en question des savoirs anciens, c'est s'engager dans l'aventure des savoirs, se jeter dans l'inconnu.

 Qu’entend-on par “prestations intellectuelles” ?

  Une prestation de service peut s’entendre comme étant une “prestation intellectuelle” à partir du moment où la part de réflexion est supérieure à la part de service. Elle est immatérielle et fait appel à l’imagination et à la créativité.

La prestation intellectuelle consiste à préparer et animer des séances de créativité jusqu'à l'élaboration d'un prototype, puis à assurer la transition avec le développeur de son avenir propre le conduisant au CAP

Contractuellement parlant, c’est un cas de figure où le prestataire ne va pas vendre une marchandise, mais va mettre à disposition de son client son savoir-faire dans un domaine précis. De cette prestation peuvent résulter des livrables.… 

 Les fonctions “consommatrices” de prestations intellectuelles

 Dans une organisation, les fonctions prescriptrices engagent des dépenses en prestations intellectuelles. Il s’agit d’une famille d’achat que l’on retrouve dans de très nombreux départements aussi variés que : le consulting, la formation, le recrutement, le coaching, l’ingénierie, les prestations informatiques, la certification, la veille, etc.

Enseigner?,  une pédagogie active de L'art d'être heureux
 
 
étape 1
Proposer sans imposer.
Accompagner avec sens et pertinence l’élève dans sa démarche. Réussir par l’erreur : guider l’élève à travers ses erreurs, l’erreur positive. Technique et créativité : une relation ambiguë.
Artiste ou pédagogue ?
Apprendre à dissocier pratique personnelle et enseignement. Savoir poser les limites. Enrichir son enseignement grâce à sa démarche d’artiste sans contraindre l’élève.
 
étape 2
L Arts visuels,
l’éducation du regard et Expérimentations : apprendre à voir , il est nécessaire d' apprendre à regarder  . Emotions : RESSENTIR Forme/Fond, Couleur/Contraste, Matière/Texture. Etudier les différentes actions de transformation d’une image, d’un objet, d’une matière.
Acquérir les différentes opérations les plus courantes juxtaposition, imbrication, superposition, déformation, fragmentation, reproduction 
 
étape 3
Créer bibliothèque de  référence dans la tête de mon apprenti ; Histoire de l'art, périodes artistiques,chronologie de l'art ,styles et mouvements,arts appliqués  Apprendre à solliciter chaque public spécifique et accrocher son intérêt Savoir reconnaître les attentes de chacun et y répondre avec sensibilité.
Utiliser la technique comme un moyen, non comme un objectif.

 L'HISTOIRE crée l'art ,l'art crée la technique,la technique invente la capacités à transmettre ,  transmission Constructiviste 

 
étape 4
Elaborer un projet pédagogique en   Conception du projet : objectifs, moyens, mise en œuvre, liens avec le projet associatif
==========================================================================================

ce qu'il se dit dans ce nouveau monde

Facturer le temps nécessaire à une prestation intellectuelle est une ­opération délicate. Le tarif idéal est un point d’équilibre qui satisfait le client et le consultant.Déterminez votre prix de satisfaction, La confrontation du prix de satisfaction avec celui du client va faire bouger les lignes. Quelles sont ses capacités financières ? Quelles seront les économies générées par l’opération ? Quelles sont les règles communément admises pour fixer les prix dans ce domaine spécifique ? Quel est l’écosystème de l’intervention ? 

 


16 décembre 2018

THÉORIE CONSTRUCTIVISTE ,Traditions transmission et pédagogie active de L'art d'être heureux,que va-t-on faire de tout cela ?

séquencer permet de décomposer en période facile de compétences

 

 LA Mise à Niveau en Arts Appliqués offre aux APPRENTIS ou stagiaires une opportunité unique d’explorer le

La tête dans les nuages MAIS LE COEUR DANS LES ETOILESmonde et acquièrent peu à peu la maturité nécessaire pour envisager l'avenir d' une vie et de décider qui l'on ne sera pas,ils maîtrisent progressivement les subtilités de l'expression plastique, s'appuient sur une culture générale & artistique qui va leur servir de socle tout au long de leur vie. 
En outre, la pratique des matières professionnelles va permettre à l’élève de tester ses centres d'intérêt et ainsi de trouver sa voie. une opportunité unique d’explorer le monde des métiers artistiques

Apprendre , c'est  s’approprier du futur !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

C'ÉTAIT SIMPLE D'APPRENDRE AUTREFOIS : L'HISTOIRE crée l'art ,l'art crée la technique,la technique invente la capacités à transmettre , pour transmettre il faut être léger comme un rêve et Chaque rêve finit par trouver sa forme, séquencer son savoir , dédramatiser chaque étape et démontrer que c'est facile, sans le savoir les  Maîtres Artisan de l'apprentissage faisaient de la transmission Constructiviste

aujourd'hui tout est écrit mais rare ceux qui possèdent quelque chose a offrire

aujourd'hui ce n'est plus des monuments qu'il faut protéger mais le  savoir empirique fait de petit secret des hommes. pour conserver et transmettre des monuments et des élèments du passé , il faut aussi transmettre le savoir pour le conserver. La mise en valeur patrimoine doit se faire avec le souci de fournir à ceux qui en auront la charge les informations utiles à leur conservation,  protéger et entretenir les bases technique de la créativité , 3000 an de recherche pour un détail de l'histoire , un leg moral de preuve d'humanité et de soufrance

L'empirisme désigne un ensemble de théories philosophiques qui font de l'expérience sensible l'origine de toute connaissance et de tout plaisir esthétique

pour en voir + clique sur le lien

 

to see more + click on the link:

 

invente ton futur et Chaque rêve finit par trouver sa forme

Histoire de l'art, périodes artistiques,chronologie de l'art ,styles et mouvements.FORMATION ÉBÉNISTE MARPEN ,arts appliqués

 « art » dérive du latin ars, artis qui signifie « habileté, métier, connaissance technique»

Parce que, de tous temps, les connaissances informelles, non codifiées, se sont acquises essentiellement par la démonstration au sein des corporations des metiers d art ,eux mêmes s'interrogent aujourd'hui autant sur leurs capacités à transmettre leur savoir spécifique, construire de nouvelles compétences, modifier sa façon d’agir, de penser . c’est aller de ce que l’on connait vers ce que l’on ignore,une anticipation de l’inconnu c'est s'inventer !. on peut considérer l’apprentissage comme une modification stable et durable des savoirs, des savoir-faire ou des savoir- être d'un individu, l'expérience permettant de tout oublier et être soi même et de réinventer ses connaissance .

Réussir, c'est s'inventer soi même et renouveler le monde. Apprendre, c'est démonter les idées préconçues, remettre en question des savoirs anciens, c'est s'engager dans l'aventure des savoirs, se jeter dans l'inconnu.

 pour en voir + clique sur le lien

 

to see more + click on the link:

Constructivisme théorie de l'apprentissage,Constructivisme artistiques,Constructivisme pédagogie active de L'art d'être heureux

 le constructivisme est l'expression d une doctrine qui entend construire une nouvelle société.Le but de l'art constructiviste est d'exclure de l'oeuvre le réel et les référencés au réel, afin d'accéder à une autre forme de réédité esthétique.

 

 le constuctivisme texte, éternellement réécrit et métamorphosé, réorganisé,amplifié a ne plus rien y comprendre.beaucoup de bla-bla pour dire une choses et son contraire .une maladie de la connaissance mal interpréter l'énantiosémie comme ci-dessous.

le constructivisme en référence à Piaget ; - le socioconstructivisme qui se réclame en particulier des travaux de Vygotski et de Bruner.  analyser et prendre en compte les difficultés des élèves ; - apporter une aide au travail personnel des élèves, en assurent le suivi ; - favorise les situations interactives d'enseignement – apprentissage ; -  Remarques critiques C'est la pédagogie par objectifs qui fait le mieux prendre conscience des distorsions souvent considérables qui existent entre ce que l'enseignant se propose de faire acquérir . L'opérationnalisation des objectifs à atteindre fait que l'enseignant se trouve rapidement face à un trop grand nombre d'objectifs à viser au même moment, ce qui limite ce genre de pratique. Réduire un apprentissage complexe en une succession d’apprentissages plus simples peut avoir comme effet que, même si un élève satisfait à toutes les étapes intermédiaires de l'apprentissage, il peut ne pas maîtriser l’apprentissage complexe visé initialement. En matière d’apprentissage, le tout peut ne pas être la somme des parties qui le composent. A force de vouloir réduire les difficultés inhérentes à un apprentissage, on peut finir par les contourner et amener les élèves à réaliser des tâches au cours desquelles ils n’apprennent plus suffisamment.bla- bla-bla! et + ENCORE Bla ..........

 LA PHOTO . FORME DE séquencage de la PRÉHENSION DE LA REALITE


 Pour le constructivisme, acquérir des connaissances suppose l'activité des apprenants, activité de manipulation d'idées, de connaissances, de conceptions. Activité qui vient parfois bousculer, contrarier les manières de faire et de comprendre qui sont celles de l'apprenant. L'individu est donc le protagoniste actif du processus de connaissance, et les constructions mentales qui en résultent sont le produit de son activité. Pour Piaget, celui qui apprend n'est pas simplement en relation avec les connaissances qu'il apprend : il organise son monde au fur et à mesure qu'il apprend, en s’adaptant. Cette perspective constructiviste insiste sur la nature adaptative de l'intelligence, sur la fonction organisatrice, structurante qu’elle met en œuvre.

l'action du sujet sur les objets qui l'environnent, action qui se fait en fonction des connaissances et des structures cognitives déjà élaborées. L'assimilation offre la possibilité d'intégrer les données nouvelles aux connaissances dont le sujet dispose déjà.  Dans une perspective d'assimilation, comprendre un problème revient à le faire entrer dans les cadres de compréhension et de connaissances que l'individu maîtrise actuellement. Connaître reviendrait alors à ramener de l'inconnu à du connu.

Le processus d'accommodation est marqué par l'adaptation du sujet à des situations nouvelles d'où modification de ses cadres mentaux. C'est donc une action de l'environnement sur l'individu qui va avoir pour effet de provoquer des ajustements dans la manière de voir, de faire, de penser du sujet, en vue de prendre en compte ces données nouvelles quelque peu perturbantes. L'accommodation traduit l'action d'imposition du milieu sur l'activité cognitive du sujet, en le poussant à une réorganisation de ses connaissances, à une modification de sa manière de voir les choses, à la modification des conduites et des structures de l'individu.

Equilibration  processus à la fois complémentaires et antagonistes - assimilation et accommodation - caractérisent l'intelligence entendue comme adaptation, c'est à dire comme recherche du meilleur équilibre possible entre les deux, c'est à dire aussi entre l'individu et son milieu de vie, ou entre l'individu et la situation problème à laquelle il se trouve confronté. C'est en ce sens qu'on a pu parler d'équilibration majorante, c'est à dire de la recherche de l'équilibre (ou de la solution, du compromis) le plus favorable à l'individu .

 

Piaget en parle en terme d'autorégulation.  Développement d'une pédagogie active L’approche constructive en matière d’apprentissage ouvre sur des pratiques de pédagogie active. Ce faisant elle rejoint, valide et conforte certaines options et pratiques du vaste courant de pédagogie nouvelle et active qui court sur un siècle (des années 1880 aux années 1970). Cette approche : - considère davantage l'élève comme l'artisan de ses connaissances ; - place ceux qui apprennent en activités de manipulation d'idées, de connaissances, de conceptions, de manières de faire, etc. ; - valorise les activités d’apprentissage, en mettant l'élève en position centrale dans les dispositifs d'enseignement- apprentissage. D'autre part, les connaissances se construisant sur la base des connaissances antérieures, les enseignants ont intérêt : - à se donner davantage d'outils permettant d'évaluer les pré-requis (savoirs et savoir-faire) dont disposent leurs élèves ; - à tenir compte des représentations, des conceptions des élèves, car elles peuvent, soit servir de point d'appui, soit faire obstacle, à l'acquisition de connaissances nouvelles. Favoriser les situations-problèmes La situation d'apprentissage de base, constructiviste par excellence, est la situation-problème. Pourquoi ? Parce qu'elle est à même de favoriser le développement d'un conflit cognitif lequel apparaît dans la théorie constructiviste comme capable de générer des changements conceptuels, de faire progresser les élèves. Une situation problème est telle que ce que l'élève connaît et sait faire actuellement n'est pas immédiatement suffisant pour qu'il puisse répondre correctement

la conception constructiviste de l'apprentissage privilégie la confrontation des apprenants à des situations-problèmes. Tout cela parce que la déstabilisation des savoirs et des savoir-faire que l'apprenant a du mal à mobiliser efficacement pour résoudre le problème peut générer une dynamique de recherche de solution capable : - d'entraîner la restructuration de ce qu'il sait déjà, - de favoriser l'acquisition de savoirs et de savoir-faire nouveaux.

La conception constructiviste de l'apprentissage (dans son aspect central) se base sur la production d'un conflit cognitif par confrontation d'un apprenant à une situation problème, d'où un effet de déstabilisation susceptible de provoquer une réorganisation de connaissances ou l'acquisition de nouveaux savoirs et savoir-faire.  Socioconstructivisme Par rapport au constructivisme, l’approche sociocognitive ou socioconstructive introduit une dimension supplémentaire : celle des interactions, des échanges, du travail de verbalisation, de coconstruction, de co-élaboration. Cette idée de base transparaît dans bon nombre de tires d’ouvrages d’aujourd’hui : interagir et connaître, on n’apprend pas tout seul, interagir pour apprendre, etc. L'apprentissage est alors davantage considéré comme le produit d'activités sociocognitives liées aux échanges didactiques enseignant – élèves et élèves - élèves. Dans cette perspective, l’idée d’une construction sociale de l’intelligence est prolongée par l’idée d’une auto-socio-construction des connaissances par ceux qui apprennent. Dans le cadre socioconstructiviste, les conditions de mise en activité des apprenants sont essentielles, car ce qui se joue dans les apprentissages ce n’est pas seulement l’acquisition de connaissances nouvelles ou la restructuration de connaissances existantes ; c’est également le développement de la capacité à apprendre, à comprendre, à analyser ; c’est également la maîtrise d’outils. Ce n’est donc plus seulement par ce que l’enseignant transmet, et par les formes de mise en activité des élèves confrontés à des situations problèmes, que les élèves apprennent. C’est par des mises en interactivité (entre élèves et entre enseignant et élèves) que le savoir se construit.  Si on regarde du côté des chercheurs qui s’inscrivent dans ce cadre théorique, on note qu’ils sont très nombreux à se réclamer des travaux de Vygotski.

DSC_1180

 

DSC_1277

 

On pourrait dire que Piaget est au constructivisme ce que Vygotski est au socioconstructivisme. Il s’agit d’un courant de recherches en plein développement , des auteurs très différents comme Vygotski, Bruner ou Perret Clermont, en sachant que, par ailleurs, des analyses plus poussées permettraient de les différencier. les points communs sont, globalement, plus importants que les différences, et que cette perspective sociocognitive permet de les réunir.  l'apprentissage provoque l'émergence de processus évolutifs qui, sinon, demeureraient en sommeil. Il favorise la formation d'une zone de prochain développement, entendue comme l'écart entre le niveau de résolution d'un problème sous la direction et avec l'aide d'adultes ou de pairs plus compétents, et celui atteint seul. A la distinction entre le niveau de ce que l'élève est capable d'atteindre tout seul, et celui qu'il est capable d'atteindre avec l'aide d'un adulte ou d'un pair, s’ajoute l'idée que l'élève saura bientôt faire par lui-même, ce qu'il parvient actuellement à réaliser avec l'aide d'autrui. Ainsi, en collaboration, sous la direction et avec l'aide de quelqu'un, l'élève peut toujours faire plus et résoudre des problèmes plus difficiles que lorsqu'il agit tout seul. Cette approche véhicule l'idée que le véritable enseignement est toujours un peu en avance sur ce que les élèves maîtrisent et savent faire aujourd'hui.  Dans cette perspective, le rôle et la fonction de l’enseignant changent : plus qu’un transmetteur de connaissances, il est un guide, une personne ressource, un tuteur, un régulateur, un passeur, un médiateur.

Le processus d’étayage Deux idées-forces traversent l'œuvre de Bruner : - la culture donne forme à l'esprit, - l'activité mentale ne se produit jamais isolément. Pour lui, apprendre est « un processus interactif dans lequel les gens apprennent les uns des autres » . Il considère que le modèle transmissif qui place l'enseignant en position de monopole n'est plus à même de répondre convenablement aux exigences de maîtrise de savoir-faire, de cheminement vers l'autonomie, d'acquisition du jugement, de capacité à s'auto-évaluer. Bruner voit davantage le rôle de l’enseignant à travers la mise en œuvre d’un processus d’étayage. Les fonctions de ce processus attestent que ce qui est bénéfique tient autant aux composantes socio-affectives qu’aux aspects cognitifs ou intellectuels. Aspects socio-affectifs Nous avons la mobilisation, le maintien de l’intérêt et de la motivation de l’élève dans le champ de la tâche. Sans perdre de vue le but à atteindre, l’enseignant fait en sorte que la tâche soit plus agréable à réaliser avec son aide, tout en évitant que l’élève soit trop dépendant de lui. Au premier aspect correspond l'effort d'enrôlement pour intéresser l’élève à la tâche, solliciter sa motivation, le mettre davantage devant les exigences de la tâche.

Le deuxième aspect se veut doublement dynamisant : garder l’élève dans le champ de résolution du problème sans qu'il perde de vue le but à atteindre ; l'encourager, faire preuve d'entrain et de sympathie pour que sa motivation ne s'éteigne pas. Aspects cognitifs Les éléments du soutien sur le plan cognitif concernent la prise en charge par l’enseignant (dans son rôle de tuteur) de certains aspects de la tâche, la signalisation des caractéristiques spécifiques et la suggestion de modèles de résolution. Le premier point correspond à la nécessité d'alléger la tâche de certaines de ses difficultés en la simplifiant quelque peu afin qu'elle soit momentanément davantage à la portée de l’élève. Le second point a trait à la possibilité que l’enseignant a de pointer certaines caractéristiques de la tâche pouvant mettre sur la voie de la résolution. C'est souvent une manière, pour lui, d'apprécier l'écart qui sépare ce que l’élève vient de faire de ce qui aurait dû être fait. Le dernier aspect, probablement le plus formateur et le plus difficile à mettre en œuvre aux yeux de  Bruner, consiste à montrer ce qui peut être fait sans pour autant donner la solution, à partir de ce que l’élève a déjà réalisé, soit parce que c'est une manière de lui faire voir qu'il est sur la bonne voie, ou au contraire pour l'alerter par rapport à une procédure de réalisation inadéquate. Effets de ce processus d’étayage : - effets immédiats : celui qui est aidé parvient à faire des choses qu’il ne réussirait pas à faire correctement tout seul ; - effets d’apprentissage à plus long terme : ils sont le fruit du travail verbal d’explicitation et de compréhension des exigences de la tâche à réaliser et des procédures de résolution.  Le conflit sociocognitif , sous certaines conditions, le conflit peut être formateur (travaux de Perret-Clermont, Doise et Mugny). Mais à la différence de ce que nous avons vu avec Piaget, la dimension interactive joue ici un rôle essentiel.

Parmi les conditions, deux sont à noter : - qu’il s’agisse d’un débat d’idée, arguments à l’appui, et non d’une rivalité entre personnes ; - que la divergence de points de vue se développe sur fond de dialogue. Il s’agit alors de ménager des tâches qui peuvent faire émerger des désaccords, des divergences de points de vue, des représentations différentes d’un phénomène, qui engagent un travail explicatif en prolongement. Ceci peut s’envisager dans des interactions enseignant-élèves mais également élèves-élèves lors d’activités en petits groupes par exemple.

Qu’il s’agisse de la prise en compte des représentations des apprenants sur les objets d'apprentissage, de développer la maîtrise d’outils pour apprendre à apprendre, d’insister sur les processus d'appropriation de connaissances, de solliciter l’activité métacognitive, de privilégier la dimension formative de l'évaluation. Dans la relation classique d’enseignement, le professeur s’adresse à l’ensemble d’une classe et ce sont des processus de transmission et d’acquisition de connaissances qui sont mis en œuvre. Mais si l’enseignant présente des connaissances, est-on sûr que ce sont également des connaissances que les élèves reçoivent ? Très souvent, la manière dont ils les reçoivent et les perçoivent en font des informations, c’est à dire des données déjà mises en forme, façonnées, des données qui sont pour eux peu malléables, difficilement réutilisables sauf à les répéter, à les réciter. Il en est souvent ainsi car, à la différence des enseignants, les élèves n'ont pas la même culture d'accompagnement et de contextualisation des connaissances qu'ils reçoivent et ne sont pas encore suffisamment autonomes dans leur fonctionnement scolaire ; aussi, la simple transmission des connaissances n’est en général pas suffisante pour qu’ils se les approprient, même si l’enseignant, comme c’est souvent le cas, fait un double travail de transposition didactique et d’accompagnement pédagogique pour faciliter les acquisitions. Il faudrait alors accorder davantage d’importance aux processus par lesquels les informations contenues dans ce qui est présenté aux élèves sont reprises, sémiotisées par eux, et deviennent alors des connaissances. Ce retraitement des données reçues, où le travail de verbalisation joue un rôle très important, nécessite tout un effort d’explicitation, de reconstruction, de modélisation. Il permet ensuite aux élèves de réinvestir les connaissances qu’ils se sont ainsi appropriées.

Il n'est pas suffisant de considérer que l'élève est là pour recevoir un savoir transmis par l'enseignant et pour être capable de le reproduire avec plus ou moins de fidélité. Ce serait, scolairement parlant, n'envisager le savoir que comme un produit, quelque chose d'achevé, d'objectivable, de non évolutif, quelque chose de déjà construit par rapport auquel l'enseignant aurait pour l'essentiel à faire un travail d'exposition de connaissances. Or à travers le savoir, ce qui importe pour des personnes en position d'apprentissage c'est le type d'exigence auquel il soumet celui qui y accède. Il est alors plus important de regarder dans le savoir, non pas la forme achevée qu'il peut prendre à un moment donné de son histoire mais la manière dont il se construit pour ceux qui apprennent et ce qu'il contribue à développer chez ceux qui font l'effort de se l'approprier. Il est donc important, scolairement parlant, de considérer d'abord la dimension du savoir comme processus. Du coup l'enseignant devient davantage celui qui encadre, accompagne les élèves dans des activités didactiques où ils sont en position d'avoir à comprendre, à agir. En outre, à sa manière, elle invite l’enseignant à davantage se positionner comme un médiateur, un tuteur, un passeur, un accompagnateur, un régulateur, une personne ressource dans des dispositifs de mise en activité des élèves.

 


 Lev VygotskiPsychologie de l’art

 

 Vygotski travaille à donner des fondements conceptuels à une nouvelle science de l’art : une psychologie sociale de l’art non subjectiviste. Pour lui il n’y a de psychologie subjective (introspective) qui puisse traiter de l’art. Il distingue par ailleurs la psychologie sociale de la psychologie collective (qui analyse des phénomènes de groupes ou des institutions comme l’Église, l’Armée, etc.). La psychologie de l’art a, selon lui, un rapport avec l’esthétique, les deux domaines n’ayant pas de frontières franches. C’est du côté de la psychologie objective qu’il faut chercher les bases théoriques et méthodologiques de l’analyse du matériau artistique : « utiliser le langage de la psychologie objective pour parler des faits objectifs de l’art » 

 

En ce sens, l’art est considéré comme « une technique sociale du sentiment » dont l’analyse vise l’objectivation des « signes esthétiques » mis en œuvre par l’artiste pour susciter les émotions .

DSC_0143

 

Aussi s’agit-il de comprendre en quoi la démarche artistique est « une sphère tout à fait particulière du psychisme de l’homme social : la sphère du sentiment. Est stérile, dit-il, toute tentative d’analyse du « vécu » de l’artiste ou du spectateur, car ce vécu est dissimulé dans la sphère de l’inconscient. La base de la psychologie objective de l’art est donc l’œuvre en elle-même, qui « ne reflétera aucun processus psychique individuel » .

 

l’art à une action éducative susceptible de modifier durablement le comportement. à faire l’analyse du matériau propre à l’œuvre d’art, de sa structure, de sa finalité d’une part, et de son action psychologique d’autre part. L’action psychologique de l’œuvre n’est pas immédiate, et les modes de réception et d’interprétation de l’œuvre ne lui incombent pas entièrement. L’œuvre impressionne l’économie psychique d’une certaine manière, mais ne prédétermine pas les interprétations des œuvres, ni les théories qui s’y rapportent. L’art est donc un « langage », une « technique des sentiments » qui prend forme dans l’acte de création. L’œuvre est en ce sens une matrice organisationnelle de notre comportement futur, de nos sentiments et de nos catégories de perception ; elle oriente en quelque sorte les dispositions de la perception. 

 la thèse de Vygotski est un rappel de sa conception de l’individu et de la vie sociale, qui le conduit à démontrer que toute science de l’esthétique, ou psychologie de l’art, finalement, est sociologique :

 

« L’art est social en nous, et, si son action s’exerce en un individu isolé, cela ne signifie pas du tout que ses racines et son essence soient individuelles. C’est une grande naïveté de ne comprendre le social que comme collectif, comme impliquant une multitude de personnes. Le social est aussi là où il n’y a qu’un individu avec ses vécus personnels. la théorie de la contagion : le sentiment qui prend naissance chez un seul individu gagne tous les autres, devient social, c’est justement l’inverse. La refonte des sentiments au-dehors de nous s’effectue grâce au sentiment social qui est objectivé, projeté hors de nous, matérialisé et fixé dans les objets extérieurs de l’art, qui sont devenus les outils de la société ».


 Jérome Bruner : La psychologie et le socioconstructivisme 

 Pour Jerome Bruner, la psychologie doit rejoindre le courant qui anime les sciences humaines ; elle doit " Interpréter " les récits, ceux de la " psychologie populaire ", par lesquels nous créons de la signification, comme l'Histoire interprète une période ou la sociologie une société. Ces récits montrent comment une culture façonne les croyances, les désirs, les valeurs de ceux qui y vivent.

Les travaux de Bruner sur le développement de l’enfant se situent dans la perspective plus vaste d’une psychologie historique et culturelle, qui étudie comment l’esprit humain se développe à travers l’internalisation de modèles, d’outils et d’œuvres construites par la culture, le langage et les interactions sociales :

« C’est la culture qui donne forme à l’esprit, c’est elle qui nous procure l’outillage grâce auquel nous construisons non seulement les univers dans lesquels nous évoluons, mais aussi la conception même que nous avons de nous-mêmes et de notre capacité à y intervenir. »  C’est par leur intermédiaire qu’ont d’abord été connus en Europe les travaux de Vygotski, auquel il se réfère souvent. Cette psychologie culturelle est dialectique et constructiviste : la culture ne modèle pas l’esprit sous forme d’un déterminisme mécanique. D’une part, comme Vygotski dans sa Psychologie de l’œuvre d’art, Bruner insiste sur le fait que contradictions et tensions sont constitutives d’une culture. Le propre des œuvres de pensée, et plus spécifi quement des œuvres d’art, est qu’elles mettent en forme et permettent de penser les contradictions : « Toute culture constitue à la fois une solution à la vie en commun et une menace et un défi pour ceux qui vivent à l’intérieur de ses limites. Pour survivre, elle doit disposer des moyens de faire face aux confl its d’intérêts inhérents à la vie en communauté.. La culture n’est jamais d’un seul tenant, et notre réserve d’histoires ne tient pas en un seul bloc ; toute sa vitalité tient à sa dialectique : elle a besoin de concilier les points de vue opposés, les récits qui s’affrontent. Beaucoup d’histoires nous parviennent : nous les gardons en réserve, même si elles entrent en conflit les unes avec les autres. » Les œuvres  « nous aident à nous représenter à nous-mêmes notre propre déséquilibre » . D’autre part, le phénomène fondamental du fonctionnement de la pensée est la construction de signification. Bruner se réfère ici à la perspective anthropologique dont il cite souvent les grands textes, et dont il transpose sur le plan psychologique la question centrale : comment les êtres humains créent-ils de la signification dans le cadre de leur culture particulière ? La question que rencontre une psychologie culturelle est donc de comprendre « comment nous élaborons et négocions les significations, comment se construit l’individualité et le sentiment que nous sommes source de nos actions, comment nous acqué- rons nos compétences symboliques »

 

 Traditions et transmission,Jerome Bruner,Piaget,Vygotski

EXERCICES CONSTRUCTIVISTE , projet art conceptuel appliqué a la pédagogie active de L'art d'être heureux ! Psychologie de l’art

 

EXERCICES CONSTRUCTIVISTE

 ----------------------______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

mise au tombeau de marcel DUCHAMP

mise au tombeau de marcel

 

la vie est un mouvement artistique,L'ŒUVRE DE MARCEL DUCHAMP BIOGRAPHIE DE L'ARTISTE NOTICES D'ŒUVRES • Les joueurs d'échecs, 1911 • Roue de bicyclette, 1913/1964 • Neuf Moules Mâlic, 1914-1915 • Fontaine, 1917/1964 • Fresh Widow, 1920/1964 • Rotoreliefs n° 11-n° 12, 1935 • La boîte-en-valise, 1936-1941/1968 • Prière de toucher, 1947


 

 

 voyage sonore au cœur des humains.

pour en voir + clique sur le lien                                                                                                                                                                                                to see more + click on the link: CAP ébéniste et arts appliqués en architecture d'intérieur 2019          

fabrication d'un instrument de musique et conception d'un son à partir des reliquats de l histoire de l art et des déchets des modes culturel, des materiaux rares et précieux a la portée de tous , mis en déchetterienous remerçions Emmaüs de ruffec pour ses dons de materiaux et leur gentillesse.L' Histoire d'Y KRAR , lutherie improvisé

 Le krar est  joué par des musiciens que l'on appelle azmaris et il accompagne des chansons d'amour et des chansons populaires de la musique éthiopienne. Le timbre dépend de la technique du musicien : lorsque les cordes sont pincées, l'instrument produit un timbre doux alors qu'en les grattant il est possible de réaliser des pulsations harmonieuses. Le krar est un cordophone accordé sur la gamme pentatonique.

http://www.wikiwand.com/fr/Lyre

THÉORIE CONSTRUCTIVISTE ,Traditions transmission et pédagogie active de L'art d'être heureux,que va-t-on faire de tout cela ?

   LA Mise à Niveau en Arts Appliqués offre aux APPRENTIS ou stagiaires une opportunité unique d’explorer le monde et acquièrent peu à peu la maturité nécessaire pour envisager l'avenir d' une vie et de décider qui l'on ne sera pas,ils maîtrisent progressivement les subtilités de l'expression plastique, s'appuient sur une culture générale & artistique qui va leur servir de socle tout au long de leur vie. En outre, la pratique des matières professionnelles va permettre à l’élève de tester ses centres... [Lire la suite]

imaginer par eric Arbouin et son environnement

tags :  , Vous trouverez ci-jointe la convention TEMPS RÉEL / CLUB MARPEN signée 

 par nos soins relative à notre projet de collaboration autour de la 
 confection d'un KRAR à l'atelier d'Eric Arbouin.

 du 10 au 14 décembre prochains, avec Weldihiwet et Brhane, musiciens 
 Erythréens.

 Merci de corriger ce qui vous semblerait nécessaire.

Nous vous remercions vivement de la richesse de cet apport, et nous 
 réjouissons de vous retrouver à nouveau autour de ce beau projet !
 
 A tout bientôt

Sylvie MARCHAND Artiste Anthropologue, Réalisatrice de dispositifs numériques. Directrice Artistique de la Cie Gigacircus,
Directrice Labo Art & Anthropologies Numériques, EESI Poitiers
 Artiste-chercheuse associée, Université Mexico, UNAM, CDMx
 Conseil Scientifique de l'ACIR,Toulouse                                           

MERCI ENCORE MILLE FOIS !!! SUPER :-)

BELLE RÉALISATION nous sommes super heureux

amitiés,



 30 juin 2018

 construire un mur hermétique, a une compréhension simple, il peut se concevoir ainsi ou pas !!!!!!!!!!!!!!

 

Le vecteur −→ AB a pour coordonnées (−2, 0, −2) et le vecteur −→AC a pour coordonnées (1, −4, −1). Ces deux vecteurs ne sont pas colinéaires car leurs coordonnées ne sont pas proportionnelles et donc les points A, B et C ne sont pas alignés. Ainsi, les points A, B et C définissent bien un plan. b. 2xA +yA −2zA +4 = 6+2−12+4 = 0, 2xB +yB −2zB +4 = 2+2−8+4 = 0 et 2xC +yC −2zC +4 = 8−2−10+4 = 0. Les coordonnées des points A, B et C vérifient l’équation du plan P et donc appartiennent à ce plan. Ainsi le plan (ABC) est le plan P.

 

un bon plan pour savoir monter un mur en deux temps et trois mouvements de règle

construire un mur peut se concevoir plus simplement aussi

pour un maçon une droite passe par deux points tout simplement  et un point de  reference le départ du mur à construire jusqu'à son point d'arrivée et le plus important , trois points forment un plan , le troisieme son élèvation, projection géométrique verticale.

autre Axiome : pierres touchées pierres posées

pour jouer avec des pierres il n'y a pas  à apprendre à voir vous savez le faire,                    maintenant il est nécessaire  d'« apprendre à regarder » et miracle elle s' imbrique toute seul!

 

un bon plan pour savoir monter un mur en deux temps et trois mouvements de règle

_______ Les photos liées au tag: 

 _____________________imaginer par eric Arbouin et son environnement_________________________________________________

 

projet art conceptuel appliqué du 00.12.2017

 

Tags :  

DSC_2199

 

 

 munissez vous d un miroir pour jouer avec nous

 

projet art conceptuel applique a la pédagogie active du vers lent vers du décors, rythmés d'après la quantité des syllabes discuter

 

 étape 1

 

 études préalables d' une idée forte et commune

 

  choisir un thème

 

étape 2

 

 jeux pour  gagner en capacité d’improvisation, en spontanéité, en confiance et en aisance. Ils permettent au eleves de l atelier de entraîner a vivre avec les autres ,il faut donc aussi préparer les élèves à gérer l'imprévu et ainsi leur enseigner des stratégies pour améliorer leur interventions  oral.(gestion de l imprévu analyse de l action et construction de compétences)

 

Au quotidien, bien maîtriser l'expression orale est un levier d'efficacité et de bien-être . Le   individualisé de ce programme permet d'identifier forces et faiblesses 

 

 Mobiliser la personne ou son public se presenté savoir se vendre .  Mobiliser une personne signifie obtenir un engagement actif de cette personne dans le projet ou les activités proposés a la personne à qui l'on s'adresse, faire passer une émotions , la  sensibiliser a la démarche artistique qui va l engage volontairement et pleinement dans une démarche d'œuvre collective, qui à terme va permettre d'atteindre l objectifs de deposé une affiche dans une vitrine

 

projet art conceptuel applique a la pédagogie active du vers lent vers du décors rythmés d'après la quantité des syllabes

 

etude de diffusion  d une information  a imprimer soi-même et a coller par action engagée dans une oeuvre collective

 

 étape 3

 

etude de la typographique des linéales . Elle s’est développée après la Première Guerre mondiale dans un contexte de banalisation des imprimés publicitaires (affiches), et de recherche du Bauhaus au début des années 1920

 

 étape 4

 

sclupture  xylographique est un art qui consiste à graver une image sur du bois pour imprimerie

 

étape 5

 

Le dessin technique répond à deux besoins essentiels du processus de conception technique : formaliser les idées pour valider des concepts, et communiquer. La représentation par le dessin ne doit donc pas se limiter à une simple description de formes

 

 étape 6

 

 L'art conceptuel est un mouvement de l'art contemporain apparu dans les années 1960 mais dont les origines remontent aux ready-made de Marcel Duchamp au début du XX siècle. L'art est défini non par les propriétés esthétiques des objets ou des œuvres, mais seulement par le concept ou l'idée 

 

  7 étape  c'est vous

 

 Tags : 

 

  munissez vous du miroir pour jouer avec nous

 

Histoire de l'art, périodes artistiques,chronologie de l'art ,styles et mouvements

 

                                                                                                                                                                                         

 

                                                                                                                                                                      imaginer par eric Arbouin et son environnement

 

 Projet en construction du 28.03.2018

Accueil Mineurs étrangers non accompagnés (MNA)

L'ART CONCEPTUEL DE CHANGER LE MONDE OU  L'art d'être heureux

PROPOSITION D'accueil utile et intelligente

La création d'un chantier permanent au sein d' un centre de formation permet la communication entre jeune de tous horizons et offre aux Mineurs étrangers une opportunité unique d’explorer le monde occidental et ses codes ,ils acquièrent peu à peu la maturité nécessaire pour envisager l'avenir.

ART CONCEPTUEL DE CHANGER LE MONDE

La tête dans les nuages MAIS LE COEUR DANS LES ETOILESEn outre, la pratique des matières professionnelles va permettre aux Mineurs étrangers de tester leurs centres d'intérêt . une opportunité unique d’explorer le monde des métiers.                                                                           Apprendre a s’approprier du futur

Le Support:

Le chantier devient le support pedagogique de la communication , là ou le verbe et les phrases prennent  facilement du sens

 Activités

-Découverte du PATRIMOINE culturel de chaque jeune engagé dans ce projet : l'occasion de découvrir leur force de partage et de les sensibilisées au concept de laïcité .

-Découverte des techniques de constructions avec différents matériaux comme support ( bois, pierre, chaux, argile...).

-Sensibilisations à la restauration et à la conservation d'un PATRIMOINE onirique ou materiel..

-Donner des outils pour un retour hypothétique ou potentiel au pays d'origine ou d ' intègration dans notre société.

-Découverte de l'agriculture climatique et ecologique avec conception d'un potager et d'un jardin aromatique.

DSC_2007

-Tout cela  dans le cadre de la restauration d'un prieuré ou on y trouve déjà les Métiers d'Art appliqués en architecture DU PATRIMOINE ,Salles-de-Villefagnan CHARENTE

 

 

_imaginer par eric Arbouin et son environnement________________________________________________________________________________________________



 

KRAR (Kirar)

          Les photos liées au tag lutherie improvisée 

 

projet  art appliqué a la pédagogie active de L'art d'être heureux du 19.01.2018

 un voyage sonore au cœur des humains. http://www.wikiwand.com/fr/Lyre

fabrication d'un instrument de musique et conception d'un son à partir des reliquats de l histoire de l art

et des déchets des modes culturel, des materiaux rares et précieux a la portée de tous , mis en déchetterie

nous remerçions Emmaüs de ruffec pour ses dons de materiaux et leur gentillesse.

imaginer par eric Arbouin et son environnement

 Merci à vous Eric Arbouin et Fabrice Ré  et à Jean Michel Perez, Directeur de la Maison du patrimoine de Tusson, 

merci de votre enthousiasme pour la mise en oeuvre d'une collaboration entre le CAO de Ruffec et le CLUB MARPEN /formation.

Dans le cadre du projet artistique HOSPITALITÉ EN ACTIONS, j'ai le plaisir de vous mettre en contact autour de la 'FABRICATION D'UN KRAR' qui permettra à 3 (ou 4 ?)  jeunes réfugiés hébergés au CAO de Ruffec de partager l'atelier EBENISTERIE d'ART dirigé par Eric ARBOUIN du Lundi 22 Janvier au Vendredi 2 Février prochain.

Les noms de ces jeunes figurera dans mon prochain courrier avec les conditions pratiques de la mise en oeuvre de la collaboration (transport quotidien et déjeûners).

La fabrication de cet instrument de musique permettra au jeune musicien Erythréen Waldehiwet de retrouver la pratique intégrale de son chant, et nous permettra, à nous français, de découvrir un patrimoine musical ancestral né
 dans la corne de l'Afrique il y a plus de 2 000 ans !

Quelle chance pour nous !!!

 

DSC_0609DSC_0607

DSC_0610DSC_0611

lutherie improvisé

DSC_0638

Krar éthiopien

Description de la ressource

Le krar est un instrument de musique à cordes, proche de la lyre, que l'on trouve en Érythrée et en Éthiopie. Il est généralement décoré de bois, de tissus et de perles. Ses cinq ou six cordes déterminent les hauteurs musicales disponibles. La table d'harmonie est en membrane animale. Le krar est souvent joué par des musiciens que l'on appelle azmaris et il accompagne en principe des chansons d'amour et des chansons populaires de la musique éthiopienne. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Krar

DSC_0614

DSC_0625

DSC_0669

DSC_0661

DSC_0608DSC_0668DSC_0667

DSC_0651


 


 

 

Constructivisme pédagogie active de L'art d'être heureux 

projet art conceptuel appliqué du 00.01.2018

 

 

MERCI pour la réalisation esthétique et sonore, du beau Krar qui fait la joie de tous !

Nous nous réunissons désormais autour de belles chansons, de textes dont certains écrits par Weldihiwet MAHARI
que nous allons commencer à traduire et mettre en scène !! 



 projet en construction

la nuit du plus grand musée du monde

Tusson possède mille et un visages et autant de façons d'être découvert . Suivez le guide… sortir en Charente 2018

le village vous ouvre ses portes, dans leur cours interieur des villageois vous prèsente un objet d art ou un livres ou un sentiment

promenade bucolique chez les humains

Pour prévenir d’un éventuel burnout, on vous emmène dans la nuit orné de 16140 étoiles  a tusson. Au programme : des petites ruelles , des cours cachés, des églises surprenantes, des coins mystérieux… Bref, on a disséqué tusson et son histoire, parcouru son territoire et pris quelques clichés pour vous donner envie de nous suivre.

 

Offrir à chacun la visite qui répond à ses attentes ; tel est l'enjeu des nouvelles animations par le musée  , alliant autonomie, interactivité et personnalisation.  pour plus de convivialité  attirer de nouveaux publics. 

Soucieux de ne pas se couper des citoyens, les musées expérimentent de plus en plusde telles démarches participatives, parfois inspirées de la politique. Celui des beaux-arts de Rouen a même appelé les gens à voter pour sortir certaines œuvres des réserves, puis les accrocher dans une salle.

Roosevelt (Eleanor) - Les seules limites de nos réalisations de demain, ce sont nos doutes et nos hésitations d'aujourd'hui.

                                                                                              imaginer par eric Arbouin et son environnement

 


 

projet en construction

Constructivisme pédagogie active de L'art d'être heureux 

projet art conceptuel appliqué du 00.00.2018 POUR MARPEN EN Fête

2018… 50ème anniversaire 18250 JOURS ACTIONS

 

exposition le No man's land  LACONIQUE

Discours  sur une idée laconique

Note : Laconique se dit le plus souvent du langage parlé ; concis se dit du langage écrit : une réponse laconique, un compliment laconique ; mais un ouvrage concis ; le style concis. Quand laconique se dit du style, il implique une recherche de brièveté que concis n'implique pas.

 mon ami marc m'a dit : marpèn a jouir

 étape 1

création conceptuel : le jardin des Fleurs du Mal ou mille concepts y fleurissent , parfumé aux extraits de pensées sauvages

le cimetiere de vos projets OU  LE TERREAUX DE VOS ENVIES

 étape 2

Créations florales FLEURISSONS VOS EMOTIONS

exposition le No man's land LACONIQUE mille concepts y fleurissent

un jardin secret destiné a  vos idées plantées,

pour ceux qui ont tout oublié des mots de tête seront mis a disposition.

 

 étape 3

mise au point du chant d intervention , et écouter l œuvre se construire

faites vos projets en silence la réussite se chargera du bruit

 

 exposition le No man's land LACONIQUE mille concepts y fleurissentAprès discussion aux jardins une idée nouvelle a germé ( DES MOTS EN RIDEAUX une proposition dans le vent)
Image associéeRésultat de recherche d'images pour "loungta"
exposition le No man's land LACONIQUE mille concepts y fleurissentexposition le No man's land LACONIQUE mille concepts y fleurissent

 loungta (« cheval de vent »)

Om maṇi padme hūm (en sanskrit ॐ मणिपद्मे हूँ / oṃ maṇipadme hūṃ, parfois suivi d'une septième syllabe, हृः / hṛḥ), ayant pour diminutif मणि / maṇi, est un des plus célèbres mantra du bouddhisme, issu de sa branche mahāyāna ,. C'est le mantra des six syllabes du bodhisattva de la compassion

Roosevelt (Eleanor) - Les seules limites de nos réalisations de demain, ce sont nos doutes et nos hésitations d'aujourd'hui.

 

                                                                                                                                                                                                     imaginer par eric


 

 projet art conceptuel appliqué du 00.12.2017

Tags :  

 munissez vous d un miroir pour jouer avec nous

Histoire de l'art, périodes artistiques,chronologie de l'art ,styles et mouvements

projet art conceptuel applique a la pédagogie active du vers lent vers du décors, rythmés d'après la quantité des syllabes discuter

 étape 1

 études préalables d' une idée forte et commune

  choisir un thème

étape 2

 jeux pour  gagner en capacité d’improvisation, en spontanéité, en confiance et en aisance. Ils permettent au eleves de l atelier de entraîner a vivre avec les autres ,il faut donc aussi préparer les élèves à gérer l'imprévu et ainsi leur enseigner des stratégies pour améliorer leur interventions  oral.(gestion de l imprévu analyse de l action et construction de compétences)

Au quotidien, bien maîtriser l'expression orale est un levier d'efficacité et de bien-être . Le   individualisé de ce programme permet d'identifier forces et faiblesses 

 Mobiliser la personne ou son public se presenté savoir se vendre .  Mobiliser une personne signifie obtenir un engagement actif de cette personne dans le projet ou les activités proposés a la personne à qui l'on s'adresse, faire passer une émotions , la  sensibiliser a la démarche artistique qui va l engage volontairement et pleinement dans une démarche d'œuvre collective, qui à terme va permettre d'atteindre l objectifs de deposé une affiche dans une vitrine

projet art conceptuel applique a la pédagogie active du vers lent vers du décors rythmés d'après la quantité des syllabes

etude de diffusion  d une information  a imprimer soi-même et a coller par action engagée dans une oeuvre collective

 étape 3

etude de la typographique des linéales . Elle s’est développée après la Première Guerre mondiale dans un contexte de banalisation des imprimés publicitaires (affiches), et de recherche du Bauhaus au début des années 1920

 étape 4

sclupture  xylographique est un art qui consiste à graver une image sur du bois pour imprimerie

étape 5

Le dessin technique répond à deux besoins essentiels du processus de conception technique : formaliser les idées pour valider des concepts, et communiquer. La représentation par le dessin ne doit donc pas se limiter à une simple description de formes

 étape 6

 L'art conceptuel est un mouvement de l'art contemporain apparu dans les années 1960 mais dont les origines remontent aux ready-made de Marcel Duchamp au début du XX siècle. L'art est défini non par les propriétés esthétiques des objets ou des œuvres, mais seulement par le concept ou l'idée 

  7 étape  c'est vous

 Tags : 

  munissez vous du miroir pour jouer avec nous

Histoire de l'art, périodes artistiques,chronologie de l'art ,styles et mouvements

                                                                                                                                                                                         

                                                                                                                                                                      imaginer par eric Arbouin et son environnement

__________________________________________________________________________________________________________________________

LE GRAPHISME MÈNE A TOUT ,LE FIL CONDUCTEUR DU CAP

de l histoire de l art ,de la géométrie ,de l intelligence, du bois , des gouges ,un projet graphique collectif ,une échéance vous voir a la fête du patrimoine , Journées européennes du patrimoine, du 16 au 17 septembre 2017.

Tags : 

gravure xylographique imprimerie                                                     imaginer par eric Arbouin

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 Les photos liées au tag gravure lithographique

 projet en construction  28032018

Constructivisme,pédagogie active de L'art d'être heureux 

projet numero 2 : art conceptuel appliqué  POUR MARPEN EN Fête

2018… 50ème anniversaire 18250 JOURS ACTIONS

projet gravure lithographie en bas relief métamorphoser en livre.

On distingue généralement trois grandes familles de procédés de gravure : la gravure en relief, la gravure en creux ou taille-douce et la lithographie. Dans le premier cas, on encrera la planche, comme en typographie et à l'impression, les creux donneront des blancs.

Collectif de création, une fabrique artistique : accessible à tous, multiplicité et partage atelier de gravure sur pierre ouvert à tous , fil rouge des 50 ans pour 50 plaisirs personel à partager et à imprimé le tout reuni dans une pochette

DSC_1294

 

 

nous invitons l’ensemble du chantier ecole à participer à l’aventure en créant une affiche représentant leurs ateliers, qui aura pour thème 18250 JOURS ACTION  imaginaire

la conception de des affiches servira de pilote à l’événement qui aura lieu au mois mai  2018. 

C’est le moment de vous lancer dans cette aventure 

 UN No man's land  LACONIQUE

Discours  sur une idée laconique

 

Note : Laconique se dit le plus souvent du langage parlé ; concis se dit du langage écrit : une réponse laconique, un compliment laconique ; mais un ouvrage concis ; le style concis. Quand laconique se dit du style, il implique une recherche dDSC_1274brièveté que concis n'implique pas.

DSC_1269

 

 En raison de son caractère 

DSC_1277unique, la 

DSC_1247technique de l'estampage  un procédé de reproduction des textes gravés sur la pierre , elles en permettent la copie exacte et la diffusion à l'infini.un moyen d'expression politique depuis toujours qui a continué à exister jusqu'au XXe siècle.

 

 

technique de l'estampage

 

 

 

 MARPEN: 50 ANS D’HISTOIRES 

Les photos liées au tag gravure lithographique

                                                                                                                   imaginer par eric Arbouin et son environnement

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________Projet art conceptuel appliqué du 00.12.2016

ON PEUT APPRENDRE DE SES ECHECS

 

 

Afficher l'image d'origine

hartwig

Josef Hartwig, maître artisan de l’atelier de sculpture à l’école du Bauhaus de Weimar, créé vers 1923, ce jeu d’échecs dont les pièces en bois sont totalement abstraites, du jamais-vu jusque-là. Si pendant des siècles, le jeu était l’imitation de l’affrontement de deux armées, il est devenu peu à peu de plus en plus abstrait, purement intellectuel. Il n’est plus nécessaire, expliquait Hartwig, de représenter les pièces de manière réaliste. Elles doivent être abstraites et maniables, conformes au sens du jeu. Les formes géométriques symbolisent leurs mouvements sur l’échiquier : les pièces se déplaçant en ligne droite sont représentées par des cubes de tailles différentes ; le cavalier avançant de quatre cases est constitué de quatre cubes imbriqués à angle droit ; le fou, sur les diagonales, est représenté par une croix oblique  ; un autre cube surmonté d’un autre plus petit en biais figure le roi, qui lui avance en angle droit et en diagonale. La reine, la pièce la plus mobile, est matérialisée par un cube couronné d’une sphère. « Le pion et la tour se déplacent à angle droit vers le bord de l’échiquier, écrivait-il, mouvement exprimé par le cube ; le cavalier se déplace perpendiculairement, en crochet sur quatre carrés : quatre cubes combinés à angles droits (…) la reine, la figure la plus mobile, est constituée par un cylindre et une boule, elle est en fort contraste avec le roi, la tour et le pion, dont les formes sont cubiques, pour symboliser le lourd et le massif ».

 

 

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du BauhausLe jeu se propage jusqu’en Perse aux alentours de l’an 600 où il devient le chatrang. Lorsque les Arabes envahissent la Perse, ils l’adoptent sous le nom de shatranj. Les échecs connaissent alors un développement remarquable. C’est au cours des IXe et Xe siècles qu’apparaissent les premiers champions et les premiers traités. Les pièces sont stylisées en raison de l’interdiction de représenter des êtres animés. On retrouve alors : le roi (Shâh, c'est lui qui donne son nom au jeu) se déplace d’un pas dans toutes les directions ; - le conseiller (Firzan ou Vizir) dont le mouvement est limité à une seule case en diagonale ; - l’éléphant (Al-fil) avec un déplacement correspondant à un saut de deux cases en diagonale ; - le cheval (Faras), identique au cavalier moderne ; - le (Roukh), semblable à la tour actuelle. - le soldat (Baidaq), l’équivalent du pion, mais dépourvu du double pas initial. (Le Roukh était parfois représenté comme un char de guerre. Les Arabes y voyaient un général commandant l’armée. Mais son sens littéral reste obscur. Il semble que pour les Arabes, ce mot n’avait pas d’autre sens que celui de désigner cette pièce au Shatranj, un peu comme le mot rook pour les anglophones aujourd’hui). Une théorie séduisante donne l’origine du mode de déplacement des pièces par les différents trajets élémentaires possibles depuis le centre d’un espace de cinq cases sur cinq cases. Elle donne une bonne explication au déplacement curieux du cavalier (F = Faras), le seul à être resté « sauteur » et à courte portée. Elle laisse au roi (S = Shâh) un déplacement plus limité (quatre cases) mais qui correspond au déplacement de son homologue chinois (le « général »). Elle donne aussi à penser que le char (R = Roukh) devait être primitivement une pièce « courte » comme les autres et se déplaçait par saut de deux cases selon colonne ou rangée.

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du BauhausLe mythe du brahmane Sissa La légende la plus célèbre sur l'origine du jeu d'échecs raconte l'histoire du roi Belkib (Indes, 3 000 ans avant notre ère) qui cherchait à tout prix à tromper son ennui. Il promit donc une récompense exceptionnelle à qui lui proposerait une distraction qui le satisferait. Lorsque le sage Sissa, fils du Brahmine Dahir, lui présenta le jeu d'échecs, le souverain, enthousiaste, demanda à Sissa ce que celui-ci souhaitait en échange de ce cadeau extraordinaire. Humblement, Sissa demanda au prince de déposer un grain de blé sur la première case, deux sur la deuxième, quatre sur la troisième, et ainsi de suite pour remplir l'échiquier en doublant la quantité de grain à chaque case. Le prince accorda immédiatement cette récompense en apparence modeste, mais son conseiller lui expliqua qu'il venait de signer la mort du royaume car les récoltes de l'année ne suffiraient à s'acquitter du prix du jeu. En effet, sur la dernière case de l'échiquier, il faudrait déposer 263 graines, soit plus de neuf milliards de milliards de grains (9 223 372 036 854 775 808 grains précisément), et y ajouter le total des grains déposés sur les cases précédentes, ce qui fait un total de 18 446 744 073 709 551 615 grains (la formule de calcul est alors 264-1) ! Des variantes de cette légende existent, l'une suggérant que le roi accepta à condition que le sage compte les graines lui-même, une autre affirmant que Sissa eut la tête tranchée pour une telle effronterie. Certaines versions disent que Sissa ne demanda rien en échange mais que le roi insistant, Sissa aurait alors décidé de se moquer du roi en lui demandant une récompense qu'il ne pourrait donner.

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

 

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

 

 

étude de fabrication du jeux d'échecs , école du Bauhaus

 

 

 

 imaginer par eric Arbouin et son environnement


 

Lev VygotskiPsychologie de l’art

 Vygotski travaille à donner des fondements conceptuels à une nouvelle science de l’art : une psychologie sociale de l’art non subjectiviste. Pour lui il n’y a de psychologie subjective (introspective) qui puisse traiter de l’art. Il distingue par ailleurs la psychologie sociale de la psychologie collective (qui analyse des phénomènes de groupes ou des institutions comme l’Église, l’Armée, etc.). La psychologie de l’art a, selon lui, un rapport avec l’esthétique, les deux domaines n’ayant pas de frontières franches. C’est du côté de la psychologie objective qu’il faut chercher les bases théoriques et méthodologiques de l’analyse du matériau artistique : « utiliser le langage de la psychologie objective pour parler des faits objectifs de l’art » 

En ce sens, l’art est considéré comme « une technique sociale du sentiment » dont l’analyse vise l’objectivation des « signes esthétiques » mis en œuvre par l’artiste pour susciter les émotions (catharsis).

Aussi s’agit-il de comprendre en quoi la démarche artistique est « une sphère tout à fait particulière du psychisme de l’homme social : la sphère du sentiment. Est stérile, dit-il, toute tentative d’analyse du « vécu » de l’artiste ou du spectateur, car ce vécu est dissimulé dans la sphère de l’inconscient. La base de la psychologie objective de l’art est donc l’œuvre en elle-même, qui « ne reflétera aucun processus psychique individuel » .

l’art à une action éducative susceptible de modifier durablement le comportement. à faire l’analyse du matériau propre à l’œuvre d’art, de sa structure, de sa finalité d’une part, et de son action psychologique d’autre part. L’action psychologique de l’œuvre n’est pas immédiate, et les modes de réception et d’interprétation de l’œuvre ne lui incombent pas entièrement. L’œuvre impressionne l’économie psychique d’une certaine manière, mais ne prédétermine pas les interprétations des œuvres, ni les théories qui s’y rapportent. L’art est donc un « langage », une « technique des sentiments » qui prend forme dans l’acte de création. L’œuvre est en ce sens une matrice organisationnelle de notre comportement futur, de nos sentiments et de nos catégories de perception ; elle oriente en quelque sorte les dispositions de la perception. 

 la thèse de Vygotski est un rappel de sa conception de l’individu et de la vie sociale, qui le conduit à démontrer que toute science de l’esthétique, ou psychologie de l’art, finalement, est sociologique :

« L’art est social en nous, et, si son action s’exerce en un individu isolé, cela ne signifie pas du tout que ses racines et son essence soient individuelles. C’est une grande naïveté de ne comprendre le social que comme collectif, comme impliquant une multitude de personnes. Le social est aussi là où il n’y a qu’un individu avec ses vécus personnels. la théorie de la contagion : le sentiment qui prend naissance chez un seul individu gagne tous les autres, devient social, c’est justement l’inverse. La refonte des sentiments au-dehors de nous s’effectue grâce au sentiment social qui est objectivé, projeté hors de nous, matérialisé et fixé dans les objets extérieurs de l’art, qui sont devenus les outils de la société ».

oui mais , il y a toujours un oui mais a garder a l 'esprit.

Réussir, c'est s'inventer soi même et renouveler le monde. 

Apprendre, c'est démonter les idées préconçues

Apprendre, c'est démonter les idées préconçues, remettre en question des savoirs anciens, c'est s'engager dans l'aventure des savoirs, se jeter dans l'inconnu.

C'EST LA MARQUE D'UN ESPRIT CULTIVÉ QU'ÊTRE CAPABLE DE NOURRIR UNE PENSÉE SANS LA CAUTIONNER POUR AUTANT.                        

Aristote

______________________________________________________________________________________________projet art conceptuel appliqué du 00.12.2015

Essais design sur des théories et des pratiques de la pierre liquide, MAÇON décorateur en projets esthétisant

design eric

exercice utile pour  jeunes  maçon       THEME TETE DE MUR FLEURIE

THEME ABORDER DE façon dynamique Dé,COGNITIVE SERIEUSE

le dessin

MAÇON décorateur restaurateur esthétisant,FORMATION AUX MÉTIERS DU PATRIMOINEMAÇON décorateur restaurateur esthétisant,FORMATION AUX MÉTIERS DU PATRIMOINE

les plantes

les murs

les betons

une reflection sur la créativité

Concevoir/mettre au point un produit/procédé , solution:

ébauche d'une idée,pratiques de la pierre liquide

coffrage et moulage

premier essai en béton biodégradable,pratiques de la pierre liquide

 

 

 

premier essai en beton biodegradable

 

 

  

 

 Esthétiser la complexité. L'Esthétisation de la complexité est un principe permanent

                                                                                                         imaginer par eric Arbouin et son environnement


projet art conceptuel appliqué du 00.12.2014


 

 exercice  thème  ? MUR  fruité & fleuri

 

Le fruit est un terme employé en architecture pour désigner une diminution de l'épaisseur qu'on donne à un mur au fur et à mesure qu'on s'élèveMAÇON décorateur restaurateur esthétisant,FORMATION AUX MÉTIERS DU PATRIMOINEMAÇON décorateur restaurateur esthétisant,FORMATION AUX MÉTIERS DU PATRIMOINEMAÇON décorateur restaurateur esthétisant,FORMATION AUX MÉTIERS DU PATRIMOINE


 

 

 

 




projet en construction chaque jours

projet  art appliqué a la pédagogie active de L'art d'être heureux 
Enseigner comment ? c'est la question , depuis quand en étais-je a me le demander ? depuis temps et temps d' années , Dans quelle état-gères avais je rangé le Plus-que-parfait , le pourquoi ,le comment  et le reste de mon ignorance.  ::::::                                                                                           
et Le monument aux oiseaux de Max Ernst

François Béranger Le monument aux oiseaux - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=0Vt6pkTjLlc
                                                                                                                               imaginer par eric Arbouin et son environnement
_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
Enseigner?,  une pédagogie active de L'art d'être heureux
07 octobre 2018

Prestations intellectuelles DE MARPEN Enseigner imaginer et pouvoir influencer l'avenir du futur

 

MARPEN FORMATION,ÉBÉNISTERIE,MAÇONNERIE,Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

 

prestations intellectuelles DE MARPEN Enseigner imaginer et pouvoir influancer l'avenir du futur

Réussir, c'est s'inventer soi même et renouveler le monde. Apprendre, c'est démonter les idées préconçues, remettre en question des savoirs anciens, c'est s'engager dans l'aventure des savoirs, se jeter dans l'inconnu. 

Qu’entend-on par “prestations intellectuelles” ?  Une prestation de service peut s’entendre comme étant une “prestation intellectuelle” à partir du moment où la part de réflexion est supérieure à la part de service. Elle est immatérielle et fait appel à l’imagination et à la créativité.

 La prestation intellectuelle consiste à préparer et animer des séances de créativité jusqu'à l'élaboration d'un prototype, puis à assurer la transition avec le développeur de son avenir propre le conduisant au CAP

Contractuellement parlant, c’est un cas de figure où le prestataire ne va pas vendre une marchandise, mais va mettre à disposition de son client son savoir-faire dans un domaine précis. De cette prestation peuvent résulter des livrables.… 

 Les fonctions “consommatrices” de prestations intellectuelles

 Dans une organisation, les fonctions prescriptrices engagent des dépenses en prestations intellectuelles. Il s’agit d’une famille d’achat que l’on retrouve dans de très nombreux départements aussi variés que : le la formation, le recrutement, le coaching, l’ingénierie, les prestations informatiques, la certification, la veille, etc.

Enseigner?,  une pédagogie active de L'art d'être heureux
 
 étape 1
Proposer sans imposer.
Accompagner avec sens et pertinence l’élève dans sa démarche. Réussir par l’erreur : guider l’élève à travers ses erreurs, l’erreur positive. Technique et créativité : une relation ambiguë.
Artiste ou pédagogue ?
Apprendre à dissocier pratique personnelle et enseignement. Savoir poser les limites. Enrichir son enseignement grâce à sa démarche d’artiste sans contraindre l’élève.
 
étape 2
éducation du regard et 
Expérimentations : pour apprendre à voir , il est nécessaire d' apprendre à regarder  . Emotions : RESSENTIR la Forme et Fond de l'histoire raconté , Couleur,Contraste, Matière Texture. Etudier les différentes actions de transformation d’un dessin, d’un objet, d’une matière.
Acquérir les différentes opérations les plus courantes 
 
étape 3
Créer bibliothèque de  référence dans la tête de mon apprenti ; Histoire de l'art, périodes artistiques,chronologie de l'art ,styles et mouvements,arts appliqués  Apprendre à solliciter chaque public spécifique et accrocher son intérêt Savoir reconnaître les attentes de chacun et y répondre avec sensibilité.
Utiliser la technique comme un moyen, non comme un objectif.

 L'HISTOIRE crée l'art ,l'art crée la technique,la technique invente la capacités à transmettre ,  transmission Constructiviste 

 
étape 4
Elaborer un projet pédagogique en   Conception du projet : objectifs, moyens, mise en œuvre, liens avec le projet associatif
==========================================================================================   ce qu'il se dit dans ce nouveau monde

Facturer le temps nécessaire à une prestation intellectuelle est une ­opération délicate. Le tarif idéal est un point d’équilibre qui satisfait le client et le consultant.Déterminez votre prix de satisfaction, La confrontation du prix de satisfaction avec celui du client va faire bouger les lignes. Quelles sont ses capacités financières ? Quelles seront les économies générées par l’opération ? Quelles sont les règles communément admises pour fixer les prix dans ce domaine spécifique ? Quel est l’écosystème de l’intervention ? 

__________________

imaginer par eric Arbouin et son environnement___________________________

 

Club Marpen
Du concept plastique à la réalisation de l’oeuvre : la problématique du sens, savoir présenter clairement une idée sans imposer son point de vue à l’élève. Savoir mener une évaluation.



 Cher Monsieur

Je transmets votre courriel à mon ami Jean Raffaldi, que votre grand-père a initié à la biospéléologie.
Voici déjà une photo, datant des années soixante, où on les voit tous les deux.
Votre grand-père descendait dans les grottes dans la tenue qu'il porte, avec chapeau, veston et cravate !
A suivre donc, bien cordialement, JML

09 décembre 2018

Le service civique marpen apprendre à regarder le monde et à le voir , changer le monde influencer l'avenir du futur

 PARCOURS JEUNES

DSC_0559

Le service civique

Plus d'infos ici

Le Service Civique est un engagement volontaire au service de l'intérêt général, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans conditions de diplôme ; seuls comptent les savoir-être et la motivation. Il permet de s’engager, pour une période de 6 à 12 mois, dans une mission en faveur de la collectivité. Le Service Civique c’est la possibilité de vivre de nouvelles expériences et vous ouvrir à d’autres horizons en effectuant une mission au service de la collectivité.

L’Aide Sociale à l’Enfance

Le club Marpen est une structure atypique d’accueil éducatif et de formation professionnelle qualifiante qui allie le volet social, culturel et formatif basée sur la valorisation du patrimoine.
Des parcours personnalisés, adaptés à chacun et construits en partenariat.
Une mixité des publics favorisant la socialisation, l’ouverture.

Plus d'infos ici la conscience de l'individu n'est-elle que le reflet de la société à laquelle il appartient

pont romain , mosquee cordoux,

mosquée ,detroit de gibraltar ,jerusalem

 

_DSC0613

_DSC0611

_DSC0579

_DSC0615

haiffa vue de la mer

grande salle des colonnes

interieur de la grande mosquee sainte sophie constantinople

_DSC0557

_DSC0559

L'ombre d'un homme plane sur Karnak, vaste sanctuaire de l'Égypte pharaonique. Celle de Georges Legrain, archéologue. Derrière les colonnes de pierre griffées de hiéroglyphes, derrière les statues de divinités, à chaque détour de cet ensemble de temples vieux de quatre millénaires, on ressent encore la présence de celui qui a ressuscité ces trésors de Haute-Égypte entre 1895 et 1917.

_DSC0560

_DSC0562

_DSC0563

minaret

exode d habitants

jerusalem maison du mauvais riche

Félix Bonfils - Wikipédia

_DSC0456

service civique marpen apprendre à regarder le monde

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0464

_DSC0469

 porte doree jérusalem

dome du saint sépulcre

maison algerie

_DSC0476

_DSC0475

_DSC0474

_DSC0473

_DSC0472

femme de bethléem

panorama de bethléem

pecheur algerien

sarragoce muraille iberienne

le cenacle

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0680

service civique marpen apprendre à regarder le monde

Barcelone, Saragosse, Tolède, l'Escurial. Tarragone : Muraille ibérienne.

_DSC0674

 photos de voyage en terre sainte 1870 1900

service civique marpen apprendre à regarder le mondealger

grande salle du campo santo férraré , mer morte ,fontaine ,fabriquant de chapelets

service civique marpen apprendre à regarder le monde

 

service civique marpen apprendre à regarder le monde

 

_DSC0638

_DSC0626

_DSC0636

puits de la samaritaine ,eglise mauresque a alger ,Notre Dame de Santa Cruz

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0487

 

service civique marpen apprendre à regarder le monde

 _DSC0477

femmes arabes ,cloitre de bélèm ,fontaine de marie Nazareth ,Lidda  israel 

_DSC0495

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0492

_DSC0490

_DSC0489

Naini vue panoramique ,pont de Tolède ,mosquée de cordoue

_DSC0505

_DSC0504

_DSC0502

_DSC0503

_DSC0496

_DSC0515

_DSC0514

_DSC0509

_DSC0508

service civique marpen apprendre à regarder le monde

jardin de jaffa

portes du saint sepulcre

chapelle de saint helene saint sepulcre

mosquee d 'omar jerusalem

 el fonleh 

fontaine de la vierge

mosquée

jericho

sicile et calabre messiue

_DSC0522

_DSC0520

_DSC0519

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0516

algerie,femme de bethléem ,jardin des oliviers de géthsemani,orphelinat en afrique

 

service civique marpen apprendre à regarder le monde

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0526

service civique marpen apprendre à regarder le monde_DSC0565

vue de béthanie ,lieu de la trahison de judas ,le caire ,l eglise et la femme gourbi arabe ,habitation arabe egypte

service civique marpen apprendre à regarder le monde

service civique marpen apprendre à regarder le monde

 

service civique marpen apprendre à regarder le monde

_DSC0565

le bosphore le palais des sultans constantinople

_DSC0556

_DSC0629

_DSC0645

_DSC0643

_DSC0641

barque et bateliers de jaffa ,tremblement de terre a messine panorama du port ,barcelone

service civique marpen apprendre à regarder le monde

Résultat de recherche d'images pour "tremblement de terre a messine" 1908: le tremblement de terre de Messine

cimetière des armeniens constantinople 1870

Columbus Monument, BarceloneL'idée d'un monument à Columbus est venue en 1856 d'Antoni Fages i Ferrer, qui avait proposé que celui-ci soit entièrement construit par des Catalans, mais son projet n'a abouti à rien pendant seize ans. Finalement, en 1872, il obtint le soutien du maire de la ville, Francesc Rius i Taulet, et en 1881, la ville adopta une résolution pour la construction du monument. Un concours a été organisé exclusivement pour que les artistes espagnols soumettent leurs créations. Le gagnant est Gaietà Buigas i Monravà, un Catalan. La plupart des fonds ont été collectés par le secteur privé; seulement 12% de celui-ci était financé par des fonds publics. Tous les fonds provenaient de sources espagnoles et l'ensemble de la construction (main d'œuvre et matériaux) a été réalisé par des Catalans. La construction a commencé en 1882 et s'est achevée en 1888

 service civique marpen apprendre à regarder le monde

 port de triana seville ,cimetière des armeniens constantinople photographes du 19e siècle

 L’invention de la photographie date de 1839. Les premières photos sont des daguerréotypes, utilisés comme documents de base pour des gravures d’ouvrages. Le premier ouvrage ayant utilisé ce procédé est celui d’Horace Vernet et Frédéric Goupil-Fesquet, Excursions daguériennes, paru en 1841. 120 daguerréotypes sont reproduits en gravures, soit un dizième des collections rapportées d’Orient.

 

Catalogue d'anciennes photos d'EUROPE 1880 Italie

_DSC0238[1]

_DSC0239[1]

_DSC0240[1]

_DSC0241[1]

_DSC0205[1]

cloitre de la chartreuse

campo santo bologne

rome

_DSC0232[2]

_DSC0233[2]

_DSC0234[2]

_DSC0235[2]

_DSC0236[2]

pise ,milan ,loreto

Le second ouvrage est celui de Joseph Philibert Girault de Prangey, Monuments arabes d’Egypte, de Syrie et d’Asie Mineure, paru en 1846. Les daguerréotypes ont été pris en 1841. Vient ensuite l’ouvrage religieux de George Skene Keith, Evidence of the Truth of the Christian Religion, illustré de photos de son fils, prises en 1844. Puis celui de Claudius Galen Wheelhouse, Photographic Sketches from the Shores of the Mediterranean, avec des talbotypes de 1849 et 1850.

 

Suite à l’invention par Fox Talbot du talbotype/calotype, qui rend possible l’impression de plusieurs copies à partir d’un seul négatif, Louis-Désiré Blanquart-Evrard, un Français de Lille, étudie le procédé et crée une imprimerie en septembre 1851. Entre 1851 et 1855, il publie 20 albums de photographies. C’est lui qui imprime les albums de Maxime du Camp et d’Auguste Salzmann, les deux pionniers de la photographie en Terre Sainte.

 

En 1849, Maxime du Camp (1822-1894) est délégué par le ministère de l’Instruction publique pour photographier les monuments et les sites du Moyen-Orient. Il est accompagné de son ami Gustave Flaubert. Ils arrivent le 8 août 1850 et restent deux semaines. Ils reviennent avec 214 calotypes. 125 d’entre eux sont imprimés par Blanquart-Evrard et publiés en 1852 par Gide & J. Baudry sous le titre: Egypte, Nubie, Palestine et Syrie: dessins photographiques recueillis durant les années 1849, 1850 et 1851... Ce volume, très coûteux, est le premier livre de voyages à contenir des reproductions photographiques, et en particulier 11 photos de Jérusalem prises en 1850.

 

A la même époque, selon les souvenirs de Mrs Finn, une de ses connaissances, Georges W. Bridges aurait photographié Jérusalem, très exactement pendant l’hiver 1849-1850 . Ses photos seraient donc antérieures à celles de Maxime du Camp. Elles seraient les premières jamais réalisées en Terre Sainte, contrairement à l’idée bien ancrée donnant la paternité des premières photos à Maxime du Camp. L’album de George W. Bridges ne paraît qu’en 1859.

 

Quelques années après, l’archéologue français Louis Félicien de Saulcy, revenant d’un voyage à Jérusalem en 1854, demande l’aide de son ami Auguste Salzmann pour conforter ses thèses archéologiques à l’aide de photographies. Ses thèses diffèrent totalement de celles des autres archéologues français, et ses propres dessins ne sont pas suffisants pour étayer ses démonstrations.

 

Auguste Salzmann (1824-1872) est à la fois artiste peintre et photographe. Il est envoyé pour un séjour de six mois en Terre Sainte, sous l’égide du ministère de l’Instruction publique. Il revient avec 200 calotypes. 174 sont imprimés par Blanquart-Evrard et édités par Gide & Baudry en 1856 dans la grande édition de: Jérusalem: étude et reproductions photographiques de la Ville Sainte, depuis l’époque judaïque jusquà nos jours… La grande édition comprend 174 photographies de grand format (24 x 34 cm). La petite édition comprend 40 photographies parmi les plus belles et les plus intéressantes de la grande édition et réduites de moitié (22 x 16 cm) 

 

Daté de juin 1854, l’avant-propos d’Auguste Salzmann débute ainsi: “Au mois de septembre 1853, j’avais résolu de retourner dans les îles de l’Archipel, où j’avais déjà passé un été, afin d’y étudier les monuments chrétiens. Vers la même époque parut un ouvrage qui souleva de nombreuses et vives discussions; de nouvelles opinions venaient d’être émises sur les monuments judaïques de Jérusalem. M. de Saulcy venait de publier son voyage en Syrie et à la Mer Morte. Qui était dans le vrai? Devait-on repousser, sans examen, les observations et les théories de l’homme qui venait de passer une année entière à parcourir la Palestine, à l’étudier à fond, et soutenir ceux qui, sans quitter leur fauteuil, se faisaient les défenseurs d’anciennes opinions passées à l’état de traditions? Par sa publication savante, M. de Saulcy renversait bien des idées accréditées jusqu’à ce jour. – Il n’y avait à Jérusalem plus de vestige de l’architecture judaïque. – C’était chose convenue: et lui venait, la Bible et l’histoire à la main, prouver que les monuments qui, jusqu’ici, avaient été considérés comme étant de la décadence grecque ou romaine, étaient bien réellement de l’époque juive. Il fallait, ou bien du courage, ou une conviction bien arrêtée, pour ne pas reculer devant la lutte qui allait s’engager, lutte à laquelle bien des inconnus allaient prendre part. Dans ces circonstances, je modifiai mon itinéraire, croyant rendre un vrai service à la science, en étudiant et surtout en reproduisant par la photographie tous les monuments de Jérusalem, principalement ceux dont l’origine était contestée.”

 

Il décrit ensuite son plan de travail pour le recensement des monuments: les monuments judaïques, les antiquiés judaïques grecques et romaines, les monuments chrétiens et les monuments arabes. Et il termine son avant-propos ainsi: “Après quatre mois d’un travail incessant, je rapporte une collection d’environ cent cinquante clichés… Les opinions que l’on a combattues sans voir, je viens les défendre, moi qui ai bien vu, et mes photographies aidant, il faudra bien que la vérité se fasse jour. Alors se tairont probablement ces savants qui, craignant les fatigues d’un long voyage, aiment mieux trancher les questions à distance que d’ajouter foi aux récits d’autrui. Les photographies ne sont plus des récits, mais bien des faits dotés d’une brutalité concluante...”

 

Cette dernière phrase fait écho à celle du Révérend Albert Augustus Isaacs dans The Dead Sea, 1857: “Nous savons bien combien le crayon peut être traître et décevant; par contre un fac-similé de la scène peut être donné grâce à la photographie.”

 

De nombreux photographes suivent les pas de ces précurseurs.

 

Louis de Clercq (1836-1901) arrive en Terre Sainte en 1859 pour accompagner une mission scientifique. Son ouvrage Voyage en Orient comprend cinq volumes de photos.

 

Un photographe allemand, August Jacob Laurent, publie un album contenant 112 de ses photos, prises entre 1852 et 1860.

 

Francis Frith (1822-1898) est le premier photographe professionnel à couvrir systématiquement la Terre Sainte, à partir de 1856. Il publie plusieurs ouvrages, dont Cairo, Sinai, Jerusalem and the Pyramids of Egypt, avec de nombreuses photos, Egypt, Sinai and Palestine, publié à Londres chez Mackenzie vers 1862, avec 75 photos, et The Bible in Photographs, dont l’édition est limitée à 170 exemplaires.

 

Ermete Pierotti est architecte du pacha turc de Jérusalem entre 1854 et 1862. Son livre, Jerusalem Explored, publié à Londres en 1864, comprend de belles lithographies faites à partir de ses photos. Il est possible que les photos ne soient pas les siennes, mais celles de son collaborateur John Mendel Diness 

 

Dirigé par Charles William Wilson en 1864 et 1865, le très beau travail de la British Royal Engineers Ordnance Survey est considéré comme la première étude scientifique de Jérusalem et de ses sites. Les photos sont l’oeuvre du sergent J. McDonald. Ce sont essentiellement des photos d’architecture, de grande qualité, et elles représentent un tourant dans l’histoire de la photographie en Terre Sainte 

 

Le premier photographe résidant à Jérusalem est le patriarche arménien Yessayi Garabedian, qui exerce son activité pendant une dizaine d’années, entre 1850 et 1860.

 

Puis, considéré comme le grand photographe du 19e siècle, Félix Bonfils, qui publie en 1878 Souvenirs d’Orient: album pittoresque des sites, villes et ruines les plus remarquables de la Terre Sainte, à partir de stéréographes pris entre 1867 et 1878.

 

Certains photographes travaillent ensemble, par exemple, à partir des années 1850, le groupe des photographes arméniens autour du patriarche Yessayi Garabedian, ou les photographes russes Joseph Carmi, Petro Slatev, Ivan Ishenko ou Anton Michail Karamanov, ou les photographes du Palestine Exploration Fund dirigés par H. Phillips à partir de 1865, ou ceux de l’American Colony Elijah Meyers, Frederick Vester, Lewis Larson, John Whiting et Eric Matson, ou encore les moines dominicains de l’Ecole biblique et archéologique française, sous la direction du Père Savignac.

 

Le spécialiste de la civilisation musulmane et de l’archéologie arabe Max van Berchem fait plusieurs séjours à Jérusalem entre 1888 et 1914. Dès son premier court séjour, à la fin mars 1888, il recueille un certain nombre d’inscriptions et les photographie à l’aide de clichés de verre.

 

En 1892, 1893, 1894 et 1914, il revient à Jérusalem, et surtout au Haram, pour prendre tout un ensemble de photographies et d’estampages, et prendre aussi des notes en vue de la rédaction de son futur ouvrage: Matériaux pour un Corpus Inscriptionum Arabicarum  Sur un feuillet placé en en-tête du volume de planches, il présente l’ensemble de son travail: “Les planches de ‘Jérusalem’ ont dû être livrées au public avant les deux volumes de texte, ‘Ville’ et ‘Haram’. Ces volumes, qui paraîtront sous peu (en avril 1920 pour les planches, et en 1922 et 1927 pour le texte, ndlr), renfermeront l’édition complète des 300 inscriptions de Jérusalem, avec d’amples commentaires touchant la topographie, l’histoire et l’archéologie de la Ville Sainte à l’époque musulmane... La plupart des sujets, monuments et inscriptions sont reproduits dans l’état de 1914, date de la dernière campagne de l’auteur.”

 

Max van Berchem ne voit pas la publication des deux volumes de texte. Il repart en Orient avant l’hiver 1920, mais des problèmes de santé l’obligent à revenir en Suisse quelques semaines plus tard. A son grand désespoir, il doit abandonner ses travaux. Il meurt le 7 mars 1921. Sa famille confie la publication des deux volumes de texte à son ami Gaston Wiet qui, dans l’avant-propos du premier volume, présente ce recueil comme le “résultat de deux explorations de la Ville Sainte et de vingt années de recherches patientes à travers les oeuvres arabes et les relations des pèlerins et des voyageurs occidentaux.”

palais du roi en hindoustan

femmes indiennes au marché

Sous-continent indien - Wikipédia

_DSC0670

 

DSC_1074

 

 

 

08 décembre 2018

Accueil Mineurs étrangers non accompagnés , Projet en construction préliminaire à un projet MNA , L'art peut-il changer le monde

Apprendre à voir ,apprendre à regarder pour Apprendre a s’approprier du futur

 L'année de mise à niveau en arts appliqués, dite    ( MANAA )

          Projet en construction du 28.03.2018

Accueil Mineurs étrangers non accompagnés (MNA)

 

Photos liées au tag ' 

 

France terre d'asile, « Mineurs étrangers isolés – l'essentiel sur l'accueil et la prise en charge en France » a obtenu le label du Défenseur des droits pour le 25ème anniversaire de la Convention des droits de l'enfant.

L'ART CONCEPTUEL DE CHANGER LE MONDE OU  L'art d'être heureux

PROPOSITION D'accueil utile et intelligente

 

création d'une maison des peuples dans le cadre de la restauration du prieuré Saint-Martin 

 

La création d'un chantier permanent au sein d' un centre de formation permet la communication entre jeune de tous horizons et offre aux Mineurs étrangers une opportunité unique d’explorer le monde occidental et ses codes ,ils acquièrent peu à peu la maturité nécessaire pour envisager l'avenir.

 

La tête dans les nuages MAIS LE COEUR DANS LES ETOILESEn outre, la pratique des matières professionnelles va permettre aux Mineurs étrangers de tester leurs centres d'intérêt . une opportunité unique d’explorer le monde des métiers.                                                                           Apprendre a s’approprier du futur

 

Le Support:

 Le chantier devient le support pedagogique de la communication , là ou le verbe et les phrases prennent  facilement du sens

 Activités

-Découverte du PATRIMOINE culturel de chaque jeune engagé dans ce projet : l'occasion de découvrir leur force de partage et de les sensibilisées au concept de laïcité .

-Découverte des techniques de constructions avec différents matériaux comme support ( bois, pierre, chaux, argile...).

-Sensibilisations à la restauration et à la conservation d'un PATRIMOINE onirique ou materiel..

-Donner des outils « Tools for Futur » pour un retour hypothétique ou potentiel au pays d'origine ou d ' intègration dans notre société.

que signifie exactement le fait de s’intégrer, ou plus précisément encore ce que signifie le terme même d’intégration , terme fondateurs du modèle français de « vivre ensemble »   la signification exacte est  difficile à donner

-Découverte de l'agriculture climatique et ecologique avec conception d'un potager et d'un jardin aromatique.DSC_2007

-Tout cela  dans le cadre de la restauration d'un prieuré ou on y trouve déjà les Métiers d'Art appliqués en architecture DU PATRIMOINE ,Salles-de-Villefagnan CHARENTE

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                          fin

Maison du Peuple Plus d’un siècle au cœur de la vie sociale et culturelle

À la fin du XIXe siècle, la classe ouvrière occupe une place importante dans le paysage social et économique français. Pour soutenir et défendre les droits des ouvriers, des organisations syndicales se regroupent dans un même lieu : c’est la naissance, en 1887 à Paris, de la première bourse du travail. Bientôt, la majorité des grandes villes aura la sienne. Les bourses du travail regroupent à l’origine des bureaux de placements des ouvriers. Mais l’activité des bourses de travail ne s’arrête pas là. Centres de la vie sociale et syndicale, elles deviennent aussi celui de l’éducation et de la culture. Les patrons n’apprécient pas l’ampleur qu’elles prennent.

À l’origine, les bourses du travail sont soutenues par un élan « paternaliste ». Les autorités leur accordent un appui, en les municipalisant, et gardent ainsi un contrôle sur elles. En 1908, l’édification des Maisons du Peuple dont les syndicats sont propriétaires, leur permettent de s’affranchir du pouvoir municipal.

statistiques du trafic de ce blog par jour

DatePages vuesTotal visiteursNouveaux visiteursVisiteurs déjà connus
         
jeudi 8 novembre 2018 183 88 62 26
mercredi 7 novembre 2018 194 110 84 26
mardi 6 novembre 2018 166 114 89 25
lundi 5 novembre 2018 217 154 117 37
dimanche 4 novembre 2018 236 143 109 34
samedi 3 novembre 2018 257 168 124 44
vendredi 2 novembre 2018 687 445 355 90
Moyenne : 244 154 118 35
Total : 1951 1228 945 283

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

   le journal du monde perdu   

UN TOIT POUR EUX

 

par Club MARPEN


UN TOIT POUR EUX - Club MARPEN, L'art peut-il changer le monde

 

Origine du projet

Le Club Marpen s'investit depuis 50 ans dans la réhabilitation du patrimoine, la formation, l'insertion. Le Club Marpen c'est 365 jours d'activités/an :

Accueil de mineurs en chantiers de jeunes internationaux, Stage Bafa, Chantiers d'insertion professionnelle (maçonnerie, gestion d'hébergement, restauration collective, espaces verts), Lieu de Vie et d'Accueil (12 jeunes) _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Culture : ce qu’il faut retenir du rapport commandé par Macron sur la restitution du patrimoine africain

| Par 
Mis à jour le 21 novembre 2018 à 19h42

 

Révélé par la presse trois jours avant sa publication officielle, le rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain, dirigé par Bénédicte Savoy et Felwine Sarr, détaille très concrètement la méthode, le planning et les œuvres concernées par la restitution. Décryptage.

C’est un texte épais (232 pages), pointu, radical, et qui fait déjà frémir le milieu de l’art français. Censé être rendu public vendredi 23 novembre, le rapport « sur la restitution du patrimoine africain », commandé par Emmanuel Macron à l’historienne d’art Bénédicte Savoy et à l’intellectuel sénégalais Felwine Sarr, a fuité dès mardi dans la presse française. L’hebdomadaire Le Point parle d’un texte « explosif ». Le quotidien Libération fait sa couverture sur « L’heure du retour » des œuvres spoliées, tandis que Le Monde Afrique analyse le « défi historique » de la restitution.

Le rapport a été rendu presque un an jour pour jour après la promesse historique faite par le président français le 28 novembre 2017 à Ouagadougou. Devant des centaines d’étudiants, sous l’œil approbateur de son homologue Roch Marc Christian Kaboré, Macron avait enthousiasmé son auditoire en déclarant : « Je veux que d’ici cinq ans, les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique. » Beaucoup d’experts et de galeristes, à Paris, parlaient alors d’une promesse intenable.


>>> À LIRE – Emmanuel Macron s’engage à restituer le patrimoine africain


Mais en mars 2018, le projet se précise. Lors de la visite de Patrice Talon à l’Elysée, le chef de l’État français en profite pour annoncer la création d’une mission « de réflexion et de consultation » pour la restitution du patrimoine culturel africain à l’Afrique, et que celle-ci rendra un rapport officiel. Si ce dernier ne répond pas à toutes les questions que pose la restitution, il dessine assez précisément les contours d’un retour au pays des œuvres spoliées. Revue de détails.

  • Quels objets sont-ils concernés ?

Dans leurs recommandations, les auteurs du rapport préconisent «la restitution rapide» des objets prélevés en Afrique par la force ou « présumés acquis dans des conditions inéquitables ». Rentrent dans cette définition les objets saisis « lors d’affrontements militaires », ceux acquis « par des personnels militaires ou administratifs actifs sur le continent pendant la période coloniale (1885-1960) ou par leurs descendants ». Idem pour les pièces récupérées « lors de missions scientifiques antérieures à 1960 ». Les objets « oubliés » – c’est-à-dire qui avaient été prêtés par des institutions africaines à certains musées pour des expositions ou des campagnes de restauration mais n’ont jamais été rendus – sont aussi concernés.

  • Quand seront-ils restitués ?

Bénédicte Savoy et Felwine Sarr proposent de restituer en trois étapes le patrimoine culturel africain présent sur le sol français.

La première, qui s’étend de novembre 2018 à novembre 2019, permettra de remettre aux États africains concernés « des inventaires d’œuvres issues de leur territoire (selon les frontières actuelles) et conservées actuellement dans les collections publiques françaises ».

IL FAUT ÉVITER DE DONNER L’IMPRESSION QUE LA FENÊTRE HISTORIQUE QUI S’EST OUVERTE LORS DU DISCOURS DE OUAGADOUGOU RISQUE DE SE REFERMER TRÈS VITE

Une deuxième, du printemps 2019 à novembre 2022, et qui se découpe en quatre volets distincts, « doit conduire à la mise en ligne en libre accès, ou à la restitution bien ordonnée, d’ici cinq ans, du matériel iconographique, cinématographique et sonore concernant les sociétés africaines ».


>>> À LIRE – Restitution du patrimoine africain : des grandes annonces aux actes


Enfin la troisième et dernière étape commencera à partir de novembre 2022. Pour les auteurs, le processus de restitution ne doit pas être limité dans le temps. « Il faut éviter de donner l’impression que la fenêtre historique qui s’est ouverte lors du discours de Ouagadougou risque de se refermer très vite », écrivent-ils.

  • Juridiquement, comment cette restitution sera-t-elle possible ?

Aujourd’hui, ces biens, inaliénables, ne peuvent légalement quitter les collections françaises. Les auteurs proposent donc d’amender le code du patrimoine qui protège les collections des musées français. Ils recommandent d’ajouter un nouvel article, en ces termes, au texte existant : « Un accord bilatéral de coopération culturelle conclu entre l’État français et un État africain peut prévoir la restitution de biens culturels, et notamment d’objets des collections de musées, transférés hors de leur territoire d’origine pendant la période coloniale française ».

  • Combien tout cela va-t-il coûter ?

« Le retour des œuvres nécessite en tout état de cause un budget dédié aux frais de transport et d’assurance », relève le rapport. Les auteurs proposent des pistes de financement tant du côté européen qu’africain. Ils évoquent un montage financier possible avec l’Agence française de développement (AFD) et le fonds européen découlant du partenariat Union européenne/Union africaine.


>>> À LIRE – [Tribune] Les chemins de la restitution des biens culturels africains


Mais aucune information n’est dévoilée sur le budget de ce projet. « Il ne faut pas passer sous silence le coût de gestion des commissions bilatérales d’experts qui devra être pris en compte », notent-ils. À titre d’exemple, « le retour de 96 objets du musée du quai Branly-Jacques Chirac destinés au musée Théodore-Monod d’art africain à Dakar a coûté 42 000 euros pour les frais d’emballage, de convoyage et de fret aérien, hors assurance. Le coût de l’assurance s’élevait à 200 euros », précise le rapport.

  • À qui restituer ces objets ?

C’est l’autre grande crainte des détracteurs. Avant d’envisager tout retour, certains spécialistes des arts africains, comme le galeriste Bernard Dulon, préconisent la création de structures pérennes où conserver les œuvres.

SI LES OBJETS NE SONT PAS CONSERVÉS DANS LES COLLECTIONS PUBLIQUES, À CHARGE POUR L’ÉTAT DEMANDEUR DE LE RENDRE À SON PROPRIÉTAIRE INITIAL

Savoy et Sarr tiennent à les rassurer : « Les procédures de restitution seront engagées dans une relation d’État à État. » Les biens de l’État seraient donc rendus à l’État demandeur. Si les objets ne sont pas conservés dans les collections publiques, à charge pour ce dernier de le rendre à sa communauté ou propriétaire initial.

Le pays d’origine sera seul habilité à présenter une demande de restitution. La requête sera ensuite soumise à l’État français, et à lui seul. « Ce qui n’empêche pas en amont des coopérations directes entre musées et universités », nuance le texte.

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________!!!!

  MNA : une décision de bon sens ?

Cette entrée a été publiée dans ADFASEAutorité parentalecollectivités localesComité des experts de l'ONUConseil departementalconvention internatioanle sur les droits de l'enfantDéfenseur des droitsDroits des enfantsEnfants étrangersgouvernementGouvernenement Philippe IIImmigrationJusticeMEIMENAMineurs etrangersONURéfugiés, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

 19 mars 2018

 MNA 

La mission conjointe des inspections et de l’assemblée des départements de France (ADF) sur la question des Mineurs étrangers non accompagnés (MNA) a rendu son rapport définitif le 18 février 2018.

Comme dans ses notes intermédiaires la mission identifie les termes des responsabilités qui plus que jamais pèsent sur les Départements du fait de l’augmentation conséquente dans la dernière période du nombre de personnes étrangères qui se présentent comme mineures sans pour autant généralement disposer des documents attestant de leur identité, notamment de leur âge. 50 à 55 000 évaluations auraient été pratiquées l’an dernier et environ 16 000 auraient été tenues – avec toute ses difficultés de l‘exercices comme ayant moins de 18 ans présents sur le territoire sans être accompagnés d’un titulaire de l’autorité parentale susceptible – en droit – de les protéger.

Plus que jamais les départements demandaient à l’Etat via l’ADF de bien vouloir assumer ses responsabilités quand il les a très longtemps niées (1). En 2013 (2) l’Etat a bien voulu prendre une part, mais pas sa part, au coût de cet accueil-évaluation sachant que si la personne est tenue pour mineurs ce sera sur une longue durée – 2 ou 3 ans souvent -. parfois, quoique cela est de moins en moins fréquent, au-delà de la majorité. Dans sa grande générosité l’Etat rembourse 5 jours d’accueil-observation par jeune à 250 euros jours. Pour le reste il apporte une prestation en nature via la police et la justice. Tout cela est insignifiant au regard de ce qu’assument les Départements.
En d’autres termes la question financière est délicate dans un contexte de finances publiques – nationales comme locales – tendues. Tout simplement il s’agit d’un problème politique très sensible au plan hexagonal comme international : l’accueil des migrants relève de la solidarité nationale sachant que les mineurs ne repartiront pas ont vocation à devenir de enfants de France

La mission avance deux scénarii avec le souci – légitime – de ne pas séparer l’évaluation et d’accueil.

Le premier consiste à maintenir la situation actuelle mais l’Etat, sans en assurer les frais réels – pour ne pas entrer dans une spéciale inflationniste (sic), augmenterait d’une manière substantielle sa participation. Pour cet accueil et cette évaluation il pourrait aller jusqu’à rembourser aux départements de 80 à 100 millions d’euros l’an.
Ce scénario ne plait pas à l’ADF qui souhaiterait que purement et simplement – scénario 2 – prenne les rennes du dispositif en recentrant la compétence MNA. Il devrait alors se doter de structures d’accueil à travers le secteur associatif – une bonne trentaine si on estime l’accueil à environ 2000 situations nouvelles l‘an ; il lui faudrait aussi mettre en place des plates-formes régionales interdisciplinaires pour évaluer les situations avant de décider ou non de saisir via le préfet l’autorité judiciaire. Le coût serait légèrement plus élevé pour l’Etat – autour de 120 millions –, mais ce surcout représenterait une goutte d’eau au regard des enjeux économiques et politiques
Outre de nombreux points communs à améliorer, les deux scenarii présentent avantages et inconvénients.
0n a craint avec une recentralisation par l‘Etat que les enfants étrangers non accompagnés retombent- sous l‘autorité des préfets dans un dispositif d’’abord soucieux de gérer les flux migratoires. Quand on sait ce qu’il en est déjà aujourd’hui du sort réservé par l’Etat aux migrants on pouvait craindre pour les mineurs présents dans le lot. Ces MNA seraient plus que jamais étrangers qu’enfants ! La tendance actuelle en serait renforcée.
N’allait-on pas vers un dispositif de protection de l’enfance à deux vitesses au risque de l’anticonstitutionnalité et de la condamnation par le Comité des Droits de l’enfant de l’ONU avec d’un côté les enfants bien de chez nous et de l’autre ceux venus d’ailleurs ?
Les départements craignent que le scénario premier tourne à une victoire à la Pyrrhus qui les grugent pour finir. Outre que l’Etat n’assume pas le cout réel quand il leur est demandé de contraindre leurs dépenses, ils craignent que la situation ne se fige une fois pour toute et que demain leurs charges explosent sans que l‘Etat suive. Ils craignent encore que le dispositif de protection de l’enfance soit phagocyté plus que jamais par les jeunes étrangers, mineurs ou prétendus, au point de rendre difficile le fonctionnement au quotidien du dispositif de protection de l’enfance avec tous les critiques qu’il en résulte de ne pas être suffisamment vigilants pour les enfants en danger ou maltraités. Quand un nouveau drame éclatera dont un enfant sera victime qui se souviendra que les Départements ont dû mobiliser les forces sur d’autres situations ?

Tout portait ces derniers mois au deuxième scénario dont les rapporteurs avaient envisagé dans le détail toutes les hypothèses dans des développements très complets. Les réactions hostiles ne manquaient pas, Défenseur des droits bille en tête.
Il semble que l’arbitrage ait finalement basculé vers le premier. Au risque d’un conflit avec les Départements, on reste dans le dispositif actuel – on ne suit pas l’ADF dans sa revendication -, mais on accroit en toute hypothèse les moyens de l’Etat à une somme qui sera certes jugée insuffisante et aléatoire pour l’avenir quoique somme toute conséquente par rapport aux engagements actuels . On rassure, concernant les plus jeunes, ceux qui s’indignent, y compris dans l’actuelle majorité, de la politique menée concernant les migrants. Bref. Un compromis ! (3)
Reste entière la question de la constitution d’un fichier national des personnes évaluée dont nombre – Défenseur des droits en tête – contestent l’efficience et la conformité à notre droit. Les rapporteurs relèvent à l’envi les difficultés, mais par pragmatisme penchent pour un fichier qui devra être placé avancent-ils sous l’autorité du délégué interministériel. Reste entière la question des plates-forme d’évaluation pluridisciplinaires et la nécessité d’une politique coordonnée justement à travers un délégué interministériel. La mission suggère qu’il s’associe les représentants de l’ADF et on nous permettra d’ajouter, qu’il devrait aussi s’entourer dans une instance ad hoc des représentants du secteur associatif qui assume au quotidien l’essentiel de la tache.

Si la décision bientôt rendue publique était celle-là ce serait donc celle du bon sens. Elle était demandée de longue date par le secteur associatif et les professionnels de l’enfance. On évite somme toute le pire et on reste dans la continuité de ce qui se fait de depuis 1995, l’Etat venant assumer ses responsabilités financières.
En espérant qu’elle ne fera pas l‘impasse sur un des engagements majeurs du scénario 2 à savoir que toute personne qui se présente comme mineure dans le dispositif avec des papiers et la vraisemblance de sa minorité- ou plus exactement en l’absence de preuve de sa majorité – doit être mise à l’abri. Même si parmi ceux- là certains sont en vérité majeurs, on ne peut pas prendre le risque, comme c’est le cas aujourd’hui de laisser des mineurs à la rue.
Et puis comme le souligne le rapport de la Mission on est encore loin de notifier les décisions de refus de prise en charge dans des termes conformes au droit français et européen : un écrit motivé indiquant aux intéressés les recours qui leur sont ouverts pour conteste de la décision qui fait grief.
Tout cela sous couvert de l’annonce officielle d’ici quelques semaines dit-on du scenario retenu …. et de l’accord de l’ADF qui aujourd’hui n’est pas acquis : les Départements estiment que le compte n’y est pas 

Changer le monde par l’art : l’imbrication entre révolution esthétique et révolution politique

Tous migrants ? | Zérodeux | Revue d'art contemporain

Les deux questions qui agitent le monde des médias sont celle du changement climatique et celle des migrants (ou des réfugiés). Autant la première thématique voit converger vers elle une multitude d’initiatives, stimulée par la tenue à Paris de la COP 21 qui s’annonce comme un rendez-vous de tout premier ordre concernant le destin de la planète, autant la seconde ne semble pas générer d’événement artistique de première ampleur. Peut-être que l’absence d’échéance joue justement en sa défaveur alors que « le climat » génère des réunions régulières qui suscitent autant de mouvements paroxystiques ; peut-être aussi que la mise en scène du discours de la (bonne) conscience écologique passe par des esthétiques potentiellement plus sexy que la seconde, semblant devoir se résoudre inévitablement en la forme documentaire. Toujours est-il que le langage occupe une place déterminante dans le traitement que les artistes appliquent aux phénomènes migratoires. Le langage n’est ni innocent, ni exempt de conséquences : il est potentiellement discriminant, créateur de sujétions, il institue des rapports de force. Selon que l’on parle de migrants ou de réfugiés, on établit des catégories radicalement différentes. Pour certains, le terme de migrants est désormais chargé de connotations dépréciatives alors que l’emploi du terme réfugié est beaucoup plus valorisant. C’est pour cela que certains médias comme Al Jazeera ont décidé de ne plus utiliser que le mot réfugié, le terme de migrant ne reflétant pas, selon la chaîne, l’intensité de la détresse et ne rendant pas compte des situations dramatiques que les candidats à l’exil ont à affronter pour fuir des régimes hostiles, quelles que soient les raisons qui poussent ces personnes à émigrer : parler de réfugiés à la place de migrants c’est briser une discrimination inscrite à même la chair de la langue3. De fait, le débat sémantique fait affleurer une multitude de préjugés comme celui d’un désengagement d’envers les situations politiques locales des migrants lorsque les réfugiés seraient plus dignes de bénéficier du soutien des pays d’accueil : le langage se fait ainsi l’agent d’une polarisation pernicieuse. Le langage « dominant », en revanche, ne fait jamais mention de « migration » des pays riches vers les pays pauvres car le problème du passage de la frontière se pose rarement pour un occidental, libre de traverser n’importe quel check point, pour quelque raison qui lui convienne, économique ou touristique : pointer cette réalité c’est aussi mettre en lumière la duplicité du langage et l’orientation qu’il induit.

 

L'art peut-il changer le monde? - Manifesto XXI

 

La forme esthétique d’une oeuvre n’est pas gratuite. Le langage formel de chaque artiste, le sens qu’il donne à son activité peut véhiculer une idéologie particulière. Elle est clairement assumée chez les constructivistes et les productivistes russes. Ils développent dans la Russie postrévolutionnaire un art pratique et utile à la société, un art dans lequel l’artiste serait un ouvrier de l’art au service du peuple, plutôt qu’un individu original et génial. Rodtchenko, par exemple, prône un art fonctionnel, objectif et universel, afin d’améliorer les conditions matérielles de l’homme. Il favorise l’aspect pratique, autrement dit les arts appliqués. Après la révolution politique de 1917 (changer le régime et le gouvernement) doit suivre la révolution esthétique (en adéquation avec la nouvelle société que l’on veut mettre en place). Au nom de leur idéologie marxiste, ces artistes s’instiguent eux-mêmes comme les continuateurs d’un projet révolutionnaire sur le champ esthétique.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pré projet MNA 26 05 2018

 

Opportunité de la mise en place du projet

 

La spécificité de Marpen pour ce type d’accueil

 

  • Le projet s’inscrit immédiatement dans une volonté de mise en valeur de l’interconnaissance et de la transmission

 

POURVOIR AU BESOIN DE LIEU D’ACCUEIL DU MINEUR NON ACCOMPAGNÉ

 

1-Les capacités d’accueil de l’association : locaux infrastructure

 

2-Doter le MNA d’un document interne à l’établissement précisant son identité et son rattachement à l’établissement en lien avec l’ASE (légitimé de ce type de doc)

 

3-Aborder avec le mineur sa représentation de l’établissement/service et de ses prestations, en:

 

• lui expliquant le rôle et la mission de l’établissement/service;

 

• présentant les règles de vie des unités d’accueil, le règlement de fonctionnement;

 

• l’incitant à prendre part à la vie de l’établissement.

 

Se pose la question de l’interprétariat- traduction (documents en différentes langues, video-tutos)

 

Préparer des tableaux sur les règles et les taches sous forme de pictos de panneaux ludiques

 

Proposer une visite d’accueil des sites et des ateliers

 

Immersion dans les activités internes de l’association : ateliers du patrimoine, cuisine, maintenance jardin…

 

Désignation immédiate d’un référent ( prenant en compte les différentes thématiques, récit de vie, santé, administrative, scolarité formation …)

 

Présentation des possibilités externes de réponse aux besoins

 

Identifier les potentiels, les connaissances des jeunes accueillis et étudier la manière de les mettre en mouvement dans le projet

 

Localisation de personnes perçues comme importantes par le mineur (membres de la famille, amis de parcours, etc.).

 



 

GARANTIR LA SANTÉ ET L’ACCÈS AUX SOINS DU MINEUR NON ACCOMPAGNÉ

 

Besoins du public :

 

  • manque de connaissance dans le domaine de l’hygiène,

  • manque de connaissance de l’équilibre alimentaire, en fonction des différentes cultures

  • pathologies parasitaires + IST (voir liste Gaëlle)

  • troubles psychologiques

 

Pour répondre au mieux à ces besoins, des réponses de 3 ordres :

 

  • Personnes ressources (indispensable)

  • Se rapprocher d’un cabinet infirmier ou intégrer une personne profil médical et compléter nos connaissances en fonction des pays d’origine (guerre, endémie….)

 

  • Prévention santé individuelle et collective :

 

  • Travail avec le réseau partenariat santé sur forme d’échange de pratiques, d’information, de formation (ANPAA, AGORA, IREPS, Camille Claudel, MIKADO …)

 

Individuelle

 

  • Un premier entretien diagnostic à l’arrivée du jeune pour connaître ses antécédents de santé, sa situation actuelle pour ensuite envisager des orientations adaptées

  • Un bilan de santé au Centre de dépistage

  • Constitution d’un dossier médical et santé physiologique et psychologique

 



 

Collective : des ateliers santé, soit en intra soit à l’extérieur (hygiène, information sur les IST, parasitose…..

 

  • Accompagnement au soin : se rapprocher de partenaires spécialisés, identifier un espace santé (lieu protégé, contenant avec du matériel médical et aussi espace de parole)

 


Besoins de formation de l’équipe éducative au sens large (éducateurs, formateurs, agent de service …)

 

Repérages des pathologies des jeunes

 

Formation des professionnelles sur les risques santé

 

Acquisition de gestes d’hygiène et mise en place d’un système de veille déclencheur d’actes prévention.

 

Prévoir des kits hygiène dès l’arrivée (serviette toilette, dentifrice, gel douche……)

 

Constituer un fonds de médicaments et produits médicaux (gels désinfectants, pansements, produits anti-poux……)

 



 

Vérifier la prise en compte de la partie administrative (AEM ? CMU ?). Quelle prise en charge de l’ASE ?

 

GARANTIR LA SANTÉ MENTALE DU MINEUR NON ACCOMPAGNÉ

 

La mise en œuvre d’actions thérapeutiques préventives et de soins.

 

L’efficacité de la médiation par le «groupe» dans la démarche de soins auprès des MNA : les interventions cognitivo-comportementales, les sessions autour de la psychoéducation, de la relaxation, l’art-thérapie, le travail, à partir des outils de la thérapie familiale («génogramme», photographies, jeux de rôle, la formation d’un groupe d’adultes, pluridisciplinaire et réuni autour d’un jeune, qui lui permette d’étayer son identité et de faire coexister les cultures.

 

Intégrer les éléments relatifs au vécu pré-migratoire du MNA, à l’expérience de son voyage d’exil et à son vécu post-migratoire dans l’évaluation de sa santé mentale99, dans l’objectif de repérer d’éventuels problèmes de santé mentale pour lesquels une consultation médicale devra être organisée. S’appuyer, autant que possible, sur les compétences d’un traducteur-interprète certifié

 


La question du secret partagé (voir avec ASE) ?

 


 

Compte-rendu séance de travail du 09 avril 2018

 

Thématique : Santé/Hygiène/Alimentation des MNA

 

Extrait des RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES de l’ANESM

 

www.has-sante.fr

 

 

 

GARANTIR LA SANTÉ ET L’ACCÈS AUX SOINS DU MINEUR NON ACCOMPAGNÉ

 

En termes de santé, les mineurs non accompagnés ont des besoins de soins particulièrement importants, tant au plan de leur santé physique qu’au plan de leur santé psychique. Les MNA représentent un groupe particulièrement vulnérable sur les plans psychologique et psychiatrique, du fait, pour une partie d’entre eux, d’événements traumatogènes vécus avant ou pendant leur émigration. À ces difficultés s’ajoutent les principales conséquences du mouvement migratoire: la séparation d’avec leurs proches, les risques encourus lors de cette émigration et l’obligation pour le mineur d’entrer dans un processus acculturatif en changeant de pays. Le cumul de ces facteurs se traduit par la prévalence élevée de troubles anxieux, dépressifs, d’états de stress post-traumatique, psychoses et troubles «borderline». Le risque de développer chez ces enfants et ces adolescents des troubles psychiatriques est supérieur à celui retrouvé chez des mineurs primo-arrivants accompagnés de leurs familles. Les études relatives à la santé des MNA soulignent la nécessité de mettre en place un soutien médical et psychologique auprès de ceux qui en présentent le besoin8. Or, les professionnels de santé comme ceux des établissements/services sociaux et médicosociaux sont peu familiers avec la variabilité des manifestations symptomatiques de ces enfants qui présentent parfois des symptômes atypiques ou codés culturellement. Pour certains professionnels, la collaboration avec un traducteur-interprète, indispensable dans le cadre d’une prise en charge de patients allophones ou maîtrisant partiellement le français, est une pratique nouvelle. Par ailleurs, ces mineurs ont en général une méconnaissance totale du système de santé du pays d’accueil, qui génère parfois chez eux de la méfiance à l’égard du personnel médical et des institutions. Leur culture peut aussi être un frein à la nécessité de prise en charge de soins à leur égard. Ainsi, des actions spécifiques doivent donc être engagées afin de garantir leur bonne santé générale, au moyen de prises en charge médicales et psychologiques adaptées. Une logique de responsabilisation des MNA quant à leur état de santé, s’appuyant sur une démarche de promotion de santé telle que définie dans les axes II, III, IV et V de la charte d’Ottawa87, doit également être développée dès les premiers temps.

 

1 SANTE

 

Besoins du public :

 

  • manque de connaissance dans le domaine de l’hygiène,

  • manque de connaissance de l’équilibre alimentaire, en fonction des différentes cultures

  • pathologies parasitaires + IST (voir liste Gaelle)

  • troubles psychologiques

 

Pour répondre au mieux à ces besoins, des réponses de 3 ordres :

 

  • Personnes ressources (indispensable) Se rapprocher d’un cabinet infirmier ou intégrer une personne profil médical etcompléter nos connaissances en fonction des pays d’origine (guerre, endémie….)

 

 

 

  • Prévention santé individuelle et collective :

 

Individuelle

 

  • Un premier entretien diagnostic à l’arrivée du jeune pour connaître ses antécédents de santé, sa situation actuelle pour ensuite envisager des orientations adaptées

  • Un bilan de santé au Centre de dépistage

 

Collective : des ateliers santé, soit en intra soit à l’extérieur (hygiène, information sur les IST, parasitose…..

 

  • Accompagnement au soin : se rapprocher de partenaires spécialisés, identifier un espace santé (lieu protégé, contenant avec du matériel médical et aussi espace de parole)

 

 

 

Autre : Vérifier la prise en compte de la partie administrative (AEM ? CMU ?). Quelle prise en charge de l’ASE ?

 

Constitution d’un dossier médical

 

Prévoir des kits hygiène dès l’arrivée (serviette toilette, dentifrice, gel douche……)

 

Constituer un fonds de médicaments et produits médicaux (gels désinfectants, pansements, produits anti-poux……)

 

Le domaine de la santé est le domaine à prendre en compte rapidement et efficacement car les autres domaines en dépendent.

 

2. HYGIENE :

 

Prévoir un stock important de draps et serviettes toilettes. Avoir une vraie buanderie où le linge sera traité. Prévoir des grosses machines lavage séchage + une machine 5-6kg pour lavage individuel.

 

3. ALIMENTATION

 

L’alimentation est un véritable facteur d’intégration.

 

Les repas seraient collectifs, le midi pris au chantier-école pour ceux qui seraient intégrés dans les ateliers avec une possibilité de repas pris sur le lieu de vie (Decressac) pour ceux qui seraient malades, en rendez-vous etc….

 

Trouver le juste équilibre entre les habitudes alimentaires du pays d’origine et la culture alimentaire du pays d’accueil. Alterner les cuisines du monde et la cuisine française (un jour sur 2) avec l’objectif de partage et de découverte

 

Créer un imagier avec eux sur les aliments de base et à plus long terme sur les plantes aromatiques.

 

Créer un potager (très rapidement) pour avoir des légumes frais, de saison, et véritable lieu d’échange, d’apprentissage, support de cuisine.

 

Participation aux taches de la vie collective (vaisselle, couvert….) sur une base de libre-adhésion.

 

Les menus et les courses sont faits par les MNA avec l’aide de l’équipe du lieu de vie.

 

Une maîtresse de maison autonome, avec permis de conduire.

 

Prise en compte des pathologies de santé donc renforcer les produits frais, les fruits secs et autres produits pour pallier les carences alimentaires (vitamines…)

 

Prévoir stock épices, semoule, riz… en quantité

 

Trouver un fournisseur produits du monde (Grand Frais , ? magasin africain ?..)

 

Prévoir la ré-organisation et les investissements (table, vaisselle, piano de cuisine…..

 

Autres sujets à débattre et organiser qui ne concernent pas spécifiquement la thématique santé/alimentation

 

ARGENT DE POCHE ? PRATIQUE CULTUELLE ? VEHICULE ?

 

AMENAGEMENT BUREAU (wifi, ordi, imprimante,….)

 


 


 


 


 

 

 

 

 

 

Transcription de la déclaration du Président de la République à l'occasion de la conférence 

 

 

 

 


04 décembre 2018

STAGES TECHNIQUES ÉBÉNISTERIE , Traditions et transmission, stages ÉBÉNISTERIE REMPART, Nouvelle-Aquitaine CHARENTE stages 2019

Traditions et transmission         bois et pierres , sculpture sur bois et pierres ,stage de sculpture sur bois et pierres      MARPEN FORMATION Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

chantiers et stages 

 la transmission ,un souci de chaque jour et une spécificité de la restauration et de la valorisation du patrimoine bâti  ,Cette formation qui se divulgue par le travail et constitue l atout majeur de chaque entreprise de restauration du patrimoine. principes et  traditions , parce qu’il n'y a pas d'art professionnel, Il n’existe aucune différence essentielle entre l’artistestages ÉBÉNISTERIE REMPART 2017,contact@rempart.com et l’artisan, qui font de ces métiers un univers caractéristique ,dans lequel le respect de l'homme découle de celui de l'œuvre et où l'apprentissage dépasse le cadre du professionnalisme.

 Parce que, de tous temps, les connaissances informelles, non codifiées, se sont acquises essentiellement par la démonstration au sein des corporations des metier d art ,eux mêmes s'interrogent aujourd'hui autant sur leurs capacités à transmettre leur savoir spécifique que sur le devenir du patrimoine historique. 

Il ne s'agit pas que de conserver pour transmettre, il faut aussi transmettre le savoir pour le conserver. La mise en valeur patrimoine doit se faire avec le souci de fournir à ceux qui en auront la charge les informations utiles à leur conservation, à défaut de quoi nous pouvons nous inquiéter d une perte des connaissances

CAP ébéniste,Conservatoire Dynamique des Gestes Techniques. BOISERIES ANCIENNES,FORMATION ÉBÉNISTERIE Nouvelle-Aquitaine CHARENTE,Stage TRAVAIL DU BOIS,arts appliqués a l architecture d'intérieur,contactrempart.com,stages gestes ébéniste-sculpteur REMPART

 

 

FORMATION ébèniste poitou CHARENTE, stage CREATION bois,pierre,cuivre , stage CREATION ébènisterie,
restauration tous materiaux,objets arts, creation pour particuliers et professionnels,projet d'école un outil........................................................

 ACTUALITÉS REMPART  Erasmus Mobilité

La promotion et la mise en œuvre de la mobilité est l'une des grandes priorités dans le domaine de l'enseignement supérieur. L'objectif européen, d'ici 2020, est que 20% des diplômés européens aient séjourné à l'étranger au cours de leur parcours universitaire ayant effectué une partie de leurs études ou un stage dans une entreprise européenne

RECHERCHER UNE MISSIONstages ÉBÉNISTERIE REMPART 2018,contact@rempart.com. STAGES TECHNIQUES ÉBÉNISTERIE Poitou-Charentes

Atelier ouvert en ébénisterie

  • Dates : du 01/01/2019 au 31/12/2019
  • Age : > 17 ans -
  • Localisation : Tusson / Charente / Poitou-Charentes
  • Type de mission : Chantier / Stage technique
  • Thème(s) : Bois

Vous souhaitez travailler le bois en atelier dans le cadre d’un projet bénévole, d’une validation de stage ou d’un projet professionnel ? Pendant l’année scolaire, le Club Marpen vous accueille pour une initiation à l’ébénisterie, à la menuiserie et à la restauration de bois, selon votre projet. Vous utiliserez surtout des outils traditionnels (rabot, bouvet à moulures, ciseaux…) et  vous serez intégré aux élèves déjà en formation.

Accueil et hébergement

Hébergement :  

possibilité de logement sur place Frais d'inscription : à régler à REMPART au moment de l'inscription

 CAP ébéniste,Conservatoire Dynamique des Gestes Techniques. BOISERIES ANCIENNES,FORMATION ÉBÉNISTERIE Nouvelle-Aquitaine CHARENTE,Stage TRAVAIL DU BOIS,arts appliqués a l architecture d'intérieur,contactrempart.com,stages gestes ébéniste-sculpteur REMPART

Contact avant inscription

Nom : Club Marpen - Marie-Christine Quessot
Adresse : Rue du Maussant,
16140 - Tusson

Tél. : 05 45 31 71 55 (9h-17h en semaine)
Courriel : chantier-ecole@clubmarpen.org
Site internet : http://www.clubmarpen.org

 

Vous êtes à la recherche d'un stage (Poitou-Charentes)

Vous êtes à la recherche d'un stage (Poitou-Charentes)

 Stages

                                                                                programme Leonardo 

Plus d'infos sur les programmes d'échanges internationaux.

 Leonardo da Vinci est un programme mis en place par l’Union Européenne ayant pour but la mise en œuvre d’une politique de formation professionnelle en Europe. Le programme est ouvert à l’ensemble des pays de l’Union Européenne auxquels il faut ajouter l’Islande, la Suisse, le Liechtenstein la Norvège, la Bulgarie, la Turquie et la Roumanie.

Concrètement, il permet à de nombreux étudiants chaque année de partir faire un stage dans une entreprise étrangère, pour une durée maximale d'un an, tout en percevant une bourse d'aides de la part de l'Union Européenne.le programme Leonardo au sein de l'union Européenne

 

Si vous souhaitez participer au programme, les conditions d’entrée sont les suivantes : 

  • Avoir la nationalité européenne
  • Avoir atteint au minimum le niveau bac +2
  • Souhaiter faire un stage d’une durée comprise entre 13 semaines et 12 mois
  • Avoir un stage en rapport avec la formation suivie précédemment  

02 décembre 2018

Blog menuiserie, ébénisterie, travaille du bois , création design expérimentale pluridisciplinaire ,Nouvelle-Aquitaine FORMATION

CAP ébéniste et arts appliqués en architecture d'intérieur 2018

 

Portes ouvertes de l’apprentissage et de la formation 2019 :  DES journées pour construire votre projet de formation! "pendant toute l'année"       

 Portes ouvertes MARPEN FORMATION charente,ÉBÉNISTERIE,MAÇONNERIE Taille de pierre, Espaces verts

CAP ébéniste et arts appliqués en architecture d'intérieur 2018 CAP ébéniste,atelier préparatoire d'arts appliqués en architecture d'intérieur ,atelier de création design expérimentale pluridisciplinaire ,Nouvelle-Aquitaine FORMATION , Restaurateur de mobilier d'art , chantiers et stages REMPART CAP ébéniste et arts appliqués en architecture d'intérieur 2018LE GRAPHISME MÈNE A TOUT ,LE FIL CONDUCTEUR DU CAP

 Contraste des matières de bois et de pierre en architecture

LA Mise à Niveau en Arts Appliqués offre aux APPRENTIS une opportunité unique d’explorer le monde des métiers artistiques et acquièrent peu à peu la maturité nécessaire pour envisager l'avenir d' une vie et de décider qui l'on ne sera pas,ils maîtrisent progressivement les subtilités de l'expression plastique, s'appuient sur une culture générale artistique qui va leur servir de socle tout au long de leur vie. En outre, la pratique des matières professionnelles va permettre à l’élève de tester ses centres d'intérêt et ainsi de trouver sa voie. une opportunité unique d’explorer le monde des métiers artistiques. Cette formation répond bien sûr aux exigences du programme officiel du CAP ÉBÉNISTE

 Qui contacter?Histoire de l'art, FORMATION ÉBÉNISTE MARPEN ,arts appliqués

Chef du service formation

Tel : 05.45.31.71.55
Fax : 05.45.30.34.64
Courriel : chantier-ecole@clubmarpen.org

Blog menuiserie, ébénisterie, travaille du bois , création design expérimentale pluridisciplinaire

 

Fenêtre Sur l'Avenir

 

 



 

Traditions et transmission, stages ÉBÉNISTERIE REMPART 2019,contact@rempart.com. STAGES TECHNIQUES ÉBÉNISTERIE Poitou-Charentes

Traditions et transmission , journée de conseils / Salariés, demandeurs d'emplois, professionnels indépendants : tous les diplômes de MARPEN FORMATIONSvous sont proposés au titre de la formation . le service formation  vous ouvres ses portes. L'opportunité pour en savoir plus sur les formations et les services proposés.

Vous pourrez bénéficier d’un accueil et d’un accompagnement pour aborder tous les aspects de votre projet de formation :
- assister à des réunions d’informations sur la reprise d’études et les validations d'acquis ;
- vous informer sur vos droits à la formation ; 
- vous entretenir avec des conseillers en validation des acquis et en évolution professionnelle ;
rencontrer les enseignants responsables des formations.

Choix de la formation, financements possibles, prise en compte de l’expérience professionnelle et personnelle : tous ces aspects sont présentés et expliqués par des spécialistes de la reprise d’études. L'occasion pour vous de donner un nouvel élan à votre vie professionnelle.

 la transmission ,un souci de chaque jour et une spécificité de la restauration et de la valorisation du patrimoine bâti  ,Cette formation qui se divulgue par le travail et constitue l atout majeur de chaque entreprise de restauration du patrimoine. principes et  traditions , parce qu’il n'y a pas d'art professionnel, Il n’existe aucune différence essentielle entre l’artisteBlog menuiserie, ébénisterie, travaille du bois , création design expérimentale pluridisciplinaire et l’artisan, qui font de ces métiers un univers caractéristique ,dans lequel le respect de l'homme découle de celui de l'œuvre et où l'apprentissage dépasse le cadre du professionnalisme.

 Parce que, de tous temps, les connaissances informelles, non codifiées, se sont acquises essentiellement par la démonstration au sein des corporations des metier d art ,eux mêmes s'interrogent aujourd'hui autant sur leurs capacités à transmettre leur savoir spécifique que sur le devenir du patrimoine historique. 

Il ne s'agit pas que de conserver pour transmettre, il faut aussi transmettre le savoir pour le conserver. La mise en valeur patrimoine doit se faire avec le souci de fournir à ceux qui en auront la charge les informations utiles à leur conservation, à défaut de quoi nous pouvons nous inquiéter d une perte des connaissances

 Blog menuiserie, ébénisterie, travaille du bois , création design expérimentale pluridisciplinaireBlog menuiserie, ébénisterie, travaille du bois , création design expérimentale pluridisciplinaire

Si vous êtes demandeur d'emploi, à la recherche d'une qualification, contacter votre Pôle emploi, la Mission locale, CIDFF ou Cap emploi. Ces formations peuvent se faire en alternance, en contrat de professionnalisation. 

Portes Ouvertes de l’apprentissage et de la formation professionnelle Coordonnées

                                                        Rue du Maussant - 16140 TUSSON 
                                                                Tél. : 0545317155
                                                                Fax : 0545303464
                                                                http://www.clubmarpen.org/

Esthétiser la complexité. L'Esthétisation de la complexité est un principe permanent

MARPEN FORMATION

 

Collégien, lycéen ou parent d’élève, la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes vous informe pour bien préparer votre orientation ou celle de votre enfant. Pour cela, les centres de formation pour apprentis (CFA) et les lycées d’enseignement général et professionnel vous accueillent lors journées Portes Ouvertes de l’apprentissage et de la formation professionnelle.

 

Esthétiser la complexité. L'Esthétisation de la complexité est un principe permanent

 

La Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes s’engage pour faire de l’éducation et de la formation, une priorité, afin que tous les jeunes lycéens et apprentis puissent bénéficier d’un égal accès au savoir et se construire un solide parcours de réussite depuis leur choix d’orientation jusqu’à l’emploi.

Comme notre grande région, les académies de Bordeaux, Limoges et Poitiers font désormais partie d’une même région académique mais elles conservent encore leurs contours. Dans ce cadre, elles mettent à votre disposition les dates des portes ouvertes dans les CFA et les lycées d’enseignement général et professionnel sur le site de l’ONISEP.

Ne manquez pas l’occasion de découvrir les bâtiments, les équipements, les formations dispensées dans les établissements et de rencontrer les enseignants et des anciens élèves !

Pour information, 214 000 lycéens et étudiants en BTS sont scolarisés dans les 370 lycées d’enseignement général et technologique de la région. De leur côté, les 115 CFA accueillent près de 37 000 apprentis.

 

Esthétiser la complexité. L'Esthétisation de la complexité est un principe permanent

Perception et contenu non-conceptuel ; le concepte invente t il l'art 

  

CONSULTEZ LES CALENDRIERS DES JOURNÉES PORTES OUVERTES

Portes ouvertes de la formation vendredi 31 MARS et samedi 1 AVRIL 2017 MARPEN FORMATION Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE 

 

Journées portes ouvertes, 2017

 Le Centre de formation du Club Marpen vous invite à découvrir les formations professionnelles qu'il propose 

Au programme:

- Présentation des formations proposées : Agent d'Accueil Touristique, Tailleur de pierre, Jardinier paysagiste, Ébéniste, Maçon du bâti ancien
- Visites des différents ateliers
- Rencontres et échanges avec les équipes pédagogiques

Plus d'informations sur les formations proposées ici

Qui contacter?Blog menuiserie, ébénisterie, travaille du bois , création design expérimentale pluridisciplinaire

Chef du service formation

Tel : 05.45.31.71.55
Fax : 05.45.30.34.64
Courriel : chantier-ecole@clubmarpen.org

Secrétariat

Tel : 05.45.31.17.47
Fax : 05.45.31.45.80
Courriel : info@clubmarpen.org

 

 

 

DSC_1078

 

08 novembre 2018

la cacophonie du non dit , pensée futile sur la pédagogie active , la cacophonie du non dit

 

 Projet en construction

 pensée futile sur la pédagogie active , la cacophonie du non dit

................ chantier école de merde phrase perplex qui me laisse amerde gout

Penser la pédagogie est un luxe sans aucun désespoir de cause [article] sem-linkDaniel Hameline

-on pourait dire tout ausi bien : < je n'ai pas envie d'etre là >  .

-mon déstin ne fait pas partie du votre.                                            mais des circonstances nous on conduit à ce que tu rencontres "nous".

-la vie nous propose plein d'aventure à vivre ,                                      alors pourquoi je suis là ?

-pourquoi tu es là?                                                                                     toi tu ne le sait pas ,mais nous on ne te laisse pas tomber

-nous on est là pour aider ton présent et si nous tu aides on peut aider ton futur .

 -plutôt que dilapider ton energie à comment partir d'ici , de ton enfance ou de ta condition humaine ,

-je peut te confier un secret :                                                                         je pense que l' on est toujours à la limite de ce l'on sait faire devant les improbables ,                                                                                            -nous avons que notre philosophie psychologique pour defendre notre vulnerabilité de formateur, pour pouvoir continuer à t'emmener a là poursuite du temps qui passe sans toi  , j'emmènerai le plus loin possible le monde qui m' entoure dans des reves insolites et absurdes proposés par les étranges hasards du destin  !                                                 

-que tu sois placé ou engagé nous avons que notre desir de bien faire a te proposer..............................................

la cacophonie du non dit , pensée futile sur la pédagogie active

-si tu n'es pas d'accord passe ton chemin et va voir si ta vie et plus façile ailleur, 

 nous pouvons même t'aider à passer ton chemin          

_____________________imaginé par eric Arbouin et son environnement____________________

 

 

                                    la suite bientôt

la cacophonie du non dit , pensée futile sur la pédagogie active

 


Liberté pour apprendre / Daniel Hameline, 2013

Recueil des professeurs, Université de Genève, 1990

Autres identifiants

Identifiant BNF : FRBNF119067843
Identifiant ISNI : 0000000383584031

Utilisation dans Rameau

Le point d'accès peut être employé dans un point d'accès sujet

169 Références liées : 9 rôles

pour en voir + clique sur le lien

to see more + click on the link:

Constructivisme théorie de l'apprentissage,Constructivisme artistiques,Constructivisme pédagogie active de L'art d'être heureux

 le constructivisme est l'expression d une doctrine qui entend construire une nouvelle société.Le but de l'art constructiviste est d'exclure de l'oeuvre le réel et les référencés au réel, afin d'accéder à une autre forme de réédité esthétique.

DSC_2112

 

01 novembre 2018

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX, archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

  • St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX

    St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX

    St Ouen la Thène,restaurateur d'art roman, CLUB MARPEN,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX,Union REMPART,Cotravaux, réseau d’acteurs du travail volontaire
    Depuis 1959, les associations du réseau Cotravaux ont choisi de travailler ensemble et de faire vivre un lieu permanent de discussions, d’échanges de pratiques, d’élaboration de prises de positions autour des engagements volontaires.
    A travers une démarche d’éducation populaire, les associations membres de Cotravaux proposent différentes formes d’actions, comme les chantiers de bénévoles et les volontariats long terme, où se mêlent étroitement objectifs individuels de changement personnel et objectifs collectifs de transformation sociale.


    St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX

Tags : 

 

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX , archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

archéologie du bâti,art roman, base colonne Sud du choeur

l' archéologie du bâti ces l'analyse des stratifications, horizontales ou verticales ( Éléments de l'élévation Description Interprétation du lit de pose et Joint vertical), le décryptage des perturbations baies creusées, passages ..., l'établissement des chronologies relatives relèvent des mêmes processus, depuis l'enregistrement des données jusqu'à la constitution éventuelles de datations absolues poutres, charbon de bois. repères de la chronologie relative ; vestiges laissés par les échafaudages, en rapport notamment avec le phasage du chantier,traces laissées par les instruments de taille de pierre, dont l'évolution détermine quelques repères chronologiques, marques lapidaires

 St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX , archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX ,archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX , archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX , archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX , archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX , archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

au début du 20e siècle

choeur face Nord

archéologie du bâti,art roman voute et modillons, blocage, chevet mur Nord 1987

 

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX , archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

 archéologie du bâti ,choeur 1986

L’archéologie du bâti est une méthode d’analyse archéologique des monuments qui prend son essor au milieu des années 1980, à l’époque du développement de l’archéologie préventive. En réaction contre une archéologie limitée à la stylistique, elle cherche à documenter toutes les phases d’un édifice. Cette méthode d’analyse est archéologique en ce qu’elle ne diffère pas fondamentalement des méthodes de la fouille classique. L’archéologie du bâti a connu un essor certain depuis les années 1990

Tags : 

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX , archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX , archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX , archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

St Ouen la Thène,art roman,CHANTIERS de jeune INTERNATIONAUX , archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

 archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

 archéologie du bâti, CLUB MARPEN Nouvelle-Aquitaine,CHARENTE

 

 

 

 

 

 

13 octobre 2018

CAP de l' éveil en protection du patrimoine face aux attaques du vieillissement ,MARPEN FORMATION,ÉBÉNISTERIE,TAILLE DE PIERRE

 -Sensibilisations à la restauration et à la conservation d'un PATRIMOINE onirique ou materiel.. 

conservation-restauration des biens culturels

 

LE CAP de l' éveil en protection du patrimoine face aux attaques du vieillissement et des pollutions

conservation-restauration des biens culturels

 

 Ce n'est plus des monuments qu'il faut protéger mais le  savoir empirique , petit secret du metier. Pour conserver et transmettre des monuments et des élèments du passé , il faut aussi transmettre le savoir pour le conserver. La mise en valeur patrimoine doit se faire avec le souci de fournir à ceux qui en auront la charge les informations utiles à leur conservation,  protéger et entretenir les bases technique de la créativité , 3000 an de recherche pour un détail de l'histoire , un leg moral de preuve d'humanité et de soufrance

Le conservateur-restaurateur

Une profession à part entière

Souvent confondu avec un métier d’artiste ou d’artisan d’art, le conservateur-restaurateur ne crée pas d’objets culturels nouveaux. Il a suivi une formation bien spécifique en conservation-restauration qui lui permet d’intervenir avec des traitements appropriés et un code de déontologie reconnu au niveau international.
Il s’agit de bien distinguer le simple bricolage et les « pratiques sauvages » des interventions professionnelles techniques et scientifiques de conservation-restauration. Seuls les spécialistes qualifiés sont alors en mesure d’apporter des conseils sérieux et de faire la différence entre conserver, restaurer, réparer ou rénover.

Les « missions » du conservateur-restaurateur
En étroite collaboration avec d’autres professionnels et scientifiques (historiens d’art, archéologues, architectes, chercheurs, microbiologistes, documentalistes, responsables de collections, …):

* il fait l’étude de l’œuvre, établit un constat d’état de conservation, puis un diagnostic ;
* il propose et met en œuvre un traitement adapté directement sur l’objet et/ou indirectement sur son environnement en concertation avec le propriétaire ou responsable de l’œuvre ;

DSC_2251


* il conseille et assiste ;
* il rédige des rapports techniques en excluant toute appréciation sur la valeur marchande ;
* il réalise une documentation photographique sur l’état avant, pendant et après l’intervention ;
* il mène des recherches ;
* il contribue aux programmes d’éducation et d’enseignement ;
* il participe à des manifestations de communication, de sensibilisation et de valorisation.

La conservation-restauration

Qu’est-ce que la conservation-restauration des biens culturels ?

La conservation-restauration
Cette discipline regroupe des interventions bien spécifiques de sauvegarde d’un objet ou d’un monument dans le respect de sa signification à la fois culturelle, historique, esthétique, éthique et artistique. L’objectif d’une intervention de conservation-restauration n’est pas de remettre les biens culturels « à neuf », mais bien de prolonger leur durée de vie dans ce qu’ils représentent comme liens entre les époques et les générations.

Les biens culturels
Ce sont les biens que chacun – individu, famille, collectivité territoriale, nation,… – inscrit dans son patrimoine et choisit de transmettre, de conserver et de préserver des agressions naturelles, physiques, chimiques, biologiques et humaines.
La notion de patrimoine sous-entend les œuvres d’art, les biens protégés (classés, inscrits, inventoriés,…), mais aussi tout ce qui échappe à ces régimes de protection et qui présente une valeur sentimentale, esthétique, historique, documentaire,… Il importe d’assurer leur pérennité selon les mêmes principes, afin de garantir la qualité des interventions utiles à leur conservation.

Art et documents graphiques

Art, matériaux contemporains

Céramique, verre

Conservation préventive

Cuir et peau

Livre

Métaux

Mobilier et objets en bois

Collections d'histoire naturelle

Objets archéologiques

Objets ethnogaphiques

Scientifique et technique

Peinture

Peinture murale

Photographie

Sculpture

Textile

Vitrail

 

     

Admission en 2e, 3e et 4e

 

L'admission directe en 2e, 3e ou 4e année au département des restaurateurs est ouverte en 2018 dans les spécialités suivantes : 

- Arts du feu, option métal / option céramique
- Arts textiles
- Mobilier
- Peinture
- Sculpture

Le nombre total de lauréats est fixé à 6 pour l'ensemble des spécialités ouvertes.

DSC_2252

Calendrier 

Inscription : du 4 décembre 2017 au 23 février 2018
Liste des admis 2018 (PDF)

Épreuves d’admission : 
Test d’habileté manuelle et de couleurs : 14 juin 2018
Entretien avec le jury : 15 juin 2018

Téléchargez la documentation du concours (PDF)

Conditions générales d’accès

L’admission en  2e, 3e ou 4e année est ouverte aux candidats français et étrangers, âgés de moins de 35 ans au 31 décembre de l’année précédant la session d’admission et justifiant d’un titre ou diplôme au moins égal à la licence (ou sur le point de l’obtenir, sous réserve que ce titre ou diplôme soit délivré au plus tard au 30 juin de l’année de la session).

L’admission peut être prononcée en 2e, 3e ou 4e année, en fonction de l’appréciation du jury.

Nul ne peut être candidat plus de 2 fois au total à la procédure d’admission en 2e, 3e ou 4e année. 

Examen du dossier présenté par le candidat

Le jury procède à l’examen des dossiers transmis par les candidats, démontrant les acquis en matière de conservation-restauration du patrimoine au plan de la théorie et de la pratique (formation universitaire ou équivalente, expérience professionnelle, stages…). Chaque dossier doit également préciser de façon détaillée les modules d’enseignement suivis en matière de conservation-restauration et présenter les certificats d’obtention des ECTS.

Les candidats retenus par le jury à l’issue de l’examen des dossiers sont convoqués pour les épreuves d’admission. 

Admission

Test d’habileté manuelle et de couleurs 
Attention : modification à compter de la session 2018.
Cette épreuve doit permettre d’évaluer les aptitudes manuelles et la sensibilité aux couleurs des candidats, et se compose de deux parties, notées chacune sur 10 points : 
- dégagement mécanique à l’aide d’un scalpel de couches superposées de peinture sur un support bois (2 h) ;
- reproduction à l’aquarelle d’une série de couleurs (2 h).
Durée : 4 h – coefficient 1.

Entretien avec le jury
L’entretien est composé de deux parties.
- Présentation d’un constat d’état suivi d’un diagnostic et d’une proposition de traitement à partir d’une œuvre, d’un objet ou d’un document à restaurer se rapportant à la spécialité dans laquelle le candidat se présente (40 mn) ;
- Entretien permettant au jury d’apprécier les motivations et les aptitudes du candidat à l’exercice du métier de restaurateur (20 mn).
Durée : 1 h, avec une préparation d’1 h - coefficient 2.

La langue de présentation du dossier et des épreuves d’admission est le français.

Préparation au concours

Les candidats peuvent consulter pour se préparer les rapports du jury du concours.